Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH TECHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sinners Bleed, Beyond Creation
- Membre : The Great Old Ones , Melechesh
- Style + Membre : First Fragment
 

 Myspace (314)
 Site Officiel (425)
 Page Bandcamp (vieux Matos) (11)
 Facebook (12)
 Chaine Youtube (10)

GOROD - A Perfect Absolution (2012)
Par DARK MORUE le 22 Avril 2012          Consultée 3200 fois

Bon, ben voilà un album qui m'en aura fait voir de toutes les couleurs. Passé par tous les ressentis imaginables. D'abord un album correct, puis énorme déception, avant de se révéler comme une énorme tuerie et enfin rétrograder de manière plus tempérée. Bref.
Donc finalement il a bien fallu trancher : ce nouveau GOROD est un bon album qui a même failli passer à la Sélection, mais en fait non. Parce que malgré le niveau qualitatif très élevé, on reste bien en dessous des deux derniers (c'aurait en même temps été un exploit de réitérer un album de la même trempe pour la 3ème fois de suite).

Bref bref. On commence par le commencement. Clivage de line-up, changements de guitariste et de chanteur, pour récupérer Nutz des excellents ZUBROWSKA au micro ainsi que le gratteur de ARCANIA. Gros chamboulement dans le concept aussi. Finies les histoires futuristes de fuite des cerveaux dans une entité de la matrice, maintenant on fait un petit voyage en Russie version Fantasy, en compagnie de l'héroïne Olga, vengeresse qui a la particularité de dézinguer tout le monde pour des raisons mystiques à la con et éventuellement pour se venger d'un peuple.
On va alors reprendre les choses là où on s'était arrêté avec "Transcendance" ? On exploite à fond la veine atmosphérique développée sur "The Path" et "Watershed" du dernier full-length ? Ben non, pas du tout. D'où une partie de ma déception originelle.

"A Perfect Absolution" nous montre un GOROD bien plus brut de décoffrage, reprenant le groove propre à "Leading Vision" mais avec une prod ultra-moderne qui pète plus que jamais. On en prend plein les mirettes, on reconnaît le groupe mais une petite baisse d'originalité est effective. Rien de bien grave, les riffs sont toujours reconnaissables entre mille autres. C'est juste que maintenant pour ce qui est de cogner, ça y va pas par quatre chemins, et même si on regrette un poil les longs duels ultra-mélodiques que "Process Of A New Decline" nous servait à toutes les sauces, quand ça envoi du bois sur "Birds Of Sulphur", "The Axe Of God" (aïe pas tendre celle-là) ou "Tribute Of Blood", ça le fait bien. Mais si GOROD est plus énervé, il est surtout bien plus coloré. Et là Nutz y est pour quelque chose. Chez beaucoup ça passe pas, moi-même j'adorais les growls puissants et profonds de Guillaume (qui apparait toujours en guest en backings du terrible premier morceau). Perso je m'y suis fait à nouveau vocaliste, qui apporte beaucoup à la musique du groupe. Son pur chant death est bien inférieur, mais il est aussi bien plus polyvalent, avec beaucoup d'essais hurlés influencés TOWNSEND, et autres parties de chant clair discret. Et que dire des jouissifs vocaux à la GOJIRA à la fin de "Birds Of Sulphur" toujours, néanmoins réalisés par un guest...

Pour ce qui est du reste de l'album, on constate cette fois une relative hétérogénéité du tout. Je m'explique. Impression de masse compact avant décantation, puis réalisation de l'intégrité et de la place que prend chaque morceau dans le puzzle final. Brrrr voilà que je parle comme un blackeux maintenant. Toujours est-il que si des morceaux comme "Element And Spirit", totalement impeccable et représentant le potentiel maximum du groupe avec ses riffs conciliant mélodies qui se gravent dans le crâne instantanément et groove animal démentiel, ou "Carved In The Wind" juste parfaite avec surtout son final funky, sont totalement inattaquables (à la rigueur quelques intonations du monsieur derrière le micro), on ne peut pas en dire autant de "5000 At The Funeral" avec ses deux premières minutes pendant lesquelles il ne se passe strictement rien suivi de GOROD de base, convenu, malgré un refrain assez épique. Et ce n'est qu'un exemple (néanmoins le plus flagrant).

En somme, d'énormes qualités, mais j'attendais plus. C'est GOROD merde. On peut carrément saluer "Varangian Paradise" qui se barre en... Salsa ? Enfin un machin chaleureux et aquatique qui remue, avec la basse bien comme il faut. Basse qui reste toujours un atout de choix du combo, totalement audible dans le mix et méritant toujours qu'on tende un peu l'oreille. Mais ce qui vexe le plus, c'est le GOROD assagit dont on est en présence. Pour quiconque connaît les anciens albums, on réalisera vite que les riffs ont beau être totalement GORODesques caractéristiques, il sont cette fois bien plus sages et avec une prise de risque minime comparé aux anciennes heures. "Sailing Into The Earth" étant assez représentative de ce côté, ne cessant d’enchaîner les riffs déjà entendus auparavant dans une version plus appauvrie...

Mais qu'on ne s'y méprenne pas, quand GOROD nous sort du GOROD moyen ça reste d'une qualité exceptionnelle surnageant totalement sur la scène du genre. D'où la note quand même copieusement arrondie. On bande méchamment devant cette débandade guitaristique, l'accroche monstrueuse et quelques morceaux d'anthologie, mais on regrette l'ambiance futuriste remplacée par un paysage plus aride et brûlant, et surtout le peu de prise de risque surprenant compte tenu du morceau éponyme de l'album précédent...
Reste un album de Death Technique adorable qu'il est néanmoins presque impossible de ne pas aimer tant nos français restent une valeur sûre en leur créneau...

Gogorigod : Retour au groove et à la torgnole qui sent le souffre, mais déçoit par un côté trop policé et confortablement assis sur son créneau propre. Recommandable malgré tout.

3,5/5 arrondit à l'inférieur, ce qui est fort dommage compte tenu du potentiel incroyable auparavant pleinement exploité...

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


The CHASM
Deathcult For Eternity (1998)
Aaaaaah ben voilà !




DEGRADE
Lost Torso Found (2006)
Parés pour l'Eurovision !


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Nutz (chant)
- Nico (guitare)
- Mat (guitare)
- Barbie (basse)
- Sam (batterie)


1. The Call To Redemption
2. Birds Of Sulphur
3. Sailing Into The Earth
4. Element And Spirit
5. The Axe Of God
6. 5000 At The Funeral
7. Carved In The Wind
8. Varangian Paradise
9. Tribute Of Blood



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod