Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL HONGROIS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


TUMAN - Loquitur Cum Alqo Sathanas (2007)
Par ONCLEGUUD le 8 Avril 2008          Consultée 1434 fois

Le label allemand No Colours Records, comme son compère Christhunt, est un sacré dénicheur de talents. Ainsi en est-il de Tymah, devenu Tuman aujourd'hui, qui a enfanté chez lui son deuxième enfant des ténèbres en novembre 2007 : « Loquitur Cum Alqo Sathanas » (LCAS). Ce trio hongrois avait en 2005 accouché d'un déjà très bon « Transylvian Dreams », et avant cela d'oeuvres diverses qui l'avait fait émergé des ombres : deux excellentes démos (dont la deuxième reprenant deux hits de Mayhem) et un split avec Necroplasma. C'est surtout la seconde démo qui frappa à sa sortie les esprits des fouines de l'underground, ce qui abouti au premier full-length chez les Germains Sans Couleurs – ce qui ne se refuse pas. Les Teutons avaient bien flairé l'affaire, car ces Hongrois ont des choses à dire et ils le font bien. Les revoilà donc – du moins pour moi; ceux qui ne connaissent pas Tymah/Tuman ne seront pas aussi souriants que moi – avec un successeur digne de ce nom, deux ans plus tard - du moins est-ce ce que j'espérais.

LCAS se distingue en plusieurs points de son prédécesseur : la production est un peu plus claire, moins organique et plus commune en somme; et les compositions sonnent un tantinet trop nordiques à mon goût – Tuman, à l'instar des Grecs de Naer Mataron dans leur « Discipline Manifesto », veut se la jouer comme les Maîtres, quitte à perdre en identité. Peut-être Tuman fait-il un peu trop référence à l'idôle Mayhem, ou encore à toute la vague mélodique et rapide du Black Metal Suédois. Même si le trio met l'accent sur le développement des atmosphères, aucun titre ne décolle vraiment de cet ensemble de pistes alignant des riffs certes alléchants et mélodieux (c'est d'ailleurs bien construit, c'est carré et le premier titre est satanément entêtant) que noie dans l'oeuf la production trop linéaire... Tuman, dont la chanteuse-guitariste Tuman fait office de point de mire pour la formation (un peu comme Angela Gossow dans Arch Enemy), a voulu trop se rapprocher selon moi de ses références, désirant s'élever à leur niveau. Ce que le groupe parvient difficilement à réaliser donc, car les musiciens ne trouvent pas l'inspiration suffisante pour que LCAS devienne un disque majeur, au contraire du premier effort... Les écoutes successives n'y feront donc rien : on s'endort vite, parfois pris en sursaut par des éclaircies de génie ou des ambiances lourdes et macabres. Tel Icare, Tuman a rêvé mais son soleil l'a fait chuter. Il leur aura manqué de peu. On découvrira donc le combo avec « Transilvanian Dreams », qui lui est un sacré bon album.

A lire aussi en AMBIENT :


ELEND
Sunwar The Dead (2004)
Du grand art...orchestral, sombre et magnifique

(+ 1 kro-express)



XENTRIX
For Whose Advantage ? (1990)
Thrash élaboré et consciencieux


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Tuman (vocaux, guitares)
- Tehb (basse)
- Gelal (batterie)


1. Megöltem Istent (caedebam Dei)
2. Sátán Útján (in Devenit Satana)
3. Temetõ (sepulcretum)
4. Oltár (altaria)
5. Styx (styx)
6. Kulcs (claustra)
7. Sátán (sathanas)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod