Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1985 1 First Visit
1986 Animal Man
 

- Membre : Blaze Bayley

ROGUE MALE - Animal Man (1986)
Par ERWIN le 13 Décembre 2010          Consultée 3035 fois

1986 : la bande de Jim Lyttle a secoué le monde du Heavy Metal avec son "First Visit", le bien nommé. Les magazines et les critiques se sont jetés sur le groupe tels des morts de faim, tous ayant la certitude de tenir entre leurs mains à la fois la sensation du moment et le groupe de demain.
Il faut dire que tout concourt à cette débauche de buzz autour des londoniens. Malgré un changement de batteur finalement anecdotique avec l'arrivée de Danny Fury, les gars sont plus en place que jamais, et ce ne sont pas les prestations scéniques des Mad Max de la musique qui les handicapent, bien au contraire ! En un an, leur réputation de bêtes de scène les suit partout.

C’est d’ailleurs à la télé française, lors d’une émission spécial métal animé par notre bon Philippe Manœuvre, à l’époque où ce dernier ne se ridiculisait pas encore dans des émissions de télé indignes, que Rogue Male fait une apparition remarquée, c’était "Télécommando" en 86, putain. Une ambiance noirâtre et d’une puissance encore jamais constatée à la télévision, le p’tit Philou était tout émoustillé de sa découverte. A cette occasion, le mâle solitaire se fend de son meilleur titre, issu de ce deuxième album, le phénoménal "Take No Shit", une de mes chansons préférées, un must de rythmique, titre légendaire et indémodable. Je vous propose d’ailleurs d’aller voir immédiatement sur le tube de quoi je parle tout en lisant cette bafouille.
Z’êtes reviendus ? Bon alors vous voyez d’ores et déjà un peu de quoi il s'agit : ROGUE MALE à l’époque, c’est un trip incontrôlable, une pulsion futuriste. L’énergie du Leader Lyttle est omniprésente, tout comme est totale sa main mise sur son groupe. Toutes les compos sont de lui, de lui seul. "Take No Shit" est à jamais son classique, ne passez pas à coté. Et pour bien montrer son appartenance au mouvement keupon, ROGUE MALE se fend en direct à la télé de "Pretty Vacant" reprise des SEX PISTOLS.

Mais "Animal man" c’est aussi l'écrasant morceau éponyme, on s’éloigne des standards sauce Punk que l’homme à l’iroquoise rousse se plaisait à écrire sur le premier LP, ce titre, lent à souhait est un miracle doomy d’une originalité sans faille.
Et si en voulez plus, ma foi, nous avions "Crazy Motorcycle" sur "First Visit", nous avons là un autre standard à la gloire de la bécane : "Low Rider" et son rythme chaloupé, si vous ne tapez pas du pied la dessus, c’est que le métal n’est pas pour vous !

Bien évidemment, les sujets sociaux sont abordés dans tous les sens sur ce deuxième opus : "Progress", "Job Center" et l'énorme "LUST" évoquent les difficultés des laissés pour compte socialement, et une vie politique noyée sous le joug de la corruption. N’oublions pas l’hymne à "Belfast", ville de combat, d’où est originaire le coquin roux : « Belfast is a wonderful city, Belfast is a wonderful town », ce refrain si addictif était finalement annonciateur de lendemains plus heureux pour la capitale de l’Ulster.

Un petit mot sur une section rythmique sans failles : le bassiste Kevin Collier est aussi patibulaire qu’efficace, alors que Fury n’a pas même effleuré les fûts lors de l’enregistrement, mais fera la preuve de toute son aisance lors de la tournée suivant la sortie du skeud.
Johnny Fraser Binnie est lui toujours aussi juste à la Lead guitar, quelques soli sortent de l’ordinaire, comme sur l’industrielle "Take No Shit", mais le musicien restera à jamais un oublié de la cause.

Oublié… Comme l’est aujourd’hui ROGUE MALE, malgré ce deuxième opus trépidant et dans le droite lignée de son prédécesseur. Des problèmes récurrents avec la maison de disques, sans doute aussi le caractère difficile de son leader n‘expliquent cependant pas tout.
Le groupe méritait sa place au panthéon de notre musique.
A découvrir d’urgence.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


ROGUE MALE
First Visit (1985)
La sensation de 85

(+ 1 kro-express)



LYNYRD SKYNYRD
Last Of A Dyin' Breed (2012)
Ni mourant ni dernier


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Jim Lyttle (chant - guitare)
- Kevin Collier (basse)
- Johnny Fraser Binnie (guitare)
- Danny Fury (batterie)


1. Progress
2. L.u.s.t.
3. Take No Shit
4. You’re On Fire
5. The Real Me
6. Animal Man
7. Belfast
8. Job Centre
9. Low Rider
10. The Passing



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod