Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASHCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Municipal Waste, Merciless Death, Gama Bomb, Bonded By Blood
 

 Page Du Groupe Sur Le Site D'earache (365)

SSS - Short Sharp Shock (2007)
Par FENRYL le 1er Février 2008          Consultée 4742 fois

Une nouvelle signature de Earache Records... Et bien, on ne peut pas dire que cette maison de disques rechigne à soutenir les jeunes groupes afin de leur permettre de voler de leurs propres ailes.
Les derniers chanceux se nomment SSS et sont originaires de Liverpool. La galette ici présente correspond à la réédition d'un album paru en 2006 et dont le tirage était limité à l'époque à 1000 copies.
Suite aux révélations MUNICIPAL WASTE, EVILE et autre FUELED BY FIRE, comment nos p'tits anglais ont-ils la possibilité d'exister ?
Tout d'abord, officiant dans un thrash crossover au sens le plus strict, SSS nous propose ce que le genre fait de mieux: des riffs simplistes mais terriblement efficaces (ce Broomo est vraiment bon !), reposant sur une section rythmique des plus appliquées (l'intro à la basse claquée de « I'm sick »), mais lorgnant sur un côté punk copulant avec le metal... Le tout balancé dans des compos oscillant entre 1 minute 10 et 2 minutes 50 !! Tout cela ne laisse augurer qu'un grand classique, sans originalité, blindé d'hommages (dans le meilleur des cas) pour ne pas dire de pillages des artistes majeurs de la scène.
C'est pourtant la diversité qui règne ici. On notera un réel souci de se démarquer des productions récentes:
- des instru à gogo: en ouverture avec un excellent titre qui porte terriblement bien son nom (« Quiet before the storm », soit « le calme avant la tempête » en guise d'échauffement des cervicales !) puis un second intitulé « Gearin' up for gettin' down » en guise d'introduction du génial « The beast » (*) et enfin « OJ Skyrkts » ultra efficace qui s'achève sur un riff « headbangeur à mort », où la foule scande le titre de la track ! Une toute première originalité ultra rafraîchissante que ces plages dépourvues de voix, ce qui a le mérite d'éviter aux auditeurs le piège du gavage.
- On retrouve le lot classique de titres très énervés, au rang desquels on pourra citer entre autres « The answer is never » (survitaminé, totalement dans les règles de l'art avec un break mid tempo dans les dernières 30 secondes du titre, tout comme « Damaged Goods »), « SSS », ou « LxBxPx ».
- Une myriade d'inspiration: et c'est sans doute là que SSS réalise sa véritable prouesse. Il arrive à sortir des clous pour atteindre les sentiers battus du genre. Je m'explique: même si on ne peut renier les influences des références du genre (D.R.I en tête de gondole), on note que le côté punk est tout de même moins frappant que chez la concurrence. Ici, on joue moins vite « globalement ». Mais ne vous méprenez pas, ce n'est en aucun cas un reproche: cela permet ainsi de savourer pleinement la construction soignée des titres.
On déguste sans modération un « Warhorse » que les maîtres SUICIDAL TENDENCIES n'auraient sans aucun doute pas renié à l'époque.
- Mais on reste surtout sur le cul lorsque résonnent les premières notes de basse d'un « I'm sick » reposant par la suite sur un riff SLAYERien du plus bel effet ! Mazette, il fallait oser pondre un titre basé sur une telle référence thrash ! Quel culot certes, mais quelle réussite !
- « Overload » ouvert et entrecoupé par des répliques tirées de films de série B (Z ?) ou le groovant (!) « Hallowed Grey » qui nous offre un pseudo duo, apportent leur contribution à cet édifice qui commence désormais à ressembler à quelque chose de très sérieux.
- Un bijou absolu disponible en bonus track: « Black night, White light », une sorte de pot pourri où explose le talent d'un gratteux en état de grâce, en forme d'hommage au côté métal de sa musique. Tout dans ce titre respire l'hymne: un chant scandé, un riff sec, des envolées délirantes de guitare lead, une basse façon « intro de For Whom de vous-savez-qui » et un final acoustico-hispanisant sur voix d'outre-tombe !!! Et tout ceci dans ce qui se trouve être le morceau le plus long de l'album (et de loin !!), soit quasi 7 minutes !

38 minutes de thrash crossover à la production ultra soignée: une fois encore à chaque poste, des furieux, loin d'être des incompétents, bien au contraire. Mention toute spéciale à Foxy, frontman typique et volontaire, dont la voix est vraiment une des nombreuses réussites de cette galette.
On ne peut que s'incliner devant le nez creux des recruteurs de la maison de disques qui s'est mis en tête de remettre le thrash au goût du jour, parfois à tout (et n'importe) quel prix.
On rechausse ses Etnies, on grab' sa board direction le skatepark du coin pour réviser ses tricks, car non, Messieurs, Dames, ce genre n'est pas désuet ! SSS vient de lui redonner ses lettres de noblesse.

Verdict: 4/5.

Playlist conseillée
Ruez vous sur: « Quiet before The storm » + « Warhorse », « Black night, White light ».
Enchainez avec: « The beast » + « OJ Skyrkts » + « I'm sick »...

(*): visible en live dans la partie vidéo du site Last FM...

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


TRIVIUM
In Waves (2011)
L'album de la maturité en sélection... Et alors ?!




SKINLAB
Disembody: The New Flesh (1999)
Le groove Metal de la grande époque...


Marquez et partagez



Par FENRYL




 
   FENRYL

 
  N/A



- Foxy (chant)
- Magill (basse)
- Dave (batterie)
- Broomo (guitare)


1. Quiet Before The Storm
2. Warhorse
3. New Dogs
4. The Answer Is Never
5. Damaged Goods
6. Overload
7. Monster
8. Sss
9. Gearin' Up For Gettin' Down
10. The Beast
11. Last Man Standing
12. Hallowed Grey
13. Oj Skyrkts
14. L*b*p*
15. Son Of Beast
16. I'm Sick
17. Black Night White Light



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod