Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Hypocrisy
- Membre : Bloodbath, The Lurking Fear , Marduk, Nightingale

EDGE OF SANITY - Purgatory Afterglow (1994)
Par DARK MORUE le 7 Décembre 2011          Consultée 4856 fois

Enfin ! Pas trop tôt ! Vie de grâce ! EDGE OF SANITY enfin sur NIME !
Eh oui, grand absent du site depuis un moment, le dépucelage discographique sera donc entamé par ce cultissime "Purgatory Afterglow". En 1994, le groupe peut être considéré comme au sommet de son art, et cet album caverneux sentant bon le vieux crâne aux relents mélodeath ne fait qu'affirmer la suprématie du groupe sur une scène encore inexistante, ce qui est un brin paradoxal. Doté de deux hymnes ("Twilight" et "Black Tears"), l'album a cependant comme énorme défaut une construction un poil en dents de scie. Ce qui fait que malgré des qualités évidentes, il se retrouve un peu coincé entre un "Spectral Sorrows" grandiose et précurseur et un "Crimson" désormais autrement plus culte... Du très bon mais un brin surestimé.

3,5/5, arrondi à 4.

































Ouarf, qu'est-ce qu'on se marre sur ce site dites donc ! Si vous y avez cru alors vous êtes aussi cons que moi, parce que non mais sans déconner, faut quand même savoir rendre hommage à un groupe pareil. Même si au fond la purge ci-dessus a pas entièrement tort... Oui, bon, un peu beaucoup quand même.

Effectivement, "Purgatory Afterglow" est un pur album charnière. Dan et sa bande avaient frappé un très grand coup avec "The Spectral Sorrow", plus qu'à s'affirmer. Et à ce niveau-là le pari est tenu. Si on tient là un album culte c'est pas pour rien. Rah, ils me font rire ceux qui parlent d'avènement du Death Mélo avec la triplette de Gothenburg. C'est bien cool mais EOS faisait déjà pareil (en mieux) un bonne paire d'années avant, sans parler du "Heartwork" de CARCASS. Et faut pas oublier DISMEMBER, qui fait un peu du Death Mélo avec de plus grosses couilles en forme de tronçonneuse depuis les tous débuts. Bref.

Dan Swano et ses sbires nous envoient donc à la gueule leur album culte en 1994. Pochette rougeoyante magnifiquement hors sujet, prod tout droit sortie des studios personnels du monsieur, totalement aux petits oignons maniant le croustillement old school avec la plus grande clarté du monde.
Okay, tout est prêt, on envoie "Twilight", le titre ultime du combo. Ouais bon, derrière "Crimson" mais sur ce dernier point y'a triche.
Ouais, l'autre tarte de l'intro parlait de deux tubes, ben sur ce point-là ils ont pas fait les choses à moitié. Le titre d'ouverture est à envoyer au panthéon du genre. Intro claire, chant clair aussi doux que culte, et c'est parti pour des riffs en béton armé à se ruiner le peu de matière grise qu'il nous reste couplé à des leads ultra mélodiques fantastiques renforcés par le chant guttural gargantuesque et impressionnant de Dan. Meilleure performance de sa carrière pour ce qui est du growl, compréhensible et caverneux comme c'est pas permis, d'une puissance qui renvoie bouler Akerfeldt dans son bac à sable. C'est lui qui aurait dû chanter dans BLOODBATH, c'est tout.
Et donc, les 7 premières minutes passent sans qu'on s'en rende compte, bénéficiant des structures à tiroir habituelles avec cassure calmos au milieu qui coupe un peu trop une dynamique parfaitement huilée et boostée par un refrain de fou furieux.

Et tout s'enchaîne bien comme il faut, avec une "Blood Colored" au chant clair somptueux notablement (et pas connement utilisé pour un refrain mielleux...), jusqu'au titre tubesque "Black Tears" dont la renommée n'est plus à faire, le seul morceau n'ayant rien d'autre de Death que quelques grésillements gras de guitares loin derrière et prouve les miracles que Dan fait derrière un micro. Merci à HEAVEN SHALL BURN de l'avoir remis au goût du jour et permis aux nouvelles génération un contact avec le groupe.
Mais le problème de cet album est en fait la comparaison avec le précédent. Ouais, on trouve quelques riffs carrément Hardcore dans "Silent", oui l'absolument fantastique "Velvet Dream" est shootée au Doom/Goth de la forêt noire et "Black Tears" est génialement enchanteresse, mais les styles varient un poil moins que sur l'illustre prédécesseur. Pas de "Sacrificed" quoi, et du thrashy bien moindre.

Hein, comment ça je pinaille ? Ben évidement que je pinaille, c'est mon boulot quand même. Mais toujours est-il que passé "Black Tears", la baisse globale de qualité crève les yeux. Toujours des riffs et mélodies bien senties ("Elegy") et une belle tuerie allongée sur 7 minutes, mais bon sang, pourquoi saboter une fin d'album à ce point ? "Enter Chaos" et "The Sinner And The Sadness" sont au final aussi énergiques qu'anecdotiques et passeraient sans problème pour des fillers sans âme. Mais ce n'est rien à côté de l'abomination "Song Of Sirens", que je parlerais de Deathcore si c'était sorti plus tard, et qu'en plus c'est même pas Swanö au chant... Purée, mais ils ont un talent pour flinguer la fin de leurs chefs-d’œuvre, ils nous avaient déjà fait le coup avec du Punk Hardcore merdeux sur le précédent...

Je suis chiant à zigouiller comme ça un album génialissime hein ? Faut quand même pas se leurrer, "Purgatory Afterglow" est un must qui supplante pratiquement tout un genre avant même qu'on considère qu'il soit officiellement créé. C'est juste un peu dommage que son aura soit aussi importante que la qualité a un poil baissé depuis l'album précédent. Rien de grave néanmoins, dans tous les cas il reste deuxième de mon duo de tête, n'étant pas franchement un amateur de "Crimson" que je laisse à d'autres...

Lalalala : beau pavé de bonne base dégoulinante qui mériterait une place de choix dans les collections de tout métalleux qui se respecte s'il était plus simple à trouver. Fichtre...

4 et quelques sur 5, du mal à descendre plus bas mais arrive pas non plus à monter à 4,5...

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par DARK MORUE :


SOILWORK
The Living Infinite (2013)
Coup de maître. Deux fois.

(+ 1 kro-express)



IN FLAMES
Reroute To Remain (2002)
Le pivot.

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Dan Swanö (chant, claviers, guitares leads, guitares acoustiques)
- Dread (guitare, backings)
- Sami Nerberg (guitare)
- Andreas Lindberg (basse)
- Benny Larson (batterie)


1. Twilight
2. Of Darksome Origin
3. Blood-colored
4. Silent
5. Black Tears
6. Elegy
7. Velvet Dreams
8. Enter Chaos
9. The Sinner And The Sadness
10. Song Of Sirens



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod