Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH IMPÉRIAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DESOLATE SHRINE - Deliverance From The Godless Void (2017)
Par MEFISTO le 6 Novembre 2017          Consultée 951 fois

Chaos et colère.

C'est ainsi que se définissent les Finlandais de DESOLATE SHRINE, dont le line-up plutôt bizarre (un instrumentiste et deux gueulards) est inchangé depuis la création de l'entité infernale en 2010. Chaos et colère, nihilisme enragé, asphyxie spirituelle, annihilation de toute forme de vie colorée, l'univers Blackisé qu'on nous dépeint grâce à ce Death Impérial est un sacré cauchemar.

J'attendais "Deliverance From The Godless Void" avec grande impatience, car avec son talent et ses succès précoces, le trio sortirait sûrement son album de la saloperie de maturité tant espéré… Et c'est effectivement cette boucherie sulfureuse que l'on visite pour s'approvisionner en gigots putrides. Une boucherie appétissante qui vous charcute les certitudes en un tournemain, en emprisonnant vos neurones dans le moulin à viande pour en faire de la chair à saucisse.

Les trois méfaits précédents des Finlandais nous ont certes préparé les tympans à cette accablante intensité, aussi la jouissance sera-t-elle automatiquement renouvelée. Là où DESOLATE SHRINE impressionne davantage c'est au niveau des trouvailles mélodiques à la guitare et au synthé, qui, encore plus que jamais, détonnent. L.L. s'est arrangé pour que sa formule puisse plaire à un plus large auditoire avec ces notes perçant la noirceur, lueurs d'espoir accrocheuses qui, en plus, évoquent des tableaux de films horrifiques. Les idées qu'il disperse sur "The Primordial One", "Demonic Evocation Prayer", "The Graeae" ou "…Of Hell", se greffent parfaitement aux atmosphères brodées par une guitare incisive, groovy et grasse, rutilante, sèche et électrisante.

Autre force inextinguible chez DESOLATE SHRINE : la puissance des vocaux, qui agissent comme un instrument à part entière dans cette tornade de lames. Pas étonnant, direz-vous, avec deux sbires chargés de hurler la malveillance cultivée par le combo. Sauf qu'ici, tout est habilement dosé et mixé ; rien ne prend le pas sur un élément de l'orchestre, l'ambiance affolante qui nous serre la gorge dès les premières minutes ne relâche son étreinte que 55 minutes plus tard, quand le crescendo de "...Of Hell" vient rappeler le début en lion de "Deliverance From The Godless Void".

Bref, on nage dans du pur génie, autant dans le souci du détail que dans les bouleversements ponctuant cet album ; Death Brutal ici, Black Mélo là, Doom Atmo ici, Death/Black galopant là... Si cette violence tapisse la galette de la tête à la queue, ses nombreux visages se cachent sous autant de masques grimaçants, flottant devant notre regard ahuri, apeuré. C'est là que réside toute la richesse de la musique des Finlandais, dans ce sentiment d'instabilité que l'on ressent en pénétrant dans chacun des cercles de cet Enfer. Des cercles habités par des pécheurs distinctifs, qui sont parfois pressés d'en finir ("The Waters Of Man", "Lord Of The Three Realms", "Demonic Evocation Prayer"), ou qui préfèrent vous faire souffrir lentement ("Unmask The Face Of False", "The Graeae", "The Silent Star"). Peu importe la vitesse à laquelle l'opinel tourne, les dommages seront vicieux et irrévocables. DESOLATE SHRINE vise le massacre à tout coup, que ses semelles soient en bois ou en acier.

En résulte une immense satisfaction. Une envie de montrer les dents et de déchiqueter tout ce qui bouge… En silence, en fantasme…

"Deliverance From The Godless Void" est un quatrième uppercut de suite de la part d'un des Scandinaves les plus balèzes de la scène extrême actuelle. Si vous l'ignoriez encore, il serait temps de plonger tête première dans la spirale grise, les amis… À écouter d'une traite dans l'obscurité la plus totale, sans interruption, pour que la contamination soit efficace.

Note : 4,5/5. Pas de Sélection, qu'un coup de cœur sans énorme surprise.

Podium : (or) "Unmask The Face Of False", (argent) "The Graeae", (bronze) "The Primordial One".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


CALM HATCHERY
El Alamein (2006)
Y'a pas à dire, l'Égypte est minée...




ATHEIST
Jupiter (2010)
Retour hallucinant des pères du death technique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- R.s (chant)
- M.i (chant)
- L.l. (tout)


1. The Primordial One
2. Lord Of The Three Realms
3. Unmask The Face Of False
4. The Waters Of Man
5. The Graeae
6. Demonic Evocation Prayer
7. The Silent Star
8. ...of Hell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod