Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Secret Sphere, Secret Of Dawn
 

 Myspace (713)

ALKEMYST - Through Painful Lanes (2008)
Par FREDOUILLE le 8 Septembre 2008          Consultée 5299 fois

Il y a 5 ans, ALKEMYST formation originaire d'Annecy sortait un premier effort très encourageant : "Meeting in the mist". De fort belle facture, ce premier album sorti, qui plus est sous le fameux label Nuclear Blast, nous proposait un speed metal aux refrains fédérateurs et doté d'un aspect prog' assez intéressant. Une belle réussite globalement.
Nous commencions pourtant et sérieusement à nous demander ce qu'il advenait de ce groupe qui malgré un premier essai de qualité, était, il faut bien le reconnaître, complètement tombé dans l'anonymat.
Et bien que les fans du groupe et de ce "Meeting in the mist" se rassurent puisque ALKEMYST est bel et bien vivant. Revoici donc le groupe avec qui plus est le line-up de "Meeting in the mist" (un signe évident de stabilité et de cohésion dans le groupe) mais avec un label par contre différent. Signé chez Nightmare Records (le label de Lance King - ex-PYRAMAZE, ex-BALANCE OF POWER), il y a fort à parier qu'ALKEMYST constitue certainement l'un des meilleurs poulains de ce label tant ce que j'ai pu écouter des dernières nouveautés signées sur ce label était d'une qualité affligeante (le groupe ORDER OF NINE est un bel exemple, la chronique est d'ailleurs disponible sur Nightfall si vous souhaitez lire de quoi il en retourne).

Derrière cette somptueuse pochette, se dissimule donc le second album d'ALKEMYST, intitulé "Through Painful Lanes". Un nouvel opus, plus sombre, qui risque, je vous préviens tout de suite, dans un premier temps en tout cas, de décontenancer les fans de "Meeting in the mist". La première fois que j'ai écouté l'album, je me suis retrouvé perdu. Les compositions m'ont paru relativement "chargées", les refrains ne m'ont pas interpellé plus que ça et même la production me posait un problème. La déception était là. Du coup, j'ai rangé le cd sur l'étagère, suis parti en vacances et à mon retour j'ai décidé de ressortir "Through Painful Lanes" afin de lui donner une seconde chance. Bien m'en a pris.
"Through Painful Lanes" est ce genre d'album qui ne s'apprivoise pas comme cela de but en blanc. Il n'y a pas de doute possible ce nouvel opus est beaucoup moins accessible que son prédécesseur mais ô combien plus riche. Ceci explique certainement cela. Plusieurs écoutes vous seront indubitablement nécessaires pour déceler toute les subtilités de l'album et le travail réalisé que ce soit au niveau des compositions, au niveau technique ou au niveau des arrangements (écoutez moi le boulot effectué sur les chœurs et les voix - impressionnant -).

Le groupe oscille toujours plus ou moins dans le speed metal, bien que...bien que les couleurs à la HELLOWEEN / GAMMA RAY qui figuraient sur "Meeting in the mist" semblent beaucoup plus lointaines ici, même si les soli mélodiques de rigueur s'y réfèrent encore un tout petit peu (sur "The beast within" ou sur le carrément speed "Enter the carnival"). On rajoutera bien évidemment la reprise presque dispensable d'"Eagle fly free", fidèle à l'originale, pour le rattachement avec HELLOWEEN. Malgré cela, les standards que l'on retrouve habituellement dans ce type de musique sont en tout cas partiellement esquivés. Et de quelle façon ! ALKEMYST a en effet décidé de ne pas se faciliter la tâche.
Les compositions de "Through Painful Lanes" sont relativement complexes dans leur structure, truffées de breaks plutôt brillants et nous nous situons bien souvent aux frontières du metal progressif sur de très nombreux passages ("Restless show" est d'ailleurs un petit bijou dans le genre! Quelle intro au piano, quel refrain et quelle prouesse vocale de Ramon Messina !). Coté influences, on pourra citer DREAM THEATER (au niveau des enchaînements), PAIN OF SALVATION (sur "Another you" et son passage légèrement mélancolique) ou encore SYMPHONY X pour la virulence et la puissance de certains riffs ("Another you", "Through painful lanes"). Le groupe enchaîne avec une déconcertante facilité les passages speed (évidemment !), passages acoustiques (à la BLIND GUARDIAN sur "The Beast within") ou encore atmosphères de grande envergure comme, en témoigne le travail ahurissant des guitares, aériennes comme il faut (à l'image d'un QUEENSRYCHE des temps anciens) sur le monstrueux "Another you". Les compositions sont donc relativement bien élaborées, sans superflu, soutenues pas une assise rythmique des plus efficaces (écoutez moi "The beast within" pour vous en convaincre, une tuerie !) et renforcées par une production en béton. Il va de soi que le groupe dispose d'une aisance technique assez impressionnante pour nous proposer toute la palette musicale qui figure sur "Through Painful Lanes".

Alors certes, "Through painful lanes" vous paraîtra un poil moins accrocheur et direct que "Meeting in the mist", même si des titres comme "Restless show" ou "The grand illusion" (les grosses guitares et riffs bruts à la "Shattered" de STRATOVARIUS sont de sortie) me contrediront pour le coup, mais quel album tout de même ! Un album qui ne se dévoile que petit à petit. Mais là est sa force.
Vous succomberez sans aucun doute à l'écoute de la pseudo-ballade "Everlasting farewells", somptueuse composition sur laquelle Ramon Messina (SECRET SPHERE) réalise encore des merveilles. Que de progrès accomplis par le chanteur ! Enfin, le travail au niveau des chœurs est encore une fois magistral. Vous serez également impressionnés par la qualité du morceau "Though painful lanes"; peut-être le morceau le plus progressif de l'album avec des riffs syncopés et un travail d'orfèvre au niveau des guitares. Un morceau qui ne vous laissera pas de marbre. J'en suis persuadé.
ALKEMYST vient, vous l'aurez compris, de frapper un grand coup avec ce "Through Painful Lanes", plus progressif dans l'âme que son prédécesseur, et vient du même coup consolider tous les espoirs que l'on avait placés en lui après des débuts fort prometteurs. Un bien bel album qui aura mis du temps à être conçu, certes, mais sincèrement ça valait le coup d'attendre.

Morceaux préférés : "The beast within", "Everlasting farewells", "Through painful lanes", "Restless show"

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


BLIND GUARDIAN
Live (2003)
Superbe Live de notre gardien aveugle

(+ 2 kros-express)



INMORIA
Invisible Wounds (2009)
Side-project d'un ex-MORGANA LEFAY et ex-TAD MOROSE


Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Ramon Messina (chant)
- Arnaud Ménard (guitare)
- Denis Mellion (basse)
- Arnaud Gorbaty (batterie)
- Séverin Bonneville (guitare)


1. The Beast Within
2. Another You
3. When The Morning Comes
4. Enter The Carnival
5. Restless Show
6. Everlasting Farewells
7. The Grand Illusion
8. Through Painful Lanes
9. Eagle Fly Free



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod