Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Guns N' Roses, Velvet Revolver, Electric Angels, Alice In Chains, Razor Ball

Slash's SNAKEPIT - It's Five O'clock Somewhere (1995)
Par STEF le 1er Décembre 2002          Consultée 6354 fois

1995 - Deux ans déjà que le SPAGHETTI INCIDENT est sorti et Slash commence à s'ennuyer ferme au sein des Guns, dans l'attente d'un hypothétique nouvel album toujours repoussé. En plus, les Guns sont au bord de l'implosion, Axl vire les anciens-nouveaux-pas-encore membres à tour de bras et les deux leaders du groupe ne sont plus vraiment sur la même longueur d'onde.

Slash décide alors de prendre du recul, de s'accorder une récréation le temps d'enregistrer son premier album solo avec son nouveau groupe le snakepit (nid à serpents). Après Izzy Stradlin, Gilby Clark et Duff Mac Kagan, Slash est donc le quatrième membre des Guns à tenter l'aventure en solo. Et vu la côte de sympathie dont bénéficie le guitariste, on peut se dire que le succès sera sans doute plus au rendez-vous que ses collègues, dont les albums se sont méchamment ramassés.

Oui et non, son premier album fera une percée remarquée mais éphémère dans les charts français et américains, mais n'aura pas bénéficié du succès escompté. Et passé l'enthousiasme de la sortie, le groupe et l'album retombe vite dans l'anomymat (observant un silence de presque 5 ans avec la sortie du deuxième album AIN'T LIFE GRAND en 2000).

Autour de son projet, Slash rameute ses troupe:

La basse a été confié à Mike Inez ( Ozzy, Alice In chains, Futur Metallica??), la guitare rythmique et la batterie revenant à des amis proches, Gilby Clarke (licencié par Axl) et Matt Sorum, batteur des Guns en sursis??. Quant au choix délicat du chanteur, il s'agit d'Eric Dover (Jellyfish), au chant parfois approximatif qui peut faire penser à Steven Tyler (Aerosmith) voire même à sa majesté le roi Axl Rose. La production est assurée par le producteur attitré des Guns, Mike Clink et la pochette est signée Tony Hudson, le propre frère de Slash.

Venons en à l'album en lui-même:

Un album de heavy-rock qui sent bon la clope, le whisky et les pubs américains. Un album pour se faire plaisir avec une ambiance générale qui rappelle l'époque bénie d'APPETITE FOR DESTRUCTION. Le groupe favori de Slash étant Aerosmith, on ne sera donc pas étonné de voir des morceaux typique des Bostoniens (le plus flagrant étant "Doin' Fine" ou "back and forth again").
Des riffs soignés ( slide sur le sudiste "beggars and hangers on", le groovy "good to be alive", le percutant "be the ball") parcourent l'album de long en large et slash s'en donne à coeur joie dans les solos, il parcourt son manche (aucune allusion sexuelle) sans aucune pression, en extirpant des solos formidables (j'adore celui de "back and forth again").

Le premier effort solo de Slash n'est donc pas un classique, seulement un disque sympathique, sans aucune prétention, du Guns'n Roses sans Axl Rose, sans les ballades et sans prise de tête en quelque sorte.

A lire aussi en HARD ROCK par STEF :


SCORPIONS
Blackout (1982)
Hard rock

(+ 3 kros-express)



BON JOVI
These Days (1995)
Hard rock

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez



Par STEF




 
   STEF

 
   POSSOPO

 
   (2 chroniques)



- Eric Dover (chant)
- Slash (guitare)
- Gilby Clarke (guitare)
- Mike Inez (basse)
- Matt Sorum (batterie)


1. Neither Can I
2. Dime Store Rock
3. Beggars And Hangers-on
4. Good Tto Be Alive
5. What Do You Want To Be
6. Monkey Chow
7. Soma City Ward
8. Jizz Da Pit
9. Lower
10. Take It Away
11. Doin' Fine
12. Be The Ball
13. I Hate Everybody (but You)
14. Back And Forth Again



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod