Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Mindmaze
 

 Site Officiel (371)
 Myspace (202)
 Chaîne Youtube (229)

TRIOSPHERE - The Heart Of The Matter (2014)
Par JEFF KANJI le 23 Février 2015          Consultée 3803 fois

TRIOSPHERE prend son temps. Trois albums en dix ans de carrière. Mais TRIOSPHERE a raison de prendre son temps, à l’instar d’ORPHANED LAND il y a peu ou encore de BLIND GUARDIAN. Tels les groupes pré-cités, la formation norvégienne préfère la qualité à la quantité et se présentait comme un fleuron de la décennie en cours. Dans une division où il lui faut jouer des coudes avec un VOYAGER épatant de régularité et son compatriote de PAGAN’S MIND qui ne faiblit pas, TRIOSPHERE, devenu un réel quartette, T.O. Byberg rejoignant à temps plein le trio Ida/Marius/ Ørjan, s’affirme crânement en imposant un deuxième chef d’œuvre d’affilée !

Mais à l’image des groupes qui enchaînent les réussites, chacun aura son petit protégé. "The Road Less Travelled" montrait un groupe en pleine progression, se dirigeant progressivement vers une formule plus catchy, naviguant tantôt dans des eaux typiquement Prog et d’autres plus Power. Eh bien, sur "The Heart Of The Matter" les Norvégiens ont choisi leur camp ! Et grand bien leur en fasse, le talent insolent dont ils font preuve nous saute au visage, grâce à douze nouvelles compositions racées, où chacun est à l’acmé de ses possibilités, au point même de rendre les participations prestigieuses des bretteurs de DGM et PAGAN’S MIND tout à fait secondaires. Cela dit, ils ont du s’éclater tant les compos mises à disposition regorgent de qualités, qu’elles soient harmoniques ou rythmiques.

TRIOSPHERE s’est tellement affirmé qu’il ne rentre plus forcément bien dans les cases qu’on serait tenté de lui attribuer : malgré une très grande musicalité qui lui permet de pousser ses idées et de ciseler ses mélodies ou motifs, le groupe ne fait plus de Prog pur ; l’époque de "Onwards" est loin derrière. Pour autant, malgré un côté plus catchy et puissant, on est dans un mid-tempo quasi régulier qui nous éloigne un peu du Power. En y réfléchissant, on pourrait peut-être rapprocher TRIOSPHERE de cette sorte de Heavy Metal très Dark porté par EVERGREY. Et plus les écoutes s’accumulent, plus la réflexion mûrit (c’est un peu notre politique sur Nightfall d’ailleurs) et cette comparaison me semble la plus juste pour vous aiguiller sur "The Heart Of The Matter".

Ida Haukland est toujours un atout incontestable pour TRIOSPHERE, que ce soit son jeu de basse guerrier ou son organe vocal très développé. La valkyrie a ce mélange d’agressivité et de sensibilité que peu de vocalistes peuvent lui soutenir, à part Floor Jansen bien sûr. On observe d’ailleurs une technique de chant similaire chez les deux chanteuses. Ainsi on la sent prête à détruire toute intrusion sur "The Sentinel", fragile sur "Virgin Ground", impérieuse sur "The Heart’s Dominion". La paire Bergensen/Byberg est impériale, préférant toujours un riffing original à l’utilisation de plans convenus. Et on les en remercie, la musique de TRIOSPHERE gagnant toujours plus en personnalité. On sent l’inclination des six-cordistes pour le jeu d’un John Petrucci notamment, pour vous donner une idée de l’inventivité dont ils sont capables, Silver faisant jeu égal avec Simone Mularoni et Jørn Viggo Lofstad. Douze compositions sans le moindre ennui, le pied !

J’ai bien patienté jusqu’aux derniers instants afin de pouvoir présenter un metalhit 2014 achevé et j’ai bien fait, l’une des plus belles surprises de l’année est arrivée le 7 novembre. À l’image du légendaire fighting spirit anglais, on ne compte les points qu’une fois la fin du match sifflée ! Je plaidais pour une place de leader dans ma chronique de "The Road Less Travelled" et TRIOSPHERE s’est comporté comme tel, produisant un opus encore au-delà de ce à quoi on pouvait s’attendre. Le 4/5 attendu se mue ainsi en 5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ORDEN OGAN
Ravenhead (2015)
Simply the best ?




SATAN JOKERS
Addictions (2011)
Le coup de maître !


Marquez et partagez








Par JEFF KANJI




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Ida Haukland (chant, basse)
- Marius Silver Bergensen (guitare)
- Ole Munkholm Byberg (guitare)
- Ørjan Aare Jørgensen (batterie)
- Simone Mularoni (guitare lead sur 3)
- Jørn Viggo Lofstad (guitare lead sur 8)
- Chris Pettersen (cordes, orchestrations)
- Espen Warankow Godø (mellotron, orgue hammond, piano)


1. My Fortress
2. Steal Away The Light
3. The Sentinel
4. Breathless
5. Departure
6. The Heart’s Dominion
7. As I Call
8. Relentless
9. The Sphere
10. Remedy
11. Storyteller
12. Virgin Ground



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod