Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY DOOM  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cirith Ungol

PAGAN ALTAR - Lords Of Hypocrisy (2004)
Par DARK SCHNEIDER le 24 Octobre 2014          Consultée 2155 fois

On ne peut pas être et avoir été, dit le proverbe. Si cette expression est bien accommodante pour faire son littéreux afin de conclure une chronique négative d’une œuvre passéiste et ratée, elle n’en est pas moins totalement inexacte dans son aspect généraliste. "Lords Of Hypocrisy" de PAGAN ALTAR est le parfait exemple de la fausseté (voire de la bêtise) de ce proverbe. Fort du soutien d’une fan base indéfectible, totalement dévouée aux premières œuvres du groupe enfin disponibles officiellement, PAGAN ALTAR en profita pour se reformer et faire revivre son aventure musicale. "Judgement Of The Dead" ne représentait qu’une partie minoritaire du matériel écrit à l’aube des années 80, les Anglais avaient bien d’autres compositions dans leurs besaces. Tout un second album en fait. Mais cette fois-ci, aucun enregistrement d’exploitable pour une ressortie officielle. Seule solution : tout réenregistrer. Un pari risqué – plus de 20 ans se sont écoulés tout de même – mais relevé haut la main par le groupe.

"Lords Of Hypocrisy" est donc un enregistrement de 2004 composé uniquement de morceaux anciens. Le groupe ne prend donc pas le risque d’inclure du nouveau matos, mais à quoi bon vu la qualité de ces vieux titres ? PAGAN ALTAR nous met une nouvelle fois à genoux. "Lords Of Hypocrisy" est une œuvre grandiose en tous points, un véritable tour de force !
Cette fois-ci, l’assise musicale est plus facilement discernable que sur "Judgement Of The Dead", un peu moins d’originalité donc, mais l’excellence est toujours de mise. Années 2000 obligent, la production se veut plus professionnelle. Mais attention, pas de gros son sur-compressé ici, que nenni ! Tout respire le vintage, il n’aurait pu en être autrement au vu du registre musical. Mais c’est propre et clair, moins brumeux que "Judgement Of The Dead", ce qui pourra gagner la préférence de certains auditeurs. La musique de PAGAN ALTAR navigue alors entre un Heavy Doom énergique pas si éloigné que ça de l’esprit Rock’N’Roll d’un PENTAGRAM et des compositions épiques drapées de mélodies moyenâgeuses (enfin, plutôt époque Renaissance en fait) de toutes beautés.

C’est un orgue qui introduit l’album, accompagné d’une voix féminine parfaitement dosée : bienvenue dans l’église des Seigneurs de l’Hypocrisie. Réellement enregistrée dans le chœur d’une église, cette intro pose immédiatement une ambiance gothico-mystique lourde de sens à la lecture des paroles, toutes très bien écrites (rare pour un groupe de la NWOBHM !). Le curé, ou pasteur, qui a autorisé le groupe à utiliser son lieu de culte n’a pas trop dû être regardant… Les paroles tournent globalement toutes autour du thème de la manipulation de masse, de l’hypocrisie religieuse sous toutes ses formes, et du mal commis par l’humanité, faisant presque de ce disque un concept album. On n'a cependant pas affaire à du Metal gothique en carton, et les riffs sont Heavy et old school, et surtout très inspirés. Difficile de ne pas être pris par le rythme entraînant du title track ou d’un "Satan’s Henchmen", où l’on imagine sans peine les membres encapuchonnés d’une secte païenne headbanguer à la lueur de torches autour d’un autel maudit.

La composante moyenâgeuse est toujours prête à resurgir aux gré de passages médiévaux soit acoustiques, soit franchement électriques, mariage des temps passés et présents. Les amateurs se délecteront du travail mélodique d’Alan Jones, troubadour ayant troqué son luth en faveur de l’abrasivité de la guitare électrique. L’hommage aux anciens n’est jamais loin, l’intro de "The Aftermath" ne peut qu’évoquer le fameux "Rainbow Demons" d’URIAH HEEP. De même, on a aussi l’impression que si le Ritchie Blackmore de BLACKMORE’S NIGHT s’était accouplé avec Tony Iommi ça aurait sans doute donné une musique très proche. PAGAN ALTAR, grand groupe méconnu, ne peut que nous évoquer des références de poids !

Les Anglais n’hésitent pas non plus à inclure une touche d’humour "So British", au travers essentiellement de la ritournelle malicieuse qu’est "The Devil Came To Brockley", qui paraît presque hors-contexte mais qui traduit parfaitement l’état d’esprit de ce groupe. Une petite touche autobiographique (Brockley est le quartier londonien d’attache du groupe), qui nous rappelle que sous-couvert de paganisme et de mise en scène théâtrale, de textes nimbés d’une aura occulte et démoniaque, PAGAN ALTAR est surtout un groupe qui traite de sujets sérieux, ancrés dans le quotidien, bien plus qu’il ne paraît ! Tout est intelligent chez PAGAN ALTAR. Il suffit pour cela de se pencher attentivement sur le coup de maître qu’est "The Masquerade", sommet de l’album, qui outre sa maîtrise instrumentale parfaite (Heavy, Doom, relents mélodiques des temps anciens et chœurs féminins issus des films d’horreur italiens des 70’s), impose un texte qui nous mets face au miroir de notre âme.

"Lords Of Hypocrisy" est donc un successeur qui soutient sans sourciller la comparaison avec le culte "Judgement Of The Dead". Il faut dire que vu que les compositions datent à peu près de la même époque, cela n’est pas si surprenant. Mais le son et l’interprétation n’y sont pas étrangers non plus, et il faut donc aussi souligner la performance de Terry Jones au chant qui ne souffre absolument pas du poids des ans, et qui offre un travail mélodique plus poussé que par le passé, rendant son chant sans doute plus agréable pour ceux qui ont dû mal avec son aspect nasal.

Le temps qui s’est écoulé entre la conception de "Judgement Of The Dead" et la réalisation de ce "Lords Of Hypocrisy" fait que ce dernier n’a pas l’aspect avant-gardiste de son aîné, lui ôtant du coup quelques degrés sur le baromètre du culte. Mais on s’en fout. La qualité musicale demeure suffisamment présente pour que cet opus brille tout autant de l’éclat de 5 étoiles, et fasse mentir de vieux proverbes poussiéreux.

Faces are just curtains of stone,
That hides their true feelings 'till they're alone.

A lire aussi en DOOM METAL par DARK SCHNEIDER :


PAGAN ALTAR
The Room Of Shadows (2017)
Rest in peace




PAGAN ALTAR
Judgement Of The Dead (1982)
C-U-L-T-E !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Terry Jones (chant)
- Alan Jones (guitare)
- Trevor Portch (basse)
- Mark Elliot (batterie)


1. The Lords Of Hypocrisy
2. Satan's Henchmen
3. Sentinels Of Hate
4. Armageddon
5. The Interlude
6. The Aftermath
7. The Masquerade
8. The Devil Came Down To Brockley
9. March Of The Dead



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod