Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


BEGGARS & THIEVES - The Grey Album (1999)
Par THE MARGINAL le 26 Juin 2010          Consultée 1453 fois

BEGGARS & THIEVES : voilà un groupe qui faisait partie de tous ces prétendants qui aspiraient à se faire un nom dans le Hard US au tout début des 90's, vu que le genre musical marchait encore du tonnerre. Seulement, le succès n'était pas au rendez-vous, puis des changements au sein de l'industrie musicale ont fait que BEGGARS & THIEVES est retombé dans l'anonymat.

Du moins, c'est ce que tout le monde croyait à l'époque. Erreur, car voilà que le combo américain a refait surface en 1997 alors que personne ne s'y attendait, en sortant comme 2e album "Look What You Create". Et il a même enfoncé le clou 2 ans plus tard avec un troisième effort intitulé tout simplement "The Grey Album". METALLICA a eu son Black Album, BEGGARS & THIEVES aura eu son Grey Album. Bien entendu, ce "Grey Album" n'a pas eu le même impact que le célèbre album de METALLICA. Evoluant désormais en tant que trio (le bassiste Phil Soussan n'étant plus de la partie), BEGGARS & THIEVES évolue bien loin des tendances en vogue, même si les musiciens n'ont pas été totalement insensibles aux changements intervenus au cours de la décennie.

La musique pratiquée par BEGGARS & THIEVES sur cet album gris ? Une sorte de mixture entre Hard bluesy et Hard FM. On peut situer ce disque à mi-chemin entre BON JOVI et AEROSMITH période Geffen. On note aussi la présence de quelques ambiances sombres par-ci, par-là, ce qui laisse supposer que les musiciens n'ont pas été insensibles aux changements qui sont intervenus durant la décennie. BEGGARS & THIEVES avait laissé une impression assez positive à ses débuts et celle-çi se confirme avec le mid-tempo groovy "Don't Call It Love", de bonne facture à défaut d'être exceptionnel, l'énergique "Faster" et ses superbes riffs et un Louie Merlino déchaîné, imperial sur le coup, les tubesques et entraînants "Piece Of My Heart" et "Done", un brulôt hard/pop au refrain monstrueux valorisé surtout par des choeurs qui déchirent tout, "Cost Ya Nothing To Love", rehaussé par son refrain fédérateur et évoquant l'ombre d'AEROSMITH à l'époque de "Get A Grip". A propos de l'influence d'AEROSMITH, celle-çi se fait plus insistante sur "XL XL", une tuerie rock n'roll particulièrement jouissive. Quand au hard bluesy "Party World", avec ses riffs acérés et son harmonica cru de chez cru, il s'impose comme étant un des temps forts de l'album en rappelant à merveille les meilleurs moments du Hard US et en se montrant envoûtant, hypnotique.

Mais tout n'est pas excellent sur cette galette. Le contraire eut été trop beau. Si la ballade très imprégnée de l'influence des BEATLES, "The Closer", est sympa à entendre sans pour autant être exceptionnelle, on ne peut s'empêcher d'avoir un goût d'inachevé en écoutant "Complicate It", un titre big-rock au potentiel intéressant, mais sur lequel les musiciens ne se sont guère foulés tant il donne l'impression qu'il pouvait être perfectionné, transcendé. Le mid-tempo "In-Between", qui cloture l'album, démontre que BEGGARS & THIEVES n'est pas en mesure de rivaliser avec ALICE IN CHAINS et SOUNDGARDEN sur le terrain du Rock sombre aux relents grungy et apparait presque hors-sujet par rapport au reste de l'album. Enfin, on ne s'attardera pas sur "Beady Eyes", affreusement répétitif et lassant.

Si l'ensemble est plutôt homogène, à quelques exceptions près, on n'a tout de même pas affaire à l'album du siècle, loin de là. Ce "Grey Album" est honorable, mais je n'irai personnellement pas jusqu'à le recommander avec insistance. Surtout que les soli de guitare ne sont pas très marquants (voire parfois absents), en tout cas moins que les riffs. Quoi qu'il en soit, à titre comparatif, "The Grey Album" est globalement moins efficace que l'éponyme de 1990 et montre un groupe qui ne pouvait peut-être pas avancer au-delà de ses capacités. Finalement, ce groupe a peut-être su s'arrêter au bon moment, qui sait ?

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


PHANTOM BLUE
Built To Perform (1993)
Les filles de phantom blue durcissent le ton !

(+ 1 kro-express)



GOTTHARD
Gotthard (1992)
Débuts flamboyants du groupe suisse


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Louie Merlino (chant)
- Ronnie Mancuso (guitare, basse)
- Bobby Chouinard (batterie)


1. Don't Call It Love
2. Cost Ya Nothing To Love
3. Complicate It
4. Piece Of My Heart
5. The Closer
6. Party World
7. Done
8. Faster
9. Beady Eyes
10. Xl Xl
11. In-between



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod