Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MÉLODIQUE  |  STUDIO

Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


VALKYRJA - The Antagonist's Fire (2013)
Par MEFISTO le 24 Mars 2014          Consultée 2865 fois

Oui ! C'est là que vous deviez être, c'est CET album que vous deviez créer !

Voilà ce que je dirais aux Suédois si je les avais devant moi, après les avoir félicités évidemment pour ce tour de force. Ce troisième album défonce tout sur son passage et s'inscrit dans une suite logique des deux premiers efforts du groupe. "Contamination" annonçait déjà de bien belles couleurs chez VALKYRJA et je suis heureux que cette progression se poursuive avec "The Antagonist's Fire". À croire qu'ils n'arriveront peut-être jamais à faire mieux... Surtout que ce genre est souvent victime de préjugés, alors pour les plus venimeux impatients, ils ne feront sans doute jamais mieux !

VALKYRJA joue un Black Mélo véloce et martial, aussi violent qu'un DARK FUNERAL et aussi mélodique qu'un NAGLFAR ou un WATAIN. Un Black crotté mais coloré, qui ne tombe pas dans les teintes bonbons du Black Atmo ou Sympho, qui compte simplement sur ses deux guitares pour accomplir le sale boulot. Alors ne pensez pas être illuminé de la grâce quelque dieu ou avoir tout cuit dans le bec, faudra travailler un peu, souffrir, pour atteindre le nirvana.

Rares sont les respirations dans cette oeuvre, on n'a qu'à bien se cramponner au kart, parce que la promenade sera dure sur les tripes... Un conseil pour les cœurs sensibles : ne mangez pas avant de vous farcir "The Antagonist's Fire", car vous vous exposez à un beau gâchis tellement ça part dans tous les sens, tellement c'est étourdissant et... démoniaque. Oui, démo de chez démo.

Une calamité livrée avec grande pompe, défonçage de fûts et grattes supersoniques à la clé, tout ceci scellé par une malsaine production empestant le old school, l'humidité et le souffre. Oui, on est dans un donjon, une saloperie de prison dans laquelle on a se plaît à croupir sous les assauts répétés des cinq geôliers, dont l'instrument arrive à tirer son épingle du jeu dans ce gros bourbier infernal. C'est certes un chouïa raw, les fans nourris aux superprods' risquent de s'emmerder, le bruit de la basse est dégueu et l'écho passager sur la batterie c'est naze, mais quand tous ces éléments son cachés derrière des couches de cordes boostées de notes aussi nombreuses que cauchemardesques, on se laisse berner.

Oh, il y en aura toujours pour geindre que c'est répétitif. Côté rythmique, il est vrai que ça ne ralentit pas souvent, mais un tel Black se permet rarement d'accoster. Rappelez-vous "Nightwing" de MARDUK, album culte qui tabasse constamment sur les mêmes nerfs. Eh bien, "The Antagonist's Fire" est coulé dans le même moule, sauf que ses mélodies apocalyptiques infligent de sourdes claques et de vibrants uppercuts. Et ce qui est remarquable est que plus le disque avance, plus il s'améliore, devient incisif et vraiment malintentionné. Je dirais qu'à partir de "Yearn To Burn" et sa finale épique, les répits sont rares... pour notre plus grand plaisir !

Les Suédois ont d'ailleurs gardé le meilleur pour la fin avec le vicieux et ébouriffant duo "Season Of Rot" et "Treading The Path Of The Predator", qui prouvent que VALKYRJA est increvable et n'a pas fini de nous en mettre plein la gueule dans le futur. Un gros point d'exclamation qui veut dire « à la prochaine fois ».

Un chroniqueur anglophone a judicieusement souligné que là où WATAIN s'est un peu planté sur son dernier album, VALKYRJA, lui, assure au maximum. Je suis d'accord, même si je dirais simplement que le groupe a poussé son talent où je les attendais, c'est-à-dire au sommet de la pyramide du Black Mélo. Du grand art noir que cet "Antagonist's Fire", du Black impérial autant pour les initiés, qui croyaient que seules demeuraient les vieilles références du genre, que les nombrils verts avides de découvertes de qualité.

Le problème avec VALKYRJA est qu'il est méconnu. Et ça, j'espère naïvement que ce sera la dernière fois que je l'écrirai. Alors cessez de vous complaire dans vos vieux albums de NAGLFAR, DARK FUNERAL, MARDUK ou WATAIN et savourez ce cru splendide.

Un gros 4,45/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


AENAON
Hypnosophy (2016)
Les nouveaux dieux de l'Olympe récidivent




SHINING
X – Varg Utan Flock (2018)
Toujours vivant !


Marquez et partagez





Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- S.w. (guitare)
- A.l. (chant)
- J. Wallgren (batterie)
- V.p. (basse)
- Thelberg (guitare)


1. Betrayal Incarnate
2. The Cremating Fire
3. Madness Redeemer
4. Yearn To Burn
5. Eulogy (poisoned, Ill And Wounded)
6. Season Of Rot
7. Treading The Path Of The Predator



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod