Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


EXCEL - The Joke's On You (1989)
Par CANARD WC le 15 Septembre 2011          Consultée 1699 fois

C’était un lundi matin et je ne pouvais même pas prendre mon café peinard vu que le Chef Comptable me tenait la japette avec ses histoires de factures, de budgets et de virements bancaires. Je faisais donc semblant de l’écouter opinant à intervalles réguliers tout en ajoutant de temps à autres des : « Tu m’étonnes » et autre « c’est sûr » pour le stimuler artificiellement ; quand, parmi les bribes de phrases que mon cerveau ankylosé avait captées, j’entendis le mot « tableau croisé dynamique » et l’équation suivante se fit dans mon crâne :

Tableau croisé dynamique = EXCEL
EXCEL = groupe de thrash + logiciel Grosoft
EXCEL = possible blague à faire


Canard : Tiens, puisque tu me parles de tableau croisé dynamique, ça me fait rappeler que je t’ai jamais parlé de « Split Image », non ?
Chef Comptable : De quoi ?
Canard : "Split Image", ça te dit rien ? C’est un super petit logiciel gratuit qui te permet d’intégrer des vidéos ou des photos sur EXCEL. Ça incruste tout ce que tu veux dans tes tableaux et ainsi tu peux égayer n’importe quel fichier.

Il n’en revenait pas, il en bégayait d’excitation même. Un tableau EXCEL avec des fichiers médias parfaitement intégrés dedans, imaginez ! Il fantasmait tout seul comme un grand sur les possibilités avec "Split Image" et je rigolais sous cape tel le gros vilain que je suis.

Canard : Tu verras, c’est tout con : je t’envoie le fichier, tu doubles cliques et basta ça s’installe tout seul. Vu ce que tu fais avec EXCEL, tu vas voir, tu vas kiffer.

Je remonte quatre à quatre à mon bureau et lui balance via Outlook le MP3 de la chanson en question à 9h43 (réponse du Chef Comptable à 9h45 : « je me disais bien aussi, Canard qui me sort un truc intelligent de si bon matin, ça sentait le piège »).



Donc EXCEL continue son Thrash urbain façon "Suicidal", sauf que c’est eux en premier qui ont sorti la formule quelque part en 1987 ; mais que tout le monde s’en cogne de EXCEL vu que la bande à Mike MUIR est bien plus sexy en diable. Comme quoi c’est pas le tout d’être original, faut aussi prendre la peine de soigner l’enrobage. Un deuxième album pour changer les choses ou s’enfoncer un peu plus dans les limbes de l’underground ? Tel est l’enjeu de ce "Joke's On You" sorti deux ans plus tard, soit juste avant (encore) le passage d’un certain "How I Will" dont le groove et le talent allaient tout défoncer.

"The Joke's On You" rate aussi cette épreuve et de peu.

EXCEL a délivré une bonne copie d’ensemble, mais un cran en dessous de leur "Split Image". Le groupe devait impérativement transcender leur copie pour exister (tant il est vrai que le deuxième album d’un groupe est charnière "discographiquement" parlant). Il fallait être au moins meilleur, il fallait affirmer plus fort encore son style avec des tas d’inspiration et de talent, histoire de servir de tremplin pour le 3ième album qui est statistiquement (*) le meilleur album d’un groupe.

Du coup, c’était casse-gueule et EXCEL s’est mangé. Pas violemment, mais suffisamment pour ne pas s’en relever.

"The Joke's On You" présente bien trop de faiblesses. L’album est globalement décousu, certains titres sont pénibles, mal ajustés, disparates. Le groupe a cherché à se donner de l’air en explorant de nouvelles pistes, mais le résultat n’est pas forcément heureux. Du fait de son particularisme, il est indéniable qu’un "Blaze Some Hate" saura trouver un écho chez certains : l’aspect « a-mélodique » du groupe est un moyen de tendre vers une forme de défouloir (qui refoule ou fascine c’est selon). Et il est difficile de reprocher à EXCEL d’avoir continué dans cette voie, d’avoir voulu pousser le bouchon plus loin que sur leur "Split Image" car c’était quelque part la bonne « stratégie » à adopter. Sauf qu’il aurait fallu pour que cela marche, que le groupe s’arme de « compos qui tuent »… Et celles de "The Joke's On You" sont juste fondamentalement moins bonnes, moins percutantes, moins inspirées. C’est là le drame.

Presque symbole de cette loose : l’affaire "Tapping Into The Emotional Void". Un titre qui ressemble étrangement à un certain "Enter Sadman" de METALLICA (sorti deux ans plus tard). EXCEL est pas content et intente un procès en 2003 pour plagiat. D’où la question suivante :

Est-il possible que METALLICA ait pompé EXCEL sur ce titre ?

EXCEL en est convaincu, METALLICA s’en fout et MUSTAINE soutiendrait EXCEL (ce qui n’est pas très étonnant quand on connait les sentiments qu’entretient cette petite putaine de Dave envers METALLICA).

Mon avis sur la question : oui, "Enter Sadman" ressemble beaucoup à "Tapping". Étrangement beaucoup. Mais je pense que c’est juste la faute à pas de chance pour trois raisons :

1) Tout le monde s’en fout d’EXCEL. Dans le contexte du début des années 90 et de la profusion de la scène Metal, imaginer que METALLICA à cette époque se soit amusé à aller choper du EXCEL pour leur Black Album, c’est juste du délire. METALLICA avait tout simplement d’autres chats à fouetter.

2) METALLICA a toujours eu le mérite de tailler sa route sans trop se soucier des autres en général et de la scène Thrash en particulier. Le Black Album a justement été conçu et pensé comme une rupture avec le modèle Thrash. METALLICA voulait vendre avant tout et a transformé son Thrash originel en un Metal de grande écoute. Dès lors, aller chercher du EXCEL en 1991, ce n’est pas cohérent.

3) Si on devait diviser les riffs Metal en deux grandes catégories : les « complexes » d’un côté et les « basiques » de l’autre. Sans trop m’avancer, je pense qu’on peut dire que le riff d’"Enter Sadman" peut plutôt être qualifié de « basique ». Autrement dit, la probabilité qu’un autre groupe de Metal formule non intentionnellement ce même riff de deux accords est plus élevé que re-pondre n’importe quel riff d'un MEKONG DELTA (ou d’un VOIVOD) à la note près, non ?

Donc ces trois raisons cumulées me font dire qu’en revendiquant je sais pas quoi, EXCEL la joue petite bite sur cette affaire là. Le groupe devrait plutôt bosser en studio que de venir pleurer dans les jupes d’un avocat. Et c’est là que je me dis que si parfois la notoriété peut s’avérer injuste, l’ignorance est bien souvent méritée.


EXCEL ne fera plus grand-chose après cet album. Il déclinera doucement, se noyant dans sa propre originalité. Perdu entre l’envie de « thrasher » et de faire des graffitis, entre l’envie de brayer comme un Mike MUIR et reprendre du POLICE en plein milieu d’album (une reprise horrible aussi ratée qu’incohérente). C’est pas tout noir non plus. Bien entendu. Mais le gris clair pour briller, ce n’est juste pas la bonne teinte. Faute de mieux, ils peuvent toujours tenter une action contre MICROSOFT.


Note : 2,5 / 5


Morceau préféré : "Shadow Wings"



(*) C’est la "règle" : 1er album = espoir, début de style / 2ième album = haussement de niveau, confirmation, affirmation du style / 3ième album = apogée, inspiration au taquet, sommet discographique / 4ième et suivants = variations, confirmations, expérimentations puis déclin.

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


TOXIK
Think This (1989)
"Injustement méconnu"... mais pour de vrai !!!




HEATHEN
Breaking The Silence (1987)
Speed thrash mélodique et qui encule pas trop...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Dan Clements (chant)
- Adam Siegel (guitare)
- Shaun Ross (basse)
- Greg Saenz (batterie)


1. Drive
2. Shadow Winds
3. Fired (you're A Fine Girl)
4. Tapping Into The Emotional Void
5. Affection Blends With Resentment
6. Seeing Insane
7. My Thoughts
8. I Never Denied
9. Message In A Bottle
10. Given Question
11. The Stranger
12. Blaze Some Hate



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod