Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Kick Out The Jams
1970 Back In The Usa
1971 High Time
 

- Style : The Runaways
 

 Site Officiel (467)
 Myspace (362)

MC5 - Back In The Usa (1970)
Par BAAZBAAZ le 20 Septembre 2012          Consultée 3612 fois

Les MC5 sont nés avec ce disque. Oubliez les égarements pseudo-révolutionnaires de "Kick Out The Jams", ses douloureuses divagations instrumentales et ses diatribes exaltées. C’est avec ce "Back In The USA" que le groupe se met à faire du Rock, du vrai. Rapide, tranchant et agressif. Virés d’Elektra après avoir été accusés de nuire à la réputation du label, et débarrassés de leur gourou hippie John Sinclair – piteusement emprisonné pour trafic de Marijuana – les Five enregistrent en 1969 leur meilleur album. Échappant aux mirages contestataires de la contre-culture, ils se décident enfin à se focaliser sur l’essentiel : la musique.

Sur "Back In The USA", le maître-mot est la concision. Prenant le contrepied du disque précédent, le groupe donne cette fois la priorité à l’efficacité et non plus à une simple énergie bruitiste et brouillonne. Les compositions sont courtes et brutales et l’album ne dépasse pas la demi-heure – une durée parfaite. Plus modeste dans leurs ambitions, les MC5 renouent avec un esprit garage salutaire pour lequel le maximum d’intensité doit être atteint en moins de trois minutes. Au milieu des épreuves qu’ils traversent, ils retrouvent ainsi leurs racines tandis que l’hystérie provoquée quelques mois plus tôt par "Kick Out The Jams" tend à s’estomper.

C’est là que survient un accident imprévu qui transforme un disque sorti dans un contexte chaotique – et sous la pression du nouveau label du groupe Atlantic – en un petit chef d’œuvre qui se révèle être l’un des plus prophétiques de son temps. Le journaliste Jon Landau, qui n’est pas encore devenu la groupie de BRUCE SPRINGSTEEN, prend en main la production, discipline les Five et leur impose un son novateur très radical : aigu, précis et mordant, "Back In The USA" surprend par son côté compact et acéré. La lourdeur pataude de "Kick Out The Jams" cède la place à de fins barbelés électriques dont la violence limpide donne à l’album une identité absolument unique. Faute de mieux, les MC5 se contentent de révolutionner leur propre musique.

Nous sommes en janvier 1970, et beaucoup s’inspireront de cette révolution-là. Ce son, pour dire les choses simplement, arrive près de dix ans trop tôt. C’est le son du Punk, évidemment. Et les DAMNED ne s’y sont pas trompés en reprenant en 1979 (assez maladroitement hélas) "Looking At You" sur leur troisième album "Machine Gun Etiquette". Cette chanson – que les Five avaient déjà proposée sans succès en single en 1968 avec une production bien plus abrasive – est un hymne saisissant qui incarne parfaitement l’étrange magie du disque : chant effréné et poignant, cascade de soli phénoménaux et rythmique intraitable… Tout est là.

Mais "Back In The USA" ne se limite pas à cette étiquette Proto-punk collée aujourd’hui un peu à tort et à travers sur les plus obscurs garageux. Ce disque, avec son obsession pour le Rock 'n' Roll – il s’ouvre d’emblée avec le "Tutti-Frutti" de LITTLE RICHARD et se clôt avec le "Back In The USA" de CHUCK BERRY – annonce le grand mouvement de retour aux sources des années 70. Pas tant celui du Glam de T. REX qui apparaît à la même époque que celui, plus tardif, de la Power Pop (dont on ne saurait trop insister sur la proximité avec le Hard Rock) : THE KNACK, THE SCRUFFS ou THE RECORDS ont, en gros, repris les choses là où les MC5 les ont laissées au début de la décennie avec cet album décisif.

Cerise sur le gâteau, les compositions sont excellentes. Elles s’enchaînent sans relâche comme autant de petits uppercuts Hard Rock qui ne laissent aucun répit, si ce n’est pendant la ballade "Let Me Try", à l’ambiance poisseuse. Ainsi, sans que l’on puisse toutefois crier au génie, "Teenage Lust" (et ses chœurs exquis), "Call Me Animal" ou "The American Ruse" (au message plus politique), sont mémorables, courtes et haletantes. Et avec "High School", au riff copié sur celui du standard R&B "Cool Jerk" des CAPITOLS (repris en 1967 par les mods anglais de THE CREATION), le groupe pose les bases sur lesquelles Paul Weller bâtira le son de THE JAM.

Le plus étonnant, ou le plus pathétique, est qu’ils n’ont pas fait exprès. Malléables, les Five furent modelés par Landau autant qu’ils l’avaient été par Sinclair pendant leur période White Panthers. Si "Back In The USA" a été influent, c’est donc de façon involontaire. Le groupe n’a d’ailleurs pas cherché à reproduire ensuite ce son si particulier. Il faut dire que le disque fut un échec : les inconditionnels de "Kick Out The Jams" ne pardonnèrent pas cette évolution jugée commerciale et les MC5 furent stupidement accusés de trahir les idéaux révolutionnaires. Rien ne laissait alors présager le culte que cet album, véritable chaînon manquant entre trois décennies de Rock, allait pourtant susciter au cours des années.

A lire aussi en HARD ROCK par BAAZBAAZ :


STEPPENWOLF
Hour Of The Wolf (1975)
Hurlement




FOREIGNER
Double Vision (1978)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Fred 'sonic' Smith (guitares)
- Wayne Kramer (guitares, chant)
- Rob Tyner (chant)
- Michael Davis (basse)
- Dennis Thompson (batterie)


1. Tutti Frutti
2. Tonight
3. Teenage Lust
4. Let Me Try
5. Looking At You
6. High School
7. Call Me Animal
8. The American Ruse
9. Shakin' Street
10. The Human Being Lawnmower
11. Back In The U.s.a.



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod