Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elend

CHAOSTAR - Chaostar (2000)
Par AAARGH le 21 Décembre 2007          Consultée 3387 fois

2000. Après les excellents, "Ophidian Wheel", qui nous faisait découvrir Natalie Rassoulis et des plaisirs auditifs insoupçonnés dans la présence d'un chant féminin aérant les compos, et "A fallen temple" qui nous offrait des morceaux "opéra" plus approfondis que les intermèdes musicaux des précédents albums avec les morceaux "underworld Act I" et "Underworld Act II", SEPTIC FLESH décide de scinder la partie opéra/classique de sa musique death. L'entité classique s'appellera CHAOSTAR (titre d'une chanson sur le "Revolution DNA"). L'artwork des deux albums étant réalisé par Set, pseudo de Spiros, celui de "Chaostar" nous ramène à "Revolution DNA" avec non pas un homme mais deux femmes, dans les teintes blanc/gris sur fond noir en pochette.

Un "aaaaaaaah" en chœur qui clôturerait quelque chose puis le silence "spatial" comme intro. Oui, "spatial" comme on l'entend dans les films de SF, car cet album est un album concept dans un univers SF. On pourrait même parler de "Space Opera", mais en le prenant dans un sens littéral : un opéra spatial.
3 voix personnages, 3 voix: Sotiris, Spiros et Natalie. On pourrait imaginer que nous sommes en terrain connu mais il y a une surprise: la voix de Spiros si "ronde", pour un chant death, est souvent trafiquée pour la rendre synthétique alors qu'elle est d’ordinaire si organique, si incarnée. Il en résulte une vraie adéquation avec le concept et la production de l'album car tout ceci est propre et froid. Une ambiance froide, vaguement inquiétante et quelques passages oppressants car mécaniques. Un morceau comme "An electric storm of thoughts" illustre cette sensation d'oppression: on est accueilli par des claquements de cymbales et un chœur puis rapidement un bruitage électronique apparait avec la voix de Sotiris qui fait office de pont pour nous amener vers une guitare(la seule de l'album). Celle-ci, trafiquée électroniquement, répéte les mêmes notes avec Spiros martelant la même phrase. Un schéma identique est repris pour conclure le morceau après un intermède. L'intro « Project atom traveller » se pose comme une narration de Spiros, avec sa voix trafiquée, ponctuée de chœurs avec Natalie en soutien, pour évoluer crescendo vers un morceau plus habillé, nappé d'instruments à cordes et toujours avec les chœurs masculins et Natalie en contrepoint.

Les 3 chanteurs se partagent à peu près équitablement le boulot sur le CD (avantage Spiros, puis Natalie et Sotiris). Les morceaux sont plutôt mid tempos, n'accélérant que rarement, avec beaucoup de cordes et un chant lead accompagnés/mis en valeur par des chœurs, pas de percussions, ni de guitares ici. Pour ce qui est de la structure des morceaux, on est évidemment loin d'une structure couplet/refrain/solo, la seule exception est "Time was running out" avec un vrai refrain répété par Sotiris avec Spiros pour les couplets et bien sûr Natalie avec toujours sa voix enivrantes dans ses vocalises, façon" the shaman" de SEPTIC FLESH sur "Ophidian wheel". Bien que narrant une histoire SF, les bidouillages électroniques ne sont pas omniprésent, ni même envahissant car utilisés avec parcimonie, le morceau le plus marqué serait "An electric storm of thoughts" déjà cité, voire "The first meeting" avec Sotiris sonnant comme Shyrka dans "Ulysse 31" quand elle connait des baisses de tension (oui, j'ai grandi en regardant « Ulysse 31 », le soir en semaine, 5 minutes par soir sur FR3, on a les références culturelles qu'on peut ;-p ).
"The field of ante cun" se dynamise par l'arrivée de cordes qui accélère le morceau (restons calmes, c'est pas du speed). "The accident in Amaere" a un petit côté martial ou wagnérien, au choix, avec mélodie hachée reprise en chœur. C'est aussi le seul morceau à nous offrir nos 3 chanteurs en même temps, même si c'est pour un très court moment (oui j'avoue 4 secondes)... C'est ce qui s'approche le plus du duo/trio durant tout le disque. Au cas, où j'aurai besoin de préciser ma pensée, on est loin, très loin même, d'un autre célèbre opéra issue du monde métallique : "Avantasia" (aucun jugement de valeur). "Finale" conclut simplement sans fioriture cet album, nous emmenant à la fin de cette histoire avec certainement le rythme le plus lent de l'album.

"Chaostar" est très plaisant, varié, relativement concis (45 minutes pour 8 titres) avec une véritable unité au sein des ambiances et des morceaux s'enchainant le plus naturellement du monde. Christos Antoniou, qui étudiait la musique classique en Angleterre, a reçu un prix pour cette œuvre qu'il avait présenté durant son enseignement (tout à fait mérité ceci dit). Rien ne gâche mon plaisir durant l'écoute de ce disque, n'y voyant aucun défaut malgré une volonté de me montrer critique. Je ne peux que mettre la note maximale.
Tentez l'aventure même(surtout?) si vous n'avez pas aimez les albums suivants, l'expérience est vraiment différente, car pour un coup d'essai, c'est un coup de maitre! Ce n'est pas stricto sensu du "metal" mais l'essence de SEPTIC FLESH qui le compose lui en donne quand même l'esprit, la couleur. Installez-vous dans votre fauteuil préféré, baissez la lumière et laissez-vous emporter dans ce voyage.

Titre le plus accessible (structure de morceau la plus usuelle) : "Time was running out"

A lire aussi en AMBIENT par AAARGH :


NOTRE DAME
Nightmare Before Christmas (1999)
Le disque de noël de notre dame




SUP
Chronophobia (1999)
Autant en emporte le temps

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   AAARGH

 
  N/A



- Chris Antoniou (samplers)
- Natalie Rassoulis (vocals)
- Spiros Antoniou (vocals)
- Sotiris Vayenas (vocals)


1. Project Atom Traveller
2. An Electric Storm Of Thoughts
3. No Gravity
4. The Field Of Ante Cun
5. The Accident In Amaere
6. Time Was Running Out
7. The First Meeting
8. Finale



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod