Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Dream Theater

DOMINICI - O3 A Trilogy Part 3 (2008)
Par SPHERIAN le 16 Juin 2008          Consultée 1716 fois
Cette chronique est l’histoire d’une grosse déception. Le cas d’école de l’album attendu avec tellement d’impatience qu’il en vient difficile d’accepter cette naïveté primaire, celle qui me poussait à visiter le site du groupe quotidiennement pour vérifier que la sortie de l’album n’avait pas changé.

Et dieu sait si j’ai essayé de l’aimer cet album ! Les quelques premières écoutes ne s’étaient pas avérées très plaisantes (voire même pénibles) mais je m’attendais à cela et c’est par ailleurs souvent le signe d’un riche album de prog à la longue durée de vie. Telle une oie périgourdine, je me suis donc gavé de cet « O3 part 3 » durant presque 1 mois, écoutant l’album à la moindre occasion et dans de nombreux états d’esprit. Suite à cela, une première chronique vit le jour et (n’en revenant pas moi-même) celle-ci était peu élogieuse, voire acerbe. Hop, fichier Word supprimé, j’entrepris une deuxième analyse et rebouffait du DOMINICI à tous les repas pendant encore 1 mois.

L’heure est pourtant venue de me rendre à l’évidence, cet album est mauvais. Suite à la très bonne surprise « O3 part 2 » et le grand retour de Charlie Dominici sur la scène prog, l’ex chanteur de DREAM THEATER et les frères Maillard ont confondu vitesse et précipitation avec des compositions toujours aussi bluffantes techniquement mais dénuées de toute mélodie. Cette pauvreté se fait surtout ressentir au niveau des lignes vocales qui ne possèdent aucun relief, aucune accroche. Les refrains ne ressortent pas et Charlie tente de durcir sa voix mais avec peu de succès. Le chant devient vite déplaisant même pour un fan de son style vocal (que je suis). Les poussées aigues à la Geddy Lee qui firent sa force sont remplacées par une voix rauque et plate sur la plupart des titres. Seul les premières mesures de « King of terror » et « So help me god » laissent entrevoir le « vrai » Charlie et finalement, se sont mes titres préférés de l’album…

Autre gros problème, la main mise vraisemblable des frères Maillard sur l’écriture de la musique de l’opus. Les frangins sont indéniablement bourrés de talent et nous pondent de superbes parties instrumentales aux constantes asymétries déroutantes. Seulement voilà, tout cela manque cruellement de « vie », de groove. C’est un prog très froid où la démonstration technique prend très (et trop) souvent le pas sur l’émotion et les ambiances. Passé le moment d’extase de la première écoute, en gros on se fait chier (c’est dit). La récurrence des plans à la DREAM THEATER n’est pas un problème en soi (sachant que la plupart des groupes de prog font de même) mais Brian et Yan sont cette fois ci allés trop loin dans leur désir d’en foutre plein la gueule, certainement en vue d’assurer l’après DOMINICI.

Alors que reste-t-il de bon dans cet album ? Finalement pas grand-chose. Deux choses tout de même :

Premièrement, la production est monstrueuse. Le mix de batterie est cristallin, chaque tom, chaque splash ou max stacks résonnent dans la tronche et la guitare a un son très agressif qui colle bien à l’ambiance sombre du concept O3. La basse est comme toujours en retrait (je me demande si on entendra cet instrument « porter » une chanson dans le métal contemporain ultra compressé) et c’est dommage car Riccardo Atzeni est loin d’être mauvais ! Malheureusement, les superbes parties de clavier présentes sur « O3 part 2 » (« The monster ») se sont effacées pour rendre la guitare encore plus omniprésente. Dommageable au vu des Rudess-esques prestations d’Americo Rigoldi.

Deuxièmement, « O3 part 3 » confirme l’arrivée sur le devant de la scène prog de Yan et Brian Maillard. Yan avec un style à mi chemin entre Mike Portnoy et Mark Zonder (FATES WARNING) présente une parfaite alliance entre finesse et puissance sur fond de mesures composées. Brian, quant à lui, fournit également une grosse prestation et son jeu, proche de celui de Stefan Lill (VANDEN PLAS) a encore gagne en fluidité. La paire doit maintenant se dégager de l’influence DREAM THEATER dans la composition et trouver leur propre style. Lorsque ce se sera chose faite, ces deux la feront mal !

Finalement, cet album aurait peut être été plus intéressant si il avait été purement instrumental. Avec la fin du concept O3, Charlie arrivera t-il à se renouveler ?

Un gros 2/5 pour la grande richesse des parties instrumentales. Pas plus.




Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Charlie Dominici (chant)
- Brian Maillard (guitares)
- Yan Maillard (batterie)
- Riccardo Atzeni (basse)
- Americo Rigoldi (clavier)


- O3 A Trilogy Part 3
1. King Of Terror
2. March Into Hell
3. So Help Me God
4. Liquid Lightning
5. Enemies Of God
6. Revelation
7. Hell On Earth
8. Genesis



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod