Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 


REGURGITATE - Sickening Bliss (2006)
Par ROOTSPACOROOTS le 28 Juillet 2008          Consultée 1610 fois

Ce « Sickening Bliss » est un très bon disque de gore grind, s’écoutant avec plaisir, où s’enchaînent parties Crust en D-Beat et Blasts effrénés sur des riffs complètement aliénés, le tout coloré par des beuglements alternant grosse voix growlée ultra pitchée et vocifération « Carcassienne ». Voilà, merci, bonne soirée, bien, bien, à la prochaine…

Merde c’est vrai quoi, que rajouter de plus ? Rien de rien ! Que nenni ! zob zob !…
Mais alors peut-être que finalement je suis un très mauvais chroniqueur, comme l’a supposé JH dans un de ces commentaires à propos de ma chronique du « Black force domain » de Krisiun, commentaire qu'on a d'ailleurs supprimé tellement la bafouille en question était méchante, « ouin ouin » !
Ou peut-être n’ai je pas assez de vocabulaire pour causer avec vous finalement ?
Non peut-être qu’en fait je suis un vilain poseur qui chronique uniquement pour être lu afin de satisfaire un ego ampli d’une illusion relative à un sens de l’humour se complaisant dans l’auto-satisfaction!
Ou bien peut-être que je suis simplement un jeunot qui découvre le métal extrême en s’appropriant des jugements à base de « Ouah trop bon, c’est trop dla viande ce son…c’est super violent, ça blast aussi vite qu'un steack dans un hachoir, ouais jkiffe trop, kikoo lol !» comme en atteste le commentaire de Sargest sur ma chronique du « Black force domain » de Krisiun (putain encore elle! Décidemment…).
Non, non et re-non, je suis un mec super drôle, expert en la matière, lettré, analytique et surtout modeste donc non ça ne peut pas être ça !… Aller oui dis le… c’est malheureusement en fait un petit peu de tout ça, snif, je l’avoue, re-snif.
Ok, ça va j’assume ! Cependant une autre explication du pourquoi du comment la chronique tient en 3 lignes et demi sur word , pourrait tout simplement être le fait que le disque sub-cité soit, et on se rapproche du but,… tout bonnement ….: « COMMUN ».

Et oui rien de novateur, on se situe entre un Carcass (old époque) et un Nasum pour faire encore plus simple que le pseudo « pitch » d’introduction. Alors oui Regurgitate s’essaye par moments à des plans plus lourds, plus mid tempos ainsi qu’à l’élaboration d’ambiances macabres, avec comme principale conséquence, celle de réduire le sentiment de linéarité mais même « ça » fait partie du déjà vu. Donc oui ça bastonne, le grindeux lambda jouira comme un scatophile devant le chef d’œuvre cinématographique qu’est « barbe à merde ». Donc ouais ; rien à rajouter ! Ah si on me signale dans l’oreillette que Mamie germaine souhaiterais intervenir :

Mamie germaine, 73 ans , retraitée dans une maison où y a que des vieux :
« Ca c’est un vrai putain de CD qui poutre grave comme j’aime. L’autre fois je l’ai mis pendant une après midi loto et v'là t’y pas que mes membres artrosés se mettent à s’articuler tous seuls et que je me mets à remuer comme si j’avais choppé les vers par dessus mes hémorroïdes. Manque de bol, sans foutre gaffe, j’ai cogné c'te conne de nymphomane de Gilberte qui a cru, en ramassant ses deux dernières dents, qu’elle venait de trouver des boules de geisha par dessus le sol et v'là t’y pas que maintenant, au moment où il y a Denisot sur Canal, on l’entend en train de gueuler comme une gorille croisée avec une truie que ça en fait trembler la parabole si bien que v'là des interférences avec TF1 que je suis obligé d’endurer la vielle gueule à ct’enclume d’Arthur. Tu vas me dire qu’c’est pas de chance. »

Donc en conclusion, si tu aimes le grind sans compromis qui va droit au but, ce « Sickening Bliss » sera ton compagnon d’autopsie, de vivisection ou de je ne sais quoi avec des organes et de la viande.

A lire aussi en GRINDCORE par ROOTSPACOROOTS :


The BERZERKER
Dissimulate (2003)
Quand le death/grind rencontre la techno hardcore.




MUMAKIL
Customized Warfare (2006)
Mmmh! mumak !!! à que c'est bon le grind!!!


Marquez et partagez




 
   ROOTSPACOROOTS

 
  N/A



- Johan Jansson : Basse
- Urban Skytt : Guitare
- Jocke Pettersson : Batterie
- Rikard Jansson : Chant


1. Bliss
2. Abducens Eminence
3. Euphoric State Of Butchery
4. Cocoon Of Filth
5. Putrid Serenity
6. Tenderizing The Malformed
7. Violent Necrophilic Climax
8. Cavernous Sores
9. Reborn In Latrinic Ecstasy
10. Bleed On Me
11. Gutrot Hogfrenzy
12. Undying Lust For Cadaverous Molestation
13. Battered With A Brick
14. Devoured By Ghouls
15. Addiction (an Unconditional Love For Blasphemous P
16. (we Are) Sadistic Hateful Scum
17. Worm Eater
18. Perish In Blood
19. Upheaval Of Human Entrails
20. Bathed In Feculence
21. Bestial Sons Of Devastation
22. Defile
23. Deterioration Of Grated Genitals
24. Excremental Investment
25. Hacksaw Hysterectomy
26. Catatonic Possession



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod