Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
6 commentaires notés  
[?]



Igorrr
Savage Sinusoid
Page  1 | 2 |

le 20 Mars 2020 par MARTIN


Les années passent, et le jeune auditeur curieux de tous les styles, de toutes les sensations possibles et imaginables, a laissé place à un auditeur devenu fin connaisseur et exigeant, capable de rejeter ou d'adouber une musique avant même d'en arriver à la fin. Nous savons désormais ce que nous cherchons, même si nous prétendons rester ouverts à toute découverte. De fait, les claques musicales se font de plus en plus rares, les sensations un peu moins fortes, la nostalgie d'un côté et notre affirmation de l'autre nous enlevant le privilège d'une oreille sans vécu.

Pour cela, je remercie IGORRR et ce superbe "Savage Sinusoid" d'exister. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas écouté un disque de la première à la dernière piste, dans l'ordre et avec, à chaque fin de titre, la curiosité et l'excitation de découvrir le suivant. Et de recommencer la lecture une fois le dernier titre fini.

Toujours surprenant, jamais incohérent, subtil et brutal, drôle et solennel à la fois, "Savage Sinusoid" est simplement un gros plaisir. Enfin, il ne tombe jamais dans le conceptuel pour le simple plaisir de l'être, son originalité ne résulte en aucun cas d'un snobisme, seulement d'une belle créativité.

Merci.

le 26 Novembre 2019 par LE OUISTITI


J'ai pas adhéré à la chose, navré.

Pour moi IGORRR se limite à une expérience sonore, un concept-art, de l'art très éphémère qui plus est.
Après une ou deux écoutes, je ne me vois pas me dire "tiens aujourd'hui je me passe du IGORRR en mangeant mes Chocapic".
Les performances des uns et des autres sont excellentes, bien que le chant de Lunoir soit épuisant, la production est très fine et les apports musicaux à foison sont étonnants mais cela reste une expérience immédiate qui n'appelle pas à y revenir.

Bref, pour moi c'est non.

le 01 Février 2018 par ESKAPEESKAPE


Pochette un peu énigmatique et pas très parlante pour un album raffiné, varié, très bien produit.

Difficile de cataloguer IGORRR, groupe ou projet solo (?) de Gautier Serre qui si sur scène joue le DJ, tient ici le rôle de compositeur, ingénieur du son, musicien etc.

Les vocaux sont impressionnants : Laurent Lunoir pour le Doom et le Black, Laure Le Prunenec pour les clairs et opératiques.
Les guitares électriques et classiques, accordéon, sitar, clavecin, piano, saxophone, batterie, font de cet album une vraie réussite sonore tant dans les ambiances que dans l'écriture Metal, Electro ou classique.
Les clips sont à l'avenant, disponibles sur Internet, de toute beauté.

L'album est excessivement riche, entre samples et enregistrement d'instruments live ; pratiquant l'overdose sonore, un peu comme "Angel Dust" de FAITH NO MORE.
On en sort exténué, lessivé, comme après un trop bon repas.

Heureusement, Gautier Serre est un vrai chef et a su limiter la durée de son album à 39 mn et 29 sec ; quand je vous disais que c'était un album raffiné.
+ 5 étoiles
On en redemande.

le 09 Octobre 2017 par POSITRON

En parlant de recul je vais laisser reposer quelque mois sinon plus mais si l'album mérite bien sa sélection et si c'est toujours mon préféré d'IGORR, je me suis peut-être un chouya excité du zboub sur la 5ème étoile. Bon, rien de grave, hein.

le 30 Juillet 2017 par BORAHKRETH

Ne sachant que penser du sérieux du dernier commentaire tant il est à côté de la plaque à tout les niveaux possibles, même si les goûts, les couleurs, tout ça, je ne peux que t'enjoindre à écouter "Tout Petit Moineau" tiré de l'album précédent, qui devrait normalement te rassasier en beauté, en passion, et en poésie.

Je ne dis pas, IGORRR, ça n'est pas pour tout le monde, chacun sa sensibilité, mais sortir "Tu sers à quoi ? À rien" en parlant de musique qui, par définition, ne sert à rien... Difficile de savoir quoi penser, c'est de la musique, qu'elle te plaise ou non n'est pas la question, elle n'est ni plus, ni moins utile qu'une autre.

... Et difficile de ne pas sentir des relents de défiance vis-à-vis de la musique faite par ordinateur (cf les "va programmer ailleurs" et "ouais t'es bon... Et encore, probablement grâce aux technologies actuelles"), qui sonnent un brin passéistes. Et je ne vois d'ailleurs absolument pas où sont les exploits technologiques dans la musique d'IGORRR, qui, même si elle est extrêmement bien produite, ne l'est probablement pas plus que tous les albums récents de Metal (je pense au Tech Death en particulier, mais ça vaut pour tous les genres).

Oui, IGORRR suinte (très légèrement) la folie, c'est aussi ce qui fait son charme. Surtout, même.

PS : pas encore assez de recul sur l'album pour le noter.













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod