Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1989 Extreme
1990 Pornograffitti
 

- Style : Nelson, Harem Scarem, Bigfoot
- Membre : Van Halen
 

 Myspace (529)

EXTREME - Saudades De Rock (2008)
Par FREDOUILLE le 22 Septembre 2008          Consultée 8266 fois

EXTREME !!! Whaouh, quand on y pense, cela ne nous rajeunit pas hein ?!!! Originaire de Boston et formé en 1985, EXTREME s'est fait surtout connaître par la ballade acoustique "More than words" issue du très éclectique et excellent "Pornograffiti", second album du groupe et sorti en 1990. Par le biais de cet album, EXTREME, présenté d'ailleurs et à l'époque comme le nouveau VAN HALEN, est certainement un des groupes qui a le plus marqué les esprits dans le genre. En effet, ce second album est un petit chef d'œuvre de hard rock pas comme les autres. Le groupe nous éclabousse de toute sa classe sur ce "Pornograffiti". "Pornograffiti" n'est ni plus ni moins qu'un album phare du début des années 90. Le groupe est époustouflant de fraîcheur, de créativité, de talent sur cet album et nous propose un hard rock aux rythmiques funk, parfois doublées de cuivre, aux phrasés rap et aux soli tous aussi ahurissants que les autres distillés par un six-cordiste de talent : Nuno Bettencourt. Tout ceci soutenu et renforcé par une assise rythmique ahurissante et associé à un chanteur d'exception : Gary Cherone.
La suite discographique du groupe est un peu moins glorieuse avec un "III sides to every story" de qualité mais particulièrement copieux (difficile sincèrement de l'écouter d'une seule traite) et un "Waiting for the punchline" beaucoup plus classique et malheureusement plus fade malgré quelques titres de qualité (je me rappelle notamment du somptueux "Evilangelist"). La folie et la fraîcheur de "Pornograffiti" n'est plus.
Un quatrième album qui sonnera donc le glas de la formation américaine. Je vous épargnerais enfin et bien volontiers les différentes aventures qui suivront : celles de Gary Cherone en tant que vocaliste chez VAN HALEN (un flop total !) ainsi que celles de Nuno Bettencourt en solo (aventures que je ne connais pour ainsi dire quasiment pas). Pas toutes réjouissantes a priori d'après ce que j'en ai lu ci et là.

Toujours est-il qu'en cette année 2008, à notre grande stupéfaction, le groupe revient avec un nouvel album intitulé "Saudades de rock". Le line-up originel est quasiment reconstitué puisque seul le batteur, Kevin Figueiredo qui a étudié le jazz avec Mike Mangini est nouveau. Un batteur qui est parfaitement en place et qui remplace haut la main Mike Mangini justement.
"Saudades de rock" est en tout cas et pour notre plus grand plaisir un album vraiment très sympathique, très rafraîchissant et qui ne nous dépayse aucunement malgré une variété évidente. On reconnait en effet et instantanément la patte inimitable de la formation bostonienne et ce dès le premier titre "Star", un titre absolument excellent aux accents "Queeniens", au refrain catchy et totalement dans l'esprit des compositions de "Pornograffiti" (gros chœurs à l'appui). Le groupe semble très en forme et Nuno Bettencourt nous offre même un solo d'exception qui n'est pas sans rappeler, succinctement, le jeu de Eddie Van Halen. Une belle entame donc. De quoi nous rassurer littéralement sur la suite. A juste titre d'ailleurs même si EXTREME va avoir la fâcheuse idée de s'égarer légèrement en chemin en proposant un titre carrément rock tel "Flower man" sur lequel je n'accroche pas vraiment ou encore en nous délivrant quelques ballades dispensables genre "Peace (Saudade)" ou encore "Interface" une sorte de "More than words" bis. Une ballade qui pourrait même rappeler un chouia le A-HA (mais si, le groupe de musique pop norvégien! Vous vous rappelez?) de ces dernières années. Ce A-HA même que l'on retrouve également sur l'excellent "Ghost" morceau pop par excellence (oui, vous avez bien lu!) qui monte en puissance au fil des minutes et sur lequel Gary Cherone n'hésite pas à prendre ici des intonations doucereuses à la Morten Harket (un peu comme il le faisait sur "III sides to every story"). La composition est assez surprenante pour du EXTREME, il faut bien le reconnaître, mais est très réussie. Réussite également pour un "Take us alive" très enjoué, morceau de country rock carrément surprenant une nouvelle fois mais ô combien excellent.
Malgré ces quelques escapades, EXTREME n'en a pas pour autant oublié son sens du groove, intact, notamment sur le classique et bon "Comfortably dumb" ou encore sur "Run" qui flirte quant à lui pas mal avec AEROSMITH. Un coté AEROSMITH que l'on va également retrouver sur "Slide" aux rythmiques funk et sur lequel Gary prend ici des intonations à la PRINCE. Bel exercice de style que nous propose le chanteur. Des rythmiques funk que l'on va également retrouver sur le petit bijou qu'est "Learn to love", un morceau qui vous fera taper du pied dès les premières notes. Incontestablement, un des meilleurs morceaux de l'album.
Enfin, EXTREME nous délivre pour clôturer l'album, un bonus track qui n'est autre qu'une démo de 1985 : "Americacocaine". Morceau qui sent bien évidemment les années 80 à plein nez. Composition très plaisante sans être transcendante.

"Saudades de rock" ou le visage d'EXTREME en 2008. Un visage qui me plait bien dans l'ensemble puisque l'on retrouve ci et là l'ensemble des ingrédients des albums précédents qui plus est avec une fraîcheur et une énergie de premier ordre. Qualités qui faisaient légèrement défaut au groupe il y a treize ans. Même si le groupe semble nettement moins pêchu, funky et groovy qu'auparavant (notamment par rapport à l'album "Pornograffiti"), plus vintage par contre, le groupe a semble-t-il retrouvé des ressources pour nous délivrer ici un très bon album de hard rock. Car c'est bien de hard rock qu'il est question ici; un hard rock qui rend d'ailleurs hommage (volontairement ou non) à quelques groupes de renom tel AEROSMITH (vu plus haut) ou tel LED ZEPPELIN (rien que ça !) sur "Sunrise" par exemple.
EXTREME reste néanmoins EXTREME et ce malgré quelques écarts; les musiciens font montre une nouvelle fois de leur potentiel et de leur aisance technique. Techniquement irréprochable à l'image d'un Nuno assez impressionnant je dois dire (que ce soit en rythmique ou en solo), mais jamais démonstratif, ou encore à l'image d'un Gary Cherone très à l'aise et aux capacités larges (son chant est d'ailleurs magnifique sur l'intro du somptueux "Last hour" - Limite à hérisser les poils sur les bras !), EXTREME vient de signer là, un des meilleurs albums de hard rock de 2008.
Moins bon (encore que..) et innovant que "Pornograffiti", bien plus digeste que "III Sides to every story" et plus inspiré, énergique et rafraichissant que "Waiting for the punchline", "Saudades de rock" flirte bon le 4/5.

Morceaux préférés : "Star", "Learn to love", "Ghost", "Last hour"


PS : A noter l'artwork très classe et la production impeccable de l'album.

A lire aussi en HARD ROCK par FREDOUILLE :


AEROSMITH
Pump (1989)
Hard rock




UFO
Phenomenon (1974)
La naissance d'un sacré phénomène !!!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Pat Badger (basse, chant)
- Nuno Bettencourt (guitares, piano, chant)
- Gary Cherone (chant)
- Kevin Figueiredo (batterie)


1. Star
2. Comfortably Dumb
3. Learn To Love
4. Take Us Alive
5. Run
6. Last Hour
7. Flower Man
8. King Of The Ladies
9. Ghost
10. Slide
11. Interface
12. Sunrise
13. Peace (saudade)
14. Americacocaine (demo 1985) - Bonus



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod