Recherche avancée       Liste groupes



      
CIRQUE  |  STUDIO

Commentaires (9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2010 Nostril
2012 Hallelujah
2017 Savage Sinusoid
 

- Membre : Corpo-mente, ÖxxÖ XÖÖx, Whourkr

IGORRR - Savage Sinusoid (2017)
Par CHAPOUK le 22 Août 2017          Consultée 847 fois

Le talent d'IGORRR serait-il en train de s'essouffler lentement ? Ou bien c'est le fait d'avoir signé sur le label Metal Blade qui l'a poussé à produire quelque chose d'un peu plus "sérieux", plus "conventionnel" et donc plus "audible" ?

Deux questions auxquelles je n'ai pas la réponse, mais qui vous donnent quand même un indice sur la teneur de ce "Savage Sinusoid". Ohhh bien sûr l'album est loin d'être mauvais, mais si on le compare rien qu'au précédent "Hallelujah" il est tout de même un poil en-dessous.

Pourquoi ?
Ben cette fois je pense avoir une, enfin plusieurs, pistes !

Déjà parlons du Breakcore ! Le Breakcore c'est quand même LE truc qui défonce tout chez IGORRR ! Bon vous me direz : "euh ouais mais non… ya aussi les chanteurs qui ont quand même une grosse importance dans sa musique !" Oui, c'est un point de vue que je ne cherche pas à nier, mais personnellement je suis rentrée dans l'univers d'IGORRR par la porte "free-parties-Crossbreed-Jungle-BONG-RA" (si vous avez compris un mot là-dedans, bravo !). Alors forcément dès le départ j'ai pas pu m'empêcher de tendre l'oreille pour avoir un aperçu de la qualité de ses mix et évidemment j'avais rien à redire.

Mais aujourd'hui si ! Aujourd'hui, sur ce "Savage Sinusoid" le Crossbreed / Breakcore de notre ami Gautier se révèle bien plus fadasse à mon gout que lorsque je l'ai découvert. Déjà ce côté explosif est beaucoup moins présent car les blasts et la batterie, de manière générale, ont pris beaucoup plus de place qu'auparavant et puis sur cette galette la partie Electro est plus utilisée comme un arrangement que comme un élément de composition et ça, quand on se rappelle un "Poisson Soluble", ça fait bizarre ! Ce choix, bien que totalement respectable, me perturbe car IGORRR c'est pas ça pour moi. Seul "Robert" tend à renouer avec les expériences passées du petit frenchy. On y trouve vrac : des gros bass-drop qui te soulèvent les intestins, le chaos total des lignes breakbeat de l'intro et même la fameuses saturation du Gabber / Speedcore (si si pendant le passage un peu "pouet-pouet-Tzigane"). Bref c'est l'unique morceau où l'Electro a plus d'importance que le reste donc faut en profiter !

Mais bon, passons sur le sujet "Breakcore en pilote automatique" et abordons le reste !
RAS du côté des chanteurs qui savent toujours me donner des frissons ("Ieud", "Opus Brain" dont le thème au sitar me fait direct penser au leitmotiv de Voldemort dans les films d'Harry Potter, "Problème d'Emotion") et même RAS sur les premières pistes du skeud, jusqu'à "Spaghetti Forever" très précisément. Jusqu'ici tout va bien on retrouve notre IGORRR en forme ("Viande" et son intro interdite d'écoute pour les cardiaques, "Houmous" et le côté Musette / Tzigane / Yiddish si cher à Mr Serre, "Spaghetti Forever" et son intro à la guitare classique légère qui laisse vite place à du lourd).
A partir de "Cheval" les pistes perdent en saveur… Pas qu'elles soient à chier, mais ça sent le déjà-vu le déjà-entendu et l'auditeur ne sera plus vraiment surpris (je me demande si le manque de sample n'y serait d'ailleurs pas pour quelque chose ?) jusqu'à "Apopathodiaphulatophobia" (Le saviez-vous ? Ce mot désigne la phobie de la constipation !) qui est presque Grind par moment. Puis il retournera en terrain connu (peut-être un peu moins connu sur "Robert") jusqu'au final.

Ce "Savage Sinusoid" est un peu plus rangé que ses petits frères, certains le trouveront du coup plus accessible, plus audible et pourront peut-être enfin apprécier l'univers d'IGORRR de cette façon, puisque les compos sont tout de même de bonne qualité et le tout est un peu plus orthodoxe qu'à l'époque des début de Mister Serre. Mais ce skeud va aussi en décevoir certains qui recherchent désespérément ce qui faisait la force d'IGORRR à l'époque de "Poisson Soluble". Ils le trouveront surement mois fou, moins débile (je ris seule en repensant à "Tendon") que ses précédents méfaits et risquent donc de se désintéresser de la tambouille d'IGORRR s'il persévère dans cette voix.

3,5/5 arrondi à 3/5.

A lire aussi en ELECTRO par CHAPOUK :


CELLDWELLER
Soundtrack For The Voices In My Head Vol. 01 (2008)
Coucou ! Tu veux voir ma... chronique ?




IGORRR
Poisson Soluble (2006)
Bonjour, j'pourrais avoir une baguette, svp ?


Marquez et partagez









 
   POSITRON

 
   CHAPOUK

 
   (2 chroniques)



- Gautier Serre (beaucoup de choses)
- Laurent Lunoir (chant)
- Laure Le Prunenec (chant)
- Katerina Chrobokova (clavecin)
- Nils Cheville (guitare classique)
- Erlend Caspersen (basse)
- Sylvain Bouvier (batterie)
- Pierre Mussi (accordéon)
- Yann Le Glaz (saxophone)
- Antony Miranda (sitar)
- Aymeric Thomas (8bits)
- Hervé Faivre (ingé son)


1. Viande
2. Ieud
3. Houmous
4. Opus Brain
5. Problème D'émotion
6. Spaghetti Forever
7. Cheval
8. Apopathodiaphulatophobie
9. Va Te Foutre
10. Robert
11. Au Revoir



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod