Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SACRIFICE - The Ones I Condemn (2009)
Par MEFISTO le 27 Décembre 2009          Consultée 3087 fois

L'aile gérontologique de l'hôpital des Thrasheurs a admis quatre autres patients cet été, les Torontois (métropole de la province canadienne de l'Ontario) de SACRIFICE. Sur leur fiche était inscrit : « Nous sommes de retour après 16 ans d'absence avec notre line-up d'origine. Nous sommes gonflés à bloc et comptons bien nous différencier des autres papis qui reviennent après 15-20 ans d'absence». Les retours sont tellement populaires cette année que l'aile a dû être agrandie pour répondre à la demande. Heureusement que la qualité est au rendez-vous (merci aux labels qui connaissent leur métier) dans la majorité des cas, sinon on aurait pu crier au scandale…

SACRIFICE est notamment formé de Rob Urbinati, ancien membre du nouveau projet du Canadien Jed Simon (le pote à Devin), TENET. Simon a d'ailleurs posé sa gratte sur "The Devils Martyr". Et contrairement à TENET, les Torontois réussissent à captiver du début à la fin avec ce retour grâce à un Thrash solide, mélodique et juste assez violent. Les thèmes abordés par le groupe (justice, catastrophes actuelles et éteintes, symboles d'agression – Hiroshima, le Mur) se prêtent d'ailleurs à un ton sans merci, où la voix d'Urbinati joue les juges et bourreaux avec des intonations à la Chuck des derniers jours.

Par où commencer… "The Ones I Condemn" s'adresse non seulement aux fans de vieux Thrash mais aussi aux petits nouveaux qui apprécient la décadence cinglante de ce genre. En écoutant le SACRIFICE d'aujourd'hui, on n'imagine pas de rides comme sur la dernière fronde de AT WAR, EXODUS ou SLAYER, on s'imagine d'irréductibles marteaux-piqueurs qui réduisent leur tombe en poussière. En fait, on ne se doute aucunement que les revenants Canadiens se sont tenus dans l'ombre si longtemps, car leur doigté et leur verve font exploser les enceintes. Leur écriture ne réinvente pas la roue, mais on s'en tape, leurs grattes agissent comme un aimant et vous rivent à votre chaise !

Dès que les dernières notes de "We Will Prevail" s'estompent, c'est le début du massacre avec l'excellente pièce-titre, au riff rondelet et au refrain hurlé à la mort par Urbinati. "Give Me Justice" remet ça avec son vrombissement rapide et malsain, la basse de Scott Watts et la lead de Joe Rico assument pleinement leur rôle afin de prouver une fois encore que le quatuor respire bel et bien sans corde autour du cou, que le Thrash n'a jamais été plus vivant. Dès lors, les baffes et soli se multiplient, la bombonne d'oxygène se vide rapidement ; le moshpit sera sauvage et ne fera pas de survivant. SACRIFICE est une tempête difficile à arrêter, les Torontois se sont arrangés pour que les VOIVOD de ce monde cessent de pleurer sur leur sort. Le Canada chie encore de la bonne muz'.

Autre point essentiel à tout skeud de Thrash qui se respecte : l'énergie est à son comble. "The Ones I Condemn" en génère des torrents avec ses guitares enragées. Le souffle est clair, pas de râlement à l'horizon, pas de longueurs, les médicaments sont utiles. L'aile de l'hôpital vibre de partout, les chambres se vident, un stage improvisé dans la salle commune sert de défouloir aux Canadiens, bêtes libérées de leur cage qui peuvent maintenant piétiner nos synapses. Et ils ne demanderont pas pardon.

Écoutez, sans crier au loup, SACRIFICE louvoie du côté de mes préférés de la cuvée Thrash 2009, avec bien sûr les Japonais de GRIEF OF WAR. Une sacrée rondelle dentelée comme un monstre d'acier. Je serais même tenté d'éviter le terme « comeback », car au vu de la qualité de l'opus, je considère que le quatuor n'a finalement jamais cessé de jouer. Peut-être n'étaient-ils pas assez confiants pour revenir en studio précipitamment, mais cette signature à la pochette magnifique s'incrustera dans la jeune histoire du Thrash des années 2000. Si la formation décidait de poursuivre sa route devant les projecteurs et non dans son studio sans en extraire le jus…

*Pour la version bonus, SACRIFICE a inclus un cover de RUSH, "Anthem" et deux reprises de leurs vieux succès, "Burned At The Stake", paru sur "Torment In Fire" (1985) et "The Entity", gravé sur "Forward To Termination" (1987).

A lire aussi en THRASH METAL par MEFISTO :


REVOCATION
Great Is Our Sin (2016)
Un péché divinement assumé !




REVOCATION
Deathless (2014)
Back on groovy fucking track


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Rob Urbinati (chant, guitare)
- Joe Rico (guitare)
- Scott Watts (basse, chant)
- Gus Pynn (batterie)


1. We Will Prevail
2. The Ones I Condemn
3. Give Me Justice
4. The Great Wall
5. Tetragrammaton
6. Atrocity
7. Hiroshima
8. The Devils Martyr
9. Ultimate Power Corrupts
10. Desolation Alive
11. Anthem (rush Cover)
12. Burned At The Stake (bonus)
13. The Entity (bonus)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod