Recherche avancée       Liste groupes



      
BEATDOWN HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (12)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (453)

RISE OF THE NORTHSTAR - Welcame (2014)
Par PINPIN le 10 Mars 2015          Consultée 5072 fois

Quand j'aborde un groupe français donnant dans la musique typée Hard/Metal/Punk, j'ai toujours envie de sur-noter, juste parce que c'est français. Non pas que je sois chauvin, c'est pas le cas, plus par pitié pour la scène de notre pays si pauvre en groupes internationalement reconnus. Mince quoi, l'Allemagne est championne du Power, la Suède du Death-mélo. L'Angleterre, la Norvège, les USA, tous ces pays ont leurs spécialités. La France à coté fait figure d'handicapée du Hard, de suiveuse. J'abuse je sais, il y a TRUST, GOJIRA, etc. Mais le problème, c’est qu'en France on sait aussi sortir des bons vieux groupes merdiques histoire de s'enfoncer dans notre statut d'idiot du village mondial. Et comme vous l'avez compris, RISE OF THE NORTHSTAR fait partie de ces groupes-là (pour l'instant) et pour le coup, je ne cèderai pas à la tentation de sur-noter.

La scène Hardcore française contient nombre de perles underground comme ANORAK ou BIRDS IN ROW mais RISE OF THE NORTHSTAR vient à lui seul nulifier leurs efforts puisqu'il semble accaparer l'attention et occulte ses concurrents talentueux avec son tape-à-l'œil racoleur de poser de mes deux. Ce qui me fait le plus peur c'est que ROTNS devient une sorte de référence du Hardcore français pour le pékin moyen alors qu'il y a mille fois mieux à écouter dans le genre en France. J'espère bien empêcher cette situation d'arriver à l'aide de cette chronique.

Pour ce qui est des influences, on voit bien que les membres de ROTNS ont aimé "l'école du micro d'argent", Dragon Ball et BULLDOZE et HATEBREED quand ils étaient petits. Il y a certainement une envie sincère de mêler toutes ces bonnes influences, mais ils en font des caisses. Thématique nippone, images du Japon dans les clips, pochette Manga, sous-titres en japonais, ça tient de l'obsession à ce niveau-là !

Au-delà du fait qu'ils en font trop sur le Japon – à la limite, ça, quand on écoute un disque, on ne le voit pas, hein – musicalement ce premier disque n'est pas terrible. J'ai beaucoup de mal à comprendre les éloges que j'ai pu lire de-ci de-là du type : "ROTNS est la meilleur chose qui soit arrivée au Metal/Hardcore ces dernières années". Au contraire, ce gloubiboulga est tout sauf original et abouti. L'idée de base n'est pas stupide, un groupe de Beatdown avec un peu de Rap, il y a un certain potentiel. Prenons "Welcame [Furyo State Of Mind]", le pseudo-tube de l'album, le début est même limite convaincant, mais très vite j'ai déchanté, exactement comme le chanteur d'ailleurs. Blague à part il faudrait qu'il apprenne à hurler parce que là il manque de coffre. Eventuellement, il pourrait perdre son accent français aussi… Le refrain Rap ne plait guère non plus, mais je l'accorde. C'est la fin de ce "Welcame (Furyo State Of Mind)" qui est véritablement l'apothéose du ratage. D'une part le breakdown est ignoble, c'est le cliché du monocorde downtuned qui ralenti et s'étale, d'autre part le solo ultrarapide n'est absolument pas inspiré et super prétentieux, le tout ruinant la piste.

Voilà : le style de "Welcame" se retrouve plutôt bien résumé par son morceau éponyme, le reste de l'album ne s'éloigne pas de ce schéma, soit ennuyeux, soit risible. Typiquement, le refrain de "Samurai Spirit", c'est juste la plus grosse barre de rire que je me suis payée récemment, je vous le donne en mille et en phonétique :
"çaçaçaçaça ! samurai spirit !"

Je dois bien avouer que je ne suis pas fan de Hardcore Beatdown et que ça ne m'aide pas à apprécier "Welcame". Cependant je n'ai pas la prétention de dire au groupe que ce n'est pas comme ça que doit se jouer le Hardcore, en admettant que ROTNS veuille à tout prix jouer du Beatdown il existe de nombreux critères sur lesquels il peut s'améliorer. Si seulement ses élans grandiloquents en termes de solo, breakdown et refrain étaient un peu plus timorés ou inspirés et si les morceaux ressemblaient moins à des juxtapositions de ces trois éléments, il y aurait du progrès.
Je critiquais plus haut le chant sur "Welcame (Furyo State Of Mind)" parce que si sur ce morceau - destiné au single - le chant est nase, ça ressemble à une volonté commerciale. On constate pourtant que dans le reste de l'album, Vithia est en réalité tout à fait capable de pousser des hurlements Hardcore corrects et que ça dépend juste des morceaux. J'avoue ne pas comprendre.
Enfin, on ne va pas se mentir, la plupart des riffs sont prévisibles et lassants, beaucoup sont des notes graves tenues sur une seconde ou deux, il y a pas mal de travail de ce côté pour gagner en originalité.

Allez, sans rancune ROTNS, de toute façon quand on signe chez Nuclear Blast, ça signifie qu'on est plutôt bien parti ! J'ai juste envie d'ajouter une dernière remarque, il existe un code tacite dans le Hardcore qui dit que ça fait prétentieux de s'habiller avec son propre merchandising en concert ou dans les clips.
Après, je dis ça, je dis rien…

A lire aussi en HARDCORE par PINPIN :


CONVERGE
Jane Doe (2001)
De l'acmé du Hardcore

(+ 1 kro-express)



PARKWAY DRIVE
Horizons (2007)
Une musique très ricaine jouée par des Australiens


Marquez et partagez







 
   PINPIN

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Vithia (chant)
- Brice (guitare)
- Erwan (guitare)
- Fabien (basse)
- Kevin (batterie)


1. What The Fuck
2. Welcame (furyo State Of Mind)
3. The New Path
4. Samurai Spirit
5. Dressed All In Black
6. Again And Again
7. Tyson
8. Bosozoku
9. Simon Says
10. Authentic
11. Blast 'em All
12. Phoenix



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod