Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH IMPÉRIAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DESOLATE SHRINE - The Heart Of The Netherworld (2015)
Par MEFISTO le 9 Février 2015          Consultée 3721 fois

L'humain est une créature si étrange. Entouré de toutes les beautés inimaginables, il se fait un malin plaisir de tout détruire par appât du gain, que ce soit l'argent ou la satisfaction personnelle qui le motive. Et le monde sur lequel il respire en souffre, bien que ce sol nourricier offre ce dont chacun a besoin pour vivre sainement, sans exagération. On devrait s'en contenter, bien évidemment, mais un je-ne-sais-quoi nous pousse vers la démesure, à petite échelle chez certains passionnés maladifs ou à large échelle chez d'autres mégalomanes narcissiques. Le résultat? Une planète à l'abandon, un climat social tendu et une propension à se délecter de futilités afin d'oublier notre embarras…

Ce que DESOLATE SHRINE accomplit, avec son troisième album, est de synthétiser l'état des choses sur notre Planète Bleue, tout en nous attirant vers le côté sombre de nos pensées. "The Heart Of The Netherworld" est ainsi une communion entre notre âme torturée par les extrêmes dont nous sommes témoins quotidiennement et la complexité de notre environnement dépeinte en notes et en turbulences apocalyptiques. De cette intégration malsaine découle une expérience enivrante, une chevauchée angoissante, encore plus qu'un simple album de musique. Car les Finlandais de DESOLATE SHRINE ne sont pas que des apôtres de la fin du monde motivés par l'étalement des pires atrocités, ils sont avant tout dédiés à créer des fresques dantesques qui propulsent l'auditeur dans une dimension plus subtile et envoûtante que la somme de toutes les niaiseries dont il se nourrit.

Le génie s'extirpant de cet amas, de prime abord homogène et opaque, est un talent pour les riffs à la fois lourdingues, poisseux et harponneurs. Ces grosses lames de fond chamboulent votre vaisseau déjà condamné par la tempête, magnifient cette houle qui vous arrache le cœur et vous colle sur le pont. La pluie embrouille votre vision, la noirceur cloue vos membres au grand mat, en attendant d'être brisé par ce Léviathan qui fait tourbillonner votre univers. Chaque fois que "The Heart Of The Netherworld" semble s'étirer, baisser la garde, CRAC!, un éclair fuse d'entre les nuages gris pour électrifier cet orage au son horrifique et généreux. Demeurez donc sur vos gardes, car nul ne sait quand la bête va revenir planter ses crocs dans votre cerveau.

DESOLATE SHRINE doit sa profondeur abyssale au maître instrumentiste L.L., qui se farcit toutes ces ambiances d'épouvante. Les vocalistes Roni et Markus font le reste dans cette formule plutôt rare. Mais cela ne devrait pas nous surprendre outre mesure qu'il n'y ait qu'une dynamo au sein de ce concepteur de cyclones, car souvent, le Black ou le Death le plus impérial jouit d'une influence unique, dont le cachet personnel permet à la musique de pleinement macérer. C'est le cas sur "The Heart Of The Netherworld", un album issu du caveau dans lequel les aptitudes de L.L. ont maturé et bouillonné avant de filtrer comme des flèches meurtrières.

"The Heart Of The Netherworld" est une expérience, il est important de le répéter pour ne pas oublier. C'est une course de char endiablée menée par Lucifer lui-même, tiré par les trois chevaux de DESOLATE SHRINE, ses fidèles. Ceux qui ont perdu la foi en ce monde offrant toutes les somptuosités dont le commun des mortels devrait se repaître sans rechigner. Ceux qui ont aidé le Prince des flammes à bâtir son univers parallèle qui, à bien des égards, supplante celui dans lequel nous vivotons comme des volatiles étêtés.

Un must pour tout disciple drogué à l'excessivité, tout métalleux avide de morceaux aussi noirs que du charbon et aussi gras que la croûte terrestre que nous gavons de notre stupidité.

Quand ces trois destriers auront achevé leur course meurtrière, il est vrai qu'il ne restera qu'un sanctuaire en ruines. Et vous, docilement, vous réduirez en poussière ces vestiges tellement vous serez attiré par le monde des morts que loue DESOLATE SHRINE.

Une des plus belles représentations de l'Enfer qui existe. Un monumental legs à l'extrême et, ironiquement, à l'espèce inhumaine.

Note : 4,5/5.

Podium: (or) "Death", (argent) "Desolate Shrine", (bronze) "Leviathan".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


IMPETUOUS RITUAL
Relentless Execution Of Ceremonial Excrescence (2009)
Vous avez dit malsain ?




HAIL OF BULLETS
On Divine Winds (2010)
La guerre se poursuit... Dans le Pacifique !


Marquez et partagez





Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Roni Sahari (chant)
- Markus 'hellwind Inferion' Tuonenjoki (chant)
- L.l. (tout)


1. Intro
2. Black Fires Of God
3. Desolate Shrine
4. Death
5. We Dawn Anew
6. Leviathan
7. Heart Of The Netherworld



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod