Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Superchrist
- Membre : Professor Black

HIGH SPIRITS - You Are Here (2014)
Par CITIZEN le 16 Juin 2014          Consultée 3126 fois

Qu’est-ce que vous avez fait depuis 2011 et "Another Night" ? Le temps semble passer plus vite pour Chris Black, qui, lui, s’est épanché dans de nouveaux projets (AKTOR, METALUSAFER) et fait ce deuxième HIGH SPIRITS (par comparaison, dans le même intervalle j’ai passé mon brevet des collèges (12/20 !) et appris à faire mes lacets). Avec SUPERCHRIST mis en pause depuis cette année, HIGH SPIRITS semble s’imposer comme le projet principal du bonhomme, avec une montée en puissance bien plus rapide que pour ses autres groupes (passages en Europe, assez étrangement vu chez Vice) et une disco maintenant assez conséquente, deux albums, un EP et une compilation de démos, dont la durée excède celle de ce nouvel album.

"You Are Here", un tournant dans l’inspiration de mister Black ? Déjà que le dernier SUPERCHRIST sonnait bien plus mélodique qu’à l’accoutumée, avec l’abandon (temporaire ?) de ce groupe c’est peut-être bien l’abandon définitif du côté obscur de la force. Symbole parmi d’autres : les pseudos ne sont plus de mise, le line-up tait les Hank Bitchlover et autres Whorepuncher, même le Black n’est plus de mise — written, performed and produced by Chris. Effectivement, cet album approfondit totalement l’expérience "Another Night", celle d’un Heavy dépouillé des obligatoires démonstrations de virilité. Au vu du passif du compositeur, on se dit qu’il en a trop fait par le passé et qu’il se met une nouvelle contrainte créative pour se force à faire du neuf. Castration volontaire ? En cherchant à se focaliser sur des thèmes plus personnels qui n’étaient jusque-là qu’embryonnaires, c’est aussi toute l’agressivité qui régnait dans la cité Black qui passe à la trappe.

Et je dois dire que c’est ce qui m’a pas mal dérangé au début, j’adorais la facette plus violente de Chris Black même si j’appréciais le virage un peu plus léger de "Holy Shit", le meilleur compromis à mon goût étant atteint sur "Another Night". Trop mielleux ce nouvel album, au point d’oublier à quel point le premier album pouvait également l’être ? Même si les ficelles sont les mêmes, on a l’impression que l’album veut nous dorloter plus que nous faire bouger et même les passages qui se veulent plus vibrants ne cherchent pas à communiquer un feeling très agressif. Mais petit à petit ces morceaux très catchy vous rentrent insidieusement par les pores sans trop insister, l’avantage naturel de la nouvelle formule étant bien sûr le caractère chaleureux des morceaux qui permettent parfois d’atteindre le jackpot ("I Will Run").

On mesure également l’énorme progrès de production avec "High Spirits", qui bien éclairci a vraiment un punch qui lui manquait tout en restant paré de son aura mélancolique et hypnotisante. Ce titre final bien choisi (issu de la compile de démos qu’il clôturait également) passe ainsi de bonne chanson parmi tant d’autres sur la démo à une chanson vraiment fabuleuse, je dois dire qu’elle m’a complètement obsédé même si la meilleure partie en a été coupée (la minute finale remplie de "hey! hey!"… On se refait pas).

Ne vous y trompez pas, c’est encore un album de qualité signé Black (qu’on pourrait renommer White pour l’occasion), même si çà et là quelques morceaux peuvent manquer d’un certain déclic, le piège d’un projet entièrement pris en main par un seul type et qui sort une musique parfois trop maîtrisée, un comble d’ailleurs pour le champion du Rock qui a pas de temps à perdre, qui ici semble prendre le temps de la réflexion et a déjà trouvé des automatismes pour faire du HIGH SPIRITS qui sonne comme d’emblée de jeu comme du HIGH SPIRITS. Ça faisait effectivement pas mal de ponts à couper pour entrer dans une ère de l’histoire de Black sans avoir de réminiscences de ses anciens projets et on peut dire qu’il s’en tire bien, en dépouillant radicalement son esthétique et s’affranchissant du fonds de commerce bière, baise, baston de SUPERCHRIST. En se tournant davantage vers lui-même il parvient à faire du neuf et à ancrer ce groupe dans sa propre identité. Après, il y a ces textes quand même répétitifs et un peu niais qui font se demander sur combien d’albums HIGH SPIRITS pourra tenir comme ça, mais dans l’instant présent à l’écoute de cet album vous ne serez sans doute plus assez grognon pour le remarquer.

Au final ce "100% high-energy Rock music !!!" autoproclamé n’est toujours ni du revival couilles-sur-la-table trop forcé ni du Power Metal niais (enfin un peu niais quand même), c’est peut-être simplement le genre de Heavy sincère que les gens ont besoin d’entendre ? Le genre de Metal qui met du baume au cœur pour le présent mais aussi qui porte de l’espoir pour la suite, HIGH SPIRITS s’empare de vieilles formules estampillées et approuvées true, les dépoussière et les met à l’ordre du jour avec une fraîcheur et une candeur qui les rendent difficiles à résister bien longtemps. Testez "You Are Here" et vous ne pourrez plus regarder un plan de métro sans que votre rythme cardiaque s’emballe et que vous ne vous mettiez à gueuler "WOHOHO THIS IS THE LAST NIGHT", garanti !

A lire aussi en HEAVY METAL par CITIZEN :


DAWNBRINGER
Into The Lair Of The Sun God (2012)
We are disciples of the suuuuuun




SANCTUAIRE
L'empreinte De Lucifer (2011)
Plus que prometteur


Marquez et partagez






 
   CITIZEN

 
  N/A



- Chris (chant & instruments)


1. When The Lights Go Down
2. I Need Your Love
3. One Thousand Nights
4. Reminding You Of Me
5. The Last Night
6. Can You Hear Me
7. Gone To Pieces
8. I Will Run
9. High Spirits



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod