Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK RITUEL ET BRUITISTE  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


BLACK FUNERAL - Ordog (2005)
Par POSSOPO le 20 Septembre 2008          Consultée 1686 fois

Black metal, BLACK FUNERAL ? Assurément. Mais Baron Drakkonian Abaddon est avant tout sataniste. Un sataniste qui n'a que faire des modes et tendances de l'underground. Son œuvre navigue souvent loin, très loin de tout ce qui se fait de connu dans le monde du metal noir. Il faut dire, BLACK FUNERAL est géographiquement situé bien loin de l'épicentre de la musique du diable. De l'autre côté de l'Atlantique, perdu dans l'Indiana, BLACK FUNERAL se trouve à l'écart du buzz. Et cette distance le rend particulier, très particulier.

Plus encore que BEHERIT à son époque, le bouseux ricain pratique une musique religieuse et cataclysmique, messe noire sonore et hideuse entourée d'un concept incompréhensible et apparemment à forte densité neuronale. BLACK FUNERAL va chercher loin son inspiration, dans la patrie du Khomeynisme. Centré autour de l'ancien culte sorcier perse du Yatuk Dinoih, à propos duquel même Google peine à nous informer (les rares pistes nous emmenant tout droit sur un site consacré à un livre écrit par Baron Drakkonian Abaddon lui-même), "Ordog" se veut une mise en scène, un rite obscur de la voie de la main gauche. Pardon ?

La voie de la main gauche et la voie de la main droite distinguent deux types de religion, les premières favorisant l'épanouissement personnel, les secondes se basant sur un code moral strict. Vous l'aurez compris, cette terminologie dualiste est utilisée par les adeptes de diverses formes d'occultisme (et adeptes de la voie de la main gauche), Dragon Rouge (la préquelle du Silence des Agneaux), Luciférisme, Magie Du Chaos (qu'on retrouve dans l'œuvre de MESHUGGAH ou DISSECTION), Temple de Seth, Eglise de Satan d'Anton Lavey…afin de se placer en opposition directe avec les religions dogmatiques monothéistes qui gouvernent le monde (Christianisme, Islam et Judaïsme). On peut ajouter à cette liste le Quimbanda brésilien, diverses sectes hindoues et une bonne poignée de cultes modernes pratiquant la magie noire. Un joli fourre-tout un peu fantaisiste car basé sur une notion abusément manichéenne. Enfin bon, cela donne à "Ordog" un caractère authentique de toute manière impossible à vérifier.

Tout ça pour dire que BLACK FUNERAL ne joue pas de la musique, il pratique un cérémonial. Différence prodigieuse qui ne permet pas de multiplier les références ni les comparaisons. Un cérémonial grandiloquent, industriel et linéaire servi par une production de qualité. Necro, noisy et parfaitement audible, un véritable tour de force qu'il convient de saluer. On se rend d'ailleurs vite compte que cette production sauve la galette de la débâcle.
Car sans elle, "Ordog" deviendrait vite inécoutable. On ne sentirait rien de la texture de l'œuvre, de l'impact de guitares abrasives conçues dans une aciérie abandonnée, de l'efficacité de percussions d'usine rouillée ou de l'aspect hypnotique de ce chant lointain, pourtant si prenant et si plein. On se contenterait d'écouter une représentation bruitiste dépourvue de réelle mélodie. Un problème grave qui verra se désintéresser la majorité de l'auditoire d'un disque âpre et peu accorte. Un problème réglé avec maestria sur le magistral "Waters Of Weeping", aux contours bien plus recommandables que cet opus réservé aux stricts initiés.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


ENDLESS DISMAL MOAN
Endless Dismal Moan (2004)
The nippon horror show




EMPEROR
Anthems To The Welkin At Dusk (1997)
Black rituel et bruitiste

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



Non disponible


1. Harbinger Of Pestilence
2. Hymn To Ahriman
3. Ordog
4. Mummu Chaos
5. Of Ravening Wolves
6. The Chain
7. Deathless And Eternal
8. Abyssic Doctrine
9. Unclean Spirit
10. Ode To Pazuzu
11. Lilitu



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod