Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MODERNE  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2020 Rzeczom

ODRAZA - Rzeczom (2020)
Par MEFISTO le 24 Juin 2020          Consultée 1114 fois

De Vinci disait que les détails produisaient la perfection et que ce même aboutissement ne devait pas être considéré comme un détail. Sacré Léo, il connaissait sa shit, le barbu.

501 ans après sa mort, le dit Léo rebondit dans sa tombe à l'écoute du deuxième album des Polonais d'ODRAZA. Pourquoi ? Parce que ce Black moderne est foutrement addictif, groovy, violent, propret et singulier. Je n'ai pas entendu de Black urbain et est-européen aussi intéressant depuis belle lurette. J'ai le même coup de cœur pour ce duo que j'ai pris pour AGRYPNIE, c'est grave !

Mais… Léo ne rechigne pas pour ça…

Comme moi, il adore(rait) ce Black à la production claire et forte, ces cinquante-trois minutes de Metal hurlant et cool qui vous labourent les tripes sans ménagement, cette musique burnée et malsaine déployée par un petit mais opérant arsenal. Non, pour ça, ODRAZA est un sacré malade. Il est aussi doté d'une grande intelligence ; la meilleure preuve est cette aisance avec laquelle il alterne les morceaux mid-tempo qui vibrent de mille feux, les prises de risques style « macho qui s'essaie émotionnel et bluesman from Hell à l'occaz » et les débâcles qui arrachent tout sur leur passage.

Non, et là j'y viens, promis, ce qui insupporte sur "Rzeczom", à part le titre, c'est… Ce foutu bruit de casserole provenant de la caisse claire de Priest. Les connaisseurs, comme certains de mes collègues chroniqueurs, reconnaîtront le fameux « snare ping », employé notamment par les groupes de Grind pour tout simplement choquer l'auditeur avec ce phonème détonnant. Ce que plusieurs qualifieraient d'harmonique gênante sur la caisse claire, comme ce fut le cas à l'écoute de "St Anger" notamment, me fait davantage penser aux chaudrons à ma feue ma grand-mère, ou, pire, à un percussionniste latino qui aurait abusé de la coke avant un concert au bord de la piscine… Désolé (hum, pas tant) pour les aficionados de snare ping, mais pour moi, c'est NON.

Je ne comprends pas comment ce tambour boosté aiderait ODRAZA à nous en mettre plein la gueule sur des passages hyper intenses et réussis comme ceux de "Świt Opowiadaczy" ou "Bempo". Putain, cette casserole gâche tout ! On n'entend rien d'autre quand le duo se démène pour arracher la brique sur les murs… Et laissez-moi vous assurer que les Polonais sont des assassins de premier ordre, la chair revole dans tous les sens quand ils se mettent à lacérer et déchiqueter ! Et attendez d'entendre les vociférations de Stawrogin ! Wow, quel talent ce mec possède, son registre est juste insensé !

Alors, on a des utilisateurs de cocotte minute radioactive capables de nous montrer leurs muscles de diverses manières ? La plupart du temps, ODRAZA est subtil, comme en font foi la curieuse et cirquesque "...Twoja Rzecz Też", la pièce-titre et son riff dansant de fou, l'accrocheuse "Młot Na Małe Miasta" ou la lourde complainte "Najkrótsza Z Wieczności". Il aime aussi se lâcher et touche à la perfection avec des morceaux que ne renierait aucun groupe de Black, moderne ou raw, tels que "Schadenfreude", "W Godzinie Wilka" ou la démente "Bempo", qui aurait très bien pu terminer l'album sans qu'on demande notre reste.

ODRAZA est un boucher, qui assomme et découpe ses victimes avec puissance et précision à la foi, qui nous laisse un goût de sable dans la gueule tellement sa musique est froide… Brûlante et sèche, en bonne Polonaise mal élevée qu'elle est… Stawrogin et Priest ne renient certes pas leurs racines, ça empeste le bloc de l'est sur ce skeud, impossible de se tromper.

N'eut été de cette saloperie de caisse claire au son débile, ODRAZA aurait mérité une note frôlant la perfection. Ce "Rzeczom" récolte d'impressionnants appuis partout sur la toile et vous seriez cons de ne pas vérifier pourquoi.

Un excellent exemple de ce que le Black peut encore fournir comme matériel à cheval entre l'Enfer et la réalité.


Podium : (or) "Rzeczom", (argent) "W Godzinie Wilka", (bronze) "Bempo".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


SVART CROWN
Wolves Among The Ashes (2020)
Un loup bien rondelet et huilé...




ORANSSI PAZUZU
Valonielu (2013)
Black, froid, groovy, irrésistible


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Priest (batterie)
- Stawrogin (tout le reste)


1. Schadenfreude
2. Rzeczom
3. W Godzinie Wilka
4. ...twoja Rzecz Też
5. Długa 24
6. Świt Opowiadaczy
7. Młot Na Małe Miasta
8. Najkrótsza Z Wieczności
9. Bempo
10. Ja Nie Stąd



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod