Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/PROG ORIENTAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 1 Sphynx
2006 1 Emissaries
2010 The Epigenesis
2015 Enki
 

- Style : Orphaned Land, Rotting Christ, Aeternam
- Membre : Gorod, Raven Woods, Thanatos
- Style + Membre : Absu
 

 Page Facebook (208)
 Reverbnation (162)
 Chaine Youtube (278)

MELECHESH - The Epigenesis (2010)
Par MEFISTO le 8 Novembre 2010          Consultée 6666 fois

MELECHESH veut dire « Roi du feu », en Hébreu. Un qualificatif qui colle de moins en moins au leader du groupe, Ashmedi, dont le Black oriental a déjà été beaucoup plus enflammé. Y a qu'à écouter "Sphynx", album de Black crado teinté de la couleur dorée des sables mais surtout perverti de noirceur pétrolifère, pour s'en convaincre. À cette époque, MELECHESH revendiquait le titre d'un des combos les plus violents issus du Moyen-Orient. Son avant-dernière offrande, assez véloce mais plus progressive et planante, "Emissaries", traçait déjà une ligne très nette entre ces deux albums. MELECHESH entrait dans la cour des grands en modernisant son Metal, guidé par un Ashmedi pourri de pouvoirs par les dieux perses. Pas mal pour un Arménien…

Il était à parier que les bédouins endiablés allaient ralentir encore le rythme, sans toutefois alléger la force de leur interprétation et la recherche de sonorités ethniques, une de leurs qualités. Force est d'admettre que "The Epigenesis" vise dans le mille durant 70 minutes, soit près de 20 minutes de plus que sur "Emissaries", détail peut-être anodin pour certains, mais évocateur pour plusieurs. Ces 20 minutes galvanisent la nouvelle, oserais-je dire, orientation du groupe. Les thrashs dansants et beats enivrants comme "Rebirth Of The Nemesis" sont encore présents (yeah !), mais "The Epigenesis" présente une facette plus intellectuelle de MELECHESH, une musique à cheval entre le phacochère débridé et les volutes progressives. À un niveau encore jamais atteint par Ashmedi et sa bande, à un degré proche de la crampe cervicale. Vous avez aimé "Emissaries" ? Accrochez-vous, vous allez être resservi. Vous êtes du genre à adorer la musique orientale mais préférez les morceaux plus directs ? Attelez-vous, vous n'êtes pas sorti du bois !

"The Epigenesis" est vraiment (euphémisme) difficile d'accès. Moitié black, moitié progressif, il réussit à concilier la puissance qui l'a fait naître avec une incroyable profondeur de composition. Longues (à part deux brulots de défoulement), alambiquées, épiques, texturées au max, les pièces illustrent avec brio la culture mésopotamienne. Enfin, l'image qu'on s'en fait. C'est tout un voyage que nous proposent les bédouins, aujourd'hui libérés du joug de leur oppressif gouvernement ; ils se sont tirés de Jérusalem depuis quelques années pour créer en toute liberté aux Pays-Bas. Et bordel que ça ne paraît pas ! On peut sortir MELECHESH de Jérusalem, mais pas Jérusalem de MELECHESH. Et c'est toute la beauté de ce génie extirpé de la lampe frottée rapidement, comme les guitares d'Asmedi et Moloch. C'est surtout de là que ressort cette palette orientale dorée, agrémentée de percussions typiques et sertie de pincements de bouzouki, instrument on ne peut plus représentatif de l'intarissable source d'inspiration du tortionnaire Ashmedi. Du bonbon.

MELECHESH sait bûcher, ça on sait ("Grand Gathas Of Baal Sin", "Defeating The Giants"), mais là où il excelle davantage est lorsqu'il arrive à jouer les fins tisserands en plus. Loin d'être linéaire, sa musique dévoile ses nombreuses couches à mesure que les oreilles s'habituent à une telle densité. On découvre alors un talent hors du commun pour les jams mélodiques, robustes et hypnotiseurs ("Ghouls Of Nineveh", "The Magickan And The Drones", "Mystics Of The Pillar", "Illumination - The Face Of Shamash", "The Epigenesis"). Des heures de plaisir à se délecter de ces cordes et cymbales en parfait accord, marchant main dans la main dans cet angoissant dédale.

Et si on préfère considérer l'album comme un seul et même lingot (ce qui est facile, toutes les plages sont bonnes), on est mûr pour une agressive tempête désertique, protégé par cette bulle progressive que MELECHESH maîtrise quasiment à la perfection maintenant. "Emissaries" fait piètre figure à côté, je vous jure ! Bon, on protestera peut-être sur la manie qu'a le combo d'étirer la sauce pour impressionner la galerie, mais l'énergie et le dynamisme de l'ensemble ne fléchissent jamais, de sorte qu'on pardonne l'excentricité s'infiltrant un peu partout sur le skeud. L'odyssée n'en est que plus nourrissante, à l'image de ces claviers discrets venant à l'occasion déposer d'autres sédiments dans ce trip archéologique où les basses sont reines.

On connaît aussi depuis longtemps l'affection de MELECHESH envers les pièces instrumentales, s'étalant comme de petits films ensoleillés où des caravanes s'éloignent dans le couchant. Eh bien, on est servi sur "The Epigenesis", "When Halos Of Candles Collide" et "The Greater Chain Of Being" s'écoutent telle une berceuse. De bien beaux bridges qui viennent en somme embellir la facture.

La principale qualité de cet "Epigenesis" (à part de faire l'unanimité dans la presse métallique) est donc probablement de rallier toutes les chapelles de fans. Autant les maniaques de défonce sans queue ni tête que les mordus de musique plus recherchée. Ajoutez à cela une étiquette mésopotamienne dont chaque lettre est jalousement laquée et vous obtenez une vraie bombe dont le désamorçage est peine perdue.

Ashmedi la langue fourchue s'est arrangé pour que "The Epigenesis" détonne quoiqu'il arrive et propulse MELECHESH au rang des incontournables. Un album exagérément long, indomptable, touffu, baroque, hallucinant de grandeur. Je ne sais pas si le groupe arrivera à rééditer l'exploit, mais je laisse la porte grande ouverte à l'excellence.

Le Roi du feu n'a pas craqué sa dernière allumette, loin de là. Il le fait dorénavant avec plus de classe.

Un gros 4 qui a envie de sortir la tête de sa coquille pour engloutir le 5…

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


FRIGORIS
Wind (2013)
Beau.




TOMBS
Savage Gold (2014)
Un pied de plus hors de la tombe


Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- Melechesh Ashmedi (chant, guitare, basse, clavier, percussion)
- Moloch (guitare, bouzouki)
- Rahm (basse)
- Xul (batterie, percussion)


1. Ghouls Of Nineveh
2. Grand Gathas Of Baal Sin
3. Sacred Geometry
4. The Magickan And The Drones
5. Mystics Of The Pillar
6. When Halos Of Candles Collide
7. Defeating The Giants
8. Illumination - The Face Of Shamash
9. Negative Theology
10. The Greater Chain Of Being
11. The Epigenesis



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod