Recherche avancée       Liste groupes



      
NÉO HORROR METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Secret Sphere, Archon Angel
 

 Site Officiel (484)
 Myspace (314)
 Reverbnation (283)
 Chaîne Youtube (330)

DEATH SS - Resurrection (2013)
Par ZODD le 12 Novembre 2013          Consultée 2386 fois

Dans ce "Resurrection" sont réunis tous les éléments du Metal normal et commercial qu’habituellement je me contente d’ignorer, au mieux de mépriser. Look surfait, guitares gonflées façon Neo Metal, envolées NIGHTWISHiennes et production radiophonique, toute la panoplie fast-food Metal y est.

Dans ce cas pourquoi n’ai-je tout simplement pas refilé ce disque à Jeff Kanji ou à Mulk-machin chose pour ensuite vaquer à mes habituelles branlettes de kvlteux constipés ? Pour la bonne raison que ce disque est estampillé DEATH SS, un des groupes les plus importants de la scène Metal italienne.
Active depuis 1977 (!!!), cette formation aura dans sa longue existence été le pionnier du mouvement occulte italien (dont le best of de 77-84 est un joli témoignage), le fier inventeur du concept "Horror Metal"(combinant Hard Rock musclé et costumes de Halloween) et le géniteur d’une trentaine de productions Heavy Metal allant du presque parfait ("Black Mass") au très médiocre ("Humanomalies").

Mais DEATH SS se sera vite détourné du sombre chemin de ses pairs Paul CHAIN, REQUIEM ou encore BLACK HOLE en choisissant de rester ouvert au grand public. Après tout, même si la bande à Steve Sylvester a toujours été célèbre au sein de l’underground, ses influences principales restent ALICE COOPER et KISS.

Dans cette optique, la groupe n’a en effet aucune honte à avoir recours à un son aussi édulcoré, à du chant féminin d’opéra Metal seconde zone et à des claviers cosmiques pas loin de pouvoir figurer sur un tube New Wave française tardive de 1992.
Une fois justifiée esthétiquement, ces choix renvoient à une nouvelle question : pourquoi tout ce bric-à-brac ringard fonctionne-t-il aussi bien chez DEATH SS ?

Parce que ce groupe aura toujours cultivé intelligemment une esthétique basée sur le kitsch et le ringard, zonant toujours entre premier et second degré (t'façon, des Italiens déguisés en vampire et en momie ça n’a jamais eu l’air très sérieux !). Si le groupe se laisse à présent influencer par les artifices les plus convenus du Metal actuel, c'est parce que l'entité italienne sait jouer avec les codes de la musique moderne et nous livre ainsi un album aux titres aussi clichés que jouissifs.

À commencer par le deuxième titre "The Crimson Shrine", tube puissant et marrant à la fois (aller voir les clips vidéos réalisés pour cet album, ils sont délicieux). Ce break lyrique où la bimbo NIGHTWISHienne (deuxième fois que j'utilise ce terme, je vais devoir penser à le déposer) nous livre son speech inspiré est si phénoménalement ridicule qu'on ne peut l'approcher sérieusement, nous permettant ainsi de l'apprécier pour son efficacité !

Si on est en droit de se demander à quel point le groupe se prend au sérieux au niveau de son esthétique, une chose est sûre : le professionnalisme est au rendez-vous. Les musiciens sont appliqués et offrent une prestation léchée et sous le signe du contrôle. Cela se ressent particulièrement sur les titres plus Pop comme "Dionysus"ou "Ogre’s Lullaby", où tous les éléments semblent précisément à leur place. La voix de Steve Sylvester est particulièrement convaincante dans toute son agressivité naturelle et théâtrale.

"Resurrection" est donc ce que j’appellerai un "nanar" du Metal, une auto-parodie de la part d’un groupe qui a parfaitement cerné les enjeux musicaux de son époque. Ce sont souvent les ficelles les plus grosses qui sont les plus efficaces. Faites une pause et offrez-vous (avec modération ceci dit, je commence moi-même à saturer) ce petit denier de la grande discographie de DEATH SS. Et surtout n’ayez pas honte : même les rédacteurs des Cahiers du Cinéma regardent "Grey’s Anatomy" de temps en temps, juste histoire de décompresser.

A lire aussi en HEAVY METAL par ZODD :


BLACK DEATH
Black Death (1984)
Black dynamite metal




SORCERY
Sinister Soldiers (1978)
Heavy d'avant...


Marquez et partagez




 
   ZODD

 
  N/A



- Steve Sylvester (chant)
- Freddy Delirio (clavier)
- Glenn Strange (basse)
- Al De Noble (guitare)
- Bozo Wolff (batterie)


1. Revived
2. The Crimson Shrine
3. The Darkest Night
4. Dionysus
5. Eaters
6. Star In Sight
7. Ogre's Lullaby
8. Santa Muerte
9. The Devil's Graal
10. The Song Of Adoration
11. Precognition
12. Bad Luck



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod