Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK BOOGIE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2010 Last Train Home
 

 Site Officiel (707)

FOGHAT - Energized (1974)
Par THE BLUE OYSTER le 18 Mai 2010          Consultée 2879 fois

La promotion du second album de FOGHAT n'était pas très intelligente niveau marketing (il ne portait aucun nom comme son prédécesseur et était pourvu d'une pochette ridicule) mais n'a pas empêché l'album de décrocher un disque d'or. A cette époque le groupe n'est pas encore une grosse machine qui enchaîne les stades sur le continent américain, il demeure le plus souvent groupe de première partie lors de ses concerts sur-vitaminés. "Energized" sort en 1974 avec une pochette assez kitch comme les précédents LP du groupe sauf que cela peut s'avérer trompeur : derrière ce packaging vieillot se cache un des albums les plus explosifs de FOGHAT.

Pourtant les membres du groupe affirment qu'ils n'étaient pas très satisfaits de ce "Energized" à sa sortie, se considérant sans doute comme moins inspirés à l'enregistrement de celui-ci. Mais gardons à l'idée que les artistes sont souvent les moins bien placés pour juger leurs propres oeuvres. Ce n'est pas de l'ambition que vous risquez de trouver dans ce disque mais des musiciens qui prennent un pied total à jouer.

Sur "Energized" la formule FOGHAT est définitivement en place. Avec une production épaisse et chaude, nos compères proposent un hard boogie puissant et très dynamique. Ça sent la sueur, les soli pètent dans tous les sens et transpirent le slide. Sans oublier, je ne le répéterai jamais assez, l'élément central de la musique de FOGHAT est la basse. Pour être bassiste chez ces Anglais, il faut être un véritable bourrin de la quatre cordes. Ici Tony Stevens (et plus tard ses successeurs) donne le ton et la vitalité des morceaux. Pas de FOGHAT sans basse monstrueuse, vous imaginez IRON MAIDEN sans les monstrueuses lignes de basse de Steve Harris ? C'est également le cas pour FOGHAT.

On pourrait parler de double reprise pour le furieux morceau d'ouverture : "Honey Hush". Ce titre qui est à l'origine un rock n'roll composé en 1953 par Big Joe Turner se voit insufflé de l'énorme riff du "Train Kept A-Rollin'" des Yardbirds qui est lui aussi à l'origine... une reprise. Vous suivez ?
Bref le groupe pioche peut être ses idées à gauche et à droite mais transforme ce cocktail en quelque chose de bouillonnant. D'ailleurs "Honey Hush" est constamment joué en live pour ses qualités frénétiques. L'autre reprise du disque est "That'll Be The Day" de Buddy Holly avec ses choeurs féminins et ses cuivres. Un titre arrangé de façon assez originale par rapport au reste de l'album mais qui garde bien l'esprit de l'original, une réussite.

Dans le rayon des originalités je citerais volontiers l'énorme "Step Outside" un titre qui, tout en restant boogie, s'avère être carrément funky. "Golden Arrow" revient plutôt dans le gros rock n'roll mais la basse reste toujours monstrueusement funky comme dans "Step Outside". Comme je le disais, les morceaux de l'album s'avèrent sans prétention mais transpirent la sincérité et le plaisir de jouer. "Wild Cherry" est un rock n'roll qui s'apparente dans sa construction comme le plus banal possible et pourtant quelle bombe ! Ce titre est tellement intensif qu'il pourrait secouer n'importe quel vieux en déambulateur (approved by Tata Lucette).
Je me garde le meilleur pour la fin : "Home In My Hand" est incontestablement le classique de l'album. Un titre taillé pour le live, que ce soit pour faire chanter en choeur le public ou encore pour faire saigner la guitare à en faire péter les cordes : excellent.

Que pourrait-on reprocher à cet album ? Son manque d'innovation, d'ambition ? Qu'importe ! Aucun titre n'est mauvais, certains sont même carrément jouissifs et le tout est authentique, limite brut de décoffrage. Pas de ballade, c'est un disque positif et entraînant, un recueil de soli où le feeling est roi : la définition même de FOGHAT en live. Alors satisfait ou non de sa réalisation, le groupe décrochera tout de même un disque d'or aux USA et c'est le minimum pour un album aussi plaisant.

A lire aussi en HARD ROCK par THE BLUE OYSTER :


DANKO JONES
We Sweat Blood (2003)
Hard rock efficace et rageur




THIN LIZZY
Johnny The Fox (1976)
La bande de Phil Lynott est définitivement lancée

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   THE BLUE OYSTER

 
  N/A



- Rod Price (guitare)
- Roger Earl (batterie)
- Lonesome Dave (chant et guitare)
- Tony Stevens (basse)


1. Honey Hush
2. Step Outside
3. Golden Arrow
4. Home In My Hand
5. Wild Cherry
6. That'll Be The Day
7. Fly By Night
8. Nothin' I Won't Do



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod