Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Mindmaze, Ethernity
 

 Site Officiel (399)
 Myspace (210)
 Chaîne Youtube (237)

TRIOSPHERE - The Road Less Travelled (2010)
Par JEFF KANJI le 29 Juillet 2014          Consultée 2619 fois

Je crois pouvoir dire sans trop m’avancer qu’il va falloir compter avec TRIOSPHERE dans les années qui viennent. Le nouveau venu sur la scène progressive, a déjà accouché d’une petite bombe avec "Onwards", et "The Road Less Travelled" vient enfoncer le clou correctement.
Sur ce deuxième opus, le trio (oui, bien que crédité, Ole Byberg n’a pas participé à l’enregistrement) a mis les bouchées doubles pour nous emmener dans un nouveau voyage de 51 minutes accompagné par des musiciens de grand talent.

La musique du groupe se fait encore plus offensive sur cet opus, mais reste extrêmement mélodique ("Human Condition" a même des côtés assez Pop), si bien que son écoute s’avère plus facile que celle du premier effort des Norvégiens, même si au final ce deuxième opus est sans doute tout aussi dense. Les éléments sont mieux gérés, et jaugés pour être suffisamment mis en valeur et amenés avec le plus de fluidité possible… Et ça paye ! La conséquence directe est que chaque mélodie, qu’elle soit vocale ou instrumentale, fait mouche, si bien qu’il est très difficile sur "The Road Less Travelled" de valoriser un morceau par rapport à un autre.

Là où on trouvera peut-être deux camps, c’est en rapport avec le côté Power beaucoup plus prononcé de l’opus qui n’attend pas plus tard que "Driven" pour nous embarquer dans ce tourbillon de batterie galopante. Et d’une manière générale, on trouve des titres mid-tempo aux subtiles variations rythmiques (magnifique "The Anger And The Silent Remorse"), plus proches d’une esthétique Prog, et les autres plus enlevés qui ramènent vers le Power Metal ("21"). On peut en cela rapprocher la musique de TRIOSPHERE de celle pratiquée aujourd’hui par DGM. On y retrouve d’ailleurs ce subtil dosage de structures éclatées mais parfaitement maîtrisées (il faut voir par exemple comment le groupe parvient à se sortir avec panache d’un pont instrumental pour retomber sur son dernier refrain : tout simplement épatant).

TRIOSPHERE dispose d’une sacrée paire d’atouts dans sa manche. Ida Haukland, déjà épatante sur le premier opus, est ici impériale, gérant à merveille les deux facettes de sa voix et accomplissant une performance ahurissante sur l’ensemble de l’opus, d’autant qu’elle enjolive certaines de ses envolées de petits chœurs appréciables, distillés avec parcimonie, même si une écoute approfondie révèle des doublages assez fréquents sur les parties fortes ; un petit subterfuge de studio qui ne nous rend l’écoute que plus agréable et qui, c’est la dichotomie qui se pose, tend à rapprocher la sensation de live. Nul doute que la grande blonde n’a pas traîné pour enregistrer ses parties vu l’urgence et la spontanéité qui semblent en jaillir.

L'autre point de fort, c'est la composition et le jeu de guitare du maître à penser Marius Silver Bergensen.
Et alors qu’on pensait se reposer le temps d’un "Marionette" au son clair chaleureux et dépouillé, ce n’est ni plus ni moins que l’une des pièces maîtresses, si ce n’est le chef d’œuvre de "The Road Less Travelled" qui nous est proposé, et il est d’ailleurs devenu l’un des points culminants du live (c’était d’ailleurs le cas lors de l’édition 2014 du PPM Fest). Aucun répit ne nous est laissé, puisqu’il faut déjà s’immerger dans la pièce-titre et son refrain à la mélodie funky. Arpèges, chorus d'accompagnement ou de contrechant, riffing approprié se partagent les tâches dans un choix d'harmonies diversifié qui ouvre les oreilles du mélomane instantanément, d'autant que la production, moderne mais pas trop gonflée à la testostérone, permet, pour ne rien gâcher, d'apprécier le toucher du six-cordiste.

Il doit y avoir des périodes comme ça, mais j’ai la chance de tomber sur d’excellents albums ces temps-ci (notamment la discographie de VANDEN PLAS que j’approfondis drôlement, encore touché de ma rencontre avec Andy Kuntz). Quel plaisir de vous diriger sur l’un des nouveaux maîtres du Heavy Prog. On le sait, les Norvégiens sont très forts en la matière, nous ayant déjà révélé CIRCUS MAXIMUS, LEPROUS ou encore ASPERA. Il faut juste souhaiter à TRIOSPHERE de parvenir à raccourcir le gap entre ses albums (quatre années entre "Onwards" et "The Road Less Travelled") pour s’imposer sur un marché Metal plutôt saturé, et un créneau où la qualité est généralement au rendez-vous. L’un des albums Prog incontournables de cette décennie.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


ROYAL HUNT
Paradox (1997)
L'intemporel message à Dieu




REIGN OF THE ARCHITECT
Rise (2013)
La Kabbale version cyber-punk


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Ida Haukland (chant, basse)
- Marius Silver Bergensen (guitare)
- Ole Munkholm Byberg (guitare)
- Ørjan Aare Jørgensen (batterie)


1. Ignition
2. Driven
3. Human Condition
4. Death Of Jane Doe
5. Marionette
6. The Road Less Travelled
7. The Anger And The Silent Remorse
8. Watcher
9. 21
10. Worlds Apart
11. The Last Haven (outro)
- Limited Edition Bonus Track
12. Echoes



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod