Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (17)
Questions / Réponses (1 / 9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1981 1 1

WARNING - 1 (1981)
Par CITIZEN le 25 Décembre 2018          Consultée 373 fois

Le couplet est familier quand on cause scène française et années 80 : et vas-y que je te cause groupe qui dépasse les standards internationaux, qui monte vite, qui à la pêche et tout ce qu’il faut- apparemment-, et dont la carrière est cassée aussi sec. Bèh c’est un peu complètement ça WARNING : décollé avec une longueur d’avance sur le gros du peloton Metal fr 80s, mais faisant quand même office de nouvelle vague pour un public déjà sensibilisé au Hard national avec les TRUST et OCÉAN (auquel il emprunte encore un poil), il va faire repousser momentanément les limites du gros son forgé en hexagone et alimenter la niaque des futurs metalheads qui reprendraient le flambeau -- le groupe aurait pu exploser mais ne fera finalement que trois albums entre 81 et 83, dont ces deux premiers albums sans titre.

Et quels albums !! C’est vrai qu’il y a aussi de quoi se monter la tête quand ta démo est retenue par Polydor qui y croit à fond, ça s’emballe, « "Warning II" aura ensuite droit à un battage médiatique organisé, avec des pubs dans le métro, jeux-concours, clip pub pour Air France (non diffusé), avec disque d’or à la clé, la totale, inimaginable pour un groupe national (et merci les notes de la réédition Axe Killer !). C’est quand qu’un groupe a droit aux panneaux du métro pour lui tout seul, y a juste IRON MAIDEN qui a ça pendant ses tournées ? Et cette foi derrière le groupe, à qui on déroule le tapis rouge, en essayant encore de faire des grosses stars du Rock, mais hey on allait vite se rendre compte qu’on était passé au Heavy Metal et que le « succès » pour un groupe de ce genre nouveau et agressif c’est tout relatif comparé au faste des rockers à papa ! Ça allait bien vite devenir morose - des combos qui doivent voir à l’étranger pour se faire sortir leur album, tombant parfois sur des types qui visaient à exporter quitte à passer de force au chant anglophone sans croire ou comprendre la spécificité du Metal français… tout ce genre de mauvais calculs mais sans trop avoir de choix.

Mais WARNING c’était avant ces déboires, c’est encore le rêve pour les fans de décibels, c’est le… Succès ? Pour nous oui parce qu’on a encore ces deux albums à se passer, mais pour eux sûrs que non, l’ambiance de travail devient détestable sous les pressions des managers et le chanteur se tire, laissant derrière lui un groupe juste capable de toussoter un "Métamorphose" mal reçu qui marquera la fin du nom WARNING.

Artistiquement parlant, ce premier album est très haut en couleurs, mis à côté d’un TRUST qui était alors la référence ça sonne forcément très fantasque mais WARNING tient encore l’avantage de la comparaison face à bien d’autres groupes venus après à mon sens, les compos sont très légères et audacieuses. L’album excelle surtout entre "Ciné Regard" et "New Look", quatre pistes géantes bordées tout de même par des challengers de haut niveau, à l’exception peut-être de la ballade "Tel Que Tu l’Imaginais", enfin ça doit être générationnel parce qu’elle a quand même ses aficionados, à vous de voir. Mais c’est sûr qu’un album qui sonne si aéré (aérien ?) pour des standards modernes a pas besoin d’une piste moins Rock en plein milieu ! Ce qui vient après est pourtant bonnard aussi, "Satan Relaps" qui est un titre de Heavy Reggae, parfaitement, et un faux-live "Alice In Yonderland", deux titres très bons en eux-mêmes mais que voulez-vous j’ai pas trop d’inspiration pour ça quand il y a "Le Casse" qui tourne en même temps !

Cet album a beau être moins agressif que le suivant (et un [petit] peu moins bon aussi pour moi), il fait quand même flasher des mélodies blindées d’une section rythmique super entraînante, et ce qui surprend quand on regarde ce qui s’est fait après c’est la liberté totale de compo qui semble être la règle là-dedans, sans absolument rien évoquer de négatif et ce malgré le fait que la musique jouée a définitivement passé les portes du Heavy ! Tout est parfaitement fluide avec une guitare qui gueule pas mal mine de rien, y a de la fièvre, des petits synthés (bon sur "Le Casse" surtout et c’est même pas le truc remarquable de la chanson), parfois une alternance anglais/français dans un même couplet, ce qui peut taper sur les nerfs mais je prédis l’accoutumance à la longue. Niveau liberté ça concerne aussi l’écriture, je pense surtout à un « Tu joues au tennis le weekeeeend ! » qu’on voit pas trop venir, le tout chanté par la voix de l’emblématique Raphaël Garrido qui va limite pousser un peu King Diamond pour s’asseoir sur le même trône.

V’là la bête, qui sonnerait comme un mix familier entre un OCÉAN d’après "God’s Clown" pour son énergie gracieuse et parfois un peu comme le SATAN JOKERS des "Fils Du Metal" dans certains passages grandiloquents et éraillés, d’ailleurs Stéphane Bonneau était de l’aventure mais s’est éclipsé avant l’enregistrement de "Warning" I. Un des albums immortels de la période et une transition idéale vers un Heavy plus musclé et plus conscient de lui-même !

D’ailleurs j'ai fait toute la chronique sans parler de "Going To USA". C’est une bonne chanson. Écoutez-là.

Je vous conseille aussi de lire l’interview de Raphael Garrido sur http://france.metal.museum.free.fr/interviews/Rapha.htm, et aussi de parcourir l’ensemble de ce site qui est une vraie Bible pour le vieux Metal hexagonal.

A lire aussi en HARD ROCK par CITIZEN :


VULCAIN
Transition (1990)
Mue temporaire pour vulcain




AKTOR
Paranoia (2015)
O.V.N.I métalloide pétaradant


Marquez et partagez




 
   LOTUS

 
   CITIZEN

 
   (2 chroniques)



- Raphaël Garrido (chant)
- Christophe Aubert (lead guitares)
- Didier Bernoussi (guitares)
- Alain Pernette (basse)
- Henri Barbut (batterie)


1. Going To U.s.a
2. Ciné Regard
3. Le Casse
4. Sous Le Soleil De Mescaline
5. New Look
6. Tel Que Tu L’imaginais
7. Satan Relaps
8. Alice In Yonderland (faux Live)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod