Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ava Inferi, Draconian
- Membre : October Tide, Wintersun, Nightwish, Necrophobic
- Style + Membre : Swallow The Sun, Katatonia

TREES OF ETERNITY - Hour Of The Nightingale (2016)
Par WëN le 16 Février 2017          Consultée 288 fois

TREES OF ETERNITY c'est déjà, au premier abord, une splendide pochette. TREES OF ETERNITY c'est ensuite, une tragique histoire. Celle d'Aleah Stanbridge, sa vocaliste - notamment côtoyée en tant que guest chez AMORPHIS et SWALLOW THE SUN (certaines voix féminines de "Under The Red Cloud" et de "Songs from the North I, II & III", ainsi que les photos de couverture, c'était elle) - emportée par la maladie avant même la parution de ce premier full-lengh. Publié par Svart Record avec l'aval de son compagnon Juha Raivio (guitare, SWALLOW THE SUN, ex-CLAYFORGE) et du reste du groupe - après plus de deux ans passés dans les cartons - ce "Hour Of The Nightingale" est forcément à prendre avec des pincettes, baigné qu'il est de cette aura toute particulière.

Les premières écoutes, m'ont intriguées. Les suivantes, plus rapprochées, m'ont petit à petit amenées à y déceler quelques longueurs et redondances guitaristiques. Puis survint cette seconde phase, où j'appris le décès de sa vocaliste, et forcément, à partir d'ici nous ne saurons aborder les choses avec le même regard. Toujours délicat, son chant (dont le timbre peut parfois évoquer celui de Silje Wergeland (THE GATHERING, ex-OCTAVIA SPERATI)) parait ainsi soudainement devenir poignant et plein de volonté.

Musicalement, nous nageons ici en plein Doom-atmosphérique se rapprochant d’un SWALLOW THE SUN édulcoré (riffing lent, guitares leads qui s'entrecroisent, nappes claviers/cordes, cf. "My Requiem") mâtiné de mornes ambiances à la DRACONIAN (les productions récentes, pour ces leads qui tissent les riffs). Nous pourrons même penser aux portugiens de AVA INFERI dans les digressions les plus gothiques et délicates du disque ("A Million Tears"). Plus d’une fois l’ombre ailée de KATATONIA (le titre éponyme) viendra aussi se pencher sur cette production traînante et cristalline, tout du moins durant certaines de ses parties les plus ambiantes.

Ce disque, regroupe l’intégralité des quatre titres de la précédente démo (2013), tout en lui adjoignant six pièces supplémentaires, saupoudrées de chant clair masculin (Mike Moss de ANTIMATTER et Nick Holmes de PARADISE LOST sont de la partie, rien que cela). Coutumiers de l'exercice, les musiciens (SWALLOW THE SUN, OCTOBER TIDE, KATATONIA), sachant manier la tristesse avec une dextérité toute Doom, connaissent leur job. Preuve en est de ces moments forts disséminés sur l’œuvre comme ce duo d'ouverture, ce "Broken Mirror" au riffing plus appuyés, l'acoustique "Sinking Ships", ou encore la conséquente pièce de clôture garnie de cordes (avec un NICK HOLMES aux accents très TIAMAT) et son court final acoustique lourd de sens. Cela ne fera pas forcément oublier la longueur du disque (plus d’une heure) qui ne s’évite pas quelques errances lors d'autant de redondantes élucubrations ("The Passage" entre autres). Des longueurs d'ailleurs inhérentes aux récentes productions des groupes cités plus haut. Il n’empêche, charmés et éprouvés, nous y reviendrons souvent, ne voulant pas abandonner Aleah à ses ténèbres ; lui permettre ainsi de demeurer avec nous, le temps de quelques minutes d’éternité supplémentaires. C'est là tout le pouvoir de l'Art (*).

Intrinsèquement, c'est un 3,5 pour le spleen bien palpable dont est empreint ce disque qui se profile ici. Cependant au moment d’arrondir la note, c’est le 3/5 qui l'emportera, son aura émouvante ne parvenant pas à taire ces longueurs qui lui font parfois marquer le pas face à la concurrence, ainsi que ce chant forcément touchant mais manquant de souffle et mine de rien peu diversifié.

(*) Le pouvoir de l’Art. Roxane, toi qui lui a consacré tant d’énergie, à chaque fois que ce disque tourne, sans doute pour les raisons évoquées plus haut, je pense à toi. Il nous permet également de te garder parmi nous. Tu nous manques.

A lire aussi en DOOM METAL par WëN :


OPHIS
Abhorrence In Opulence (2014)
Un bon album, ophisique un peu ingrat




The FLIGHT OF SLEIPNIR
Saga (2013)
Une saga nordique pas comme les autres


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   WëN

 
   (2 chroniques)



- Aleah Stanbridge (chant)
- Juha Raivio (guitare)
- Fredrik Norrman (guitare)
- Kai Hahto (batterie)
- Mattias Norrman (basse)


1. My Requiem
2. Eye Of Night
3. Condemned To Silence [feat. Mick Moss]
4. A Million Tears
5. Hour Of The Nightingale
6. The Passage
7. Broken Mirror
8. Black Ocean
9. Sinking Ships
10. Gallows Bird [feat. Nick Holmes]



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod