Recherche avancée       Liste groupes



      
DIGITAL HARDCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (104)
 Facebook (117)

ATARI TEENAGE RIOT - 60 Seconds Wipeout (1999)
Par ROOTSPACOROOTS le 9 Décembre 2007          Consultée 3980 fois

Que viendrait foutre une Chronique d’Atari Teenage riot sur Nightfall in Metal Earth?
Ok! Mais que viendrait foutre une Chronique d’Atari Teenage riot sur Forces Parallèles?

Bon on va essayer de se justifier en faisant une petite comparaison avec Sopor Aeternus (présent sur Nightfall) qui évolue dans un registre médiéval orchestral funèbre goth (qui veut du pompeux?) et qui par conséquent a autant de points communs avec Atari que Babar avec Adolf Hitler, Chuck Norris avec Alphonse Daudet, une table avec un mur, Ali Baba avec les 40 voleurs (merde là ça n'a aucun rapport)! Mais malgré leurs différences et le fait qu’ils ne soient pas catégorisés « Metal » ils plaisent à certaines franges de métalleux ; Sopor aux metallo goth doomeux tristes et trop ténèbreux et Atari pour les metallo punky trashos indus énervés.
« Mais qui est ce groupe que cet abruti de Roots Paco roots, incapable de produire une chronique valable, nous parle depuis tout à l’heure alors que si j’étais à sa place je me peindrais la gueule en rouge, me couperais la tête et la fouterais sur un sapin voire si je peux toujours servir comme décoration de Noël au lieu d’essayer de parler d’un groupe de manière aussi pitoyable… » ; BAM ! Dans ta gueule le coup de chevrotine mais même si t’es mort je vais te répondre !
Atari Teenage Riot est un groupe de Digital Hardcore allemand formé par Alec Empire (compo, chant, sampling) et rejoint par Nic Endo (programmation), Hanin Elias (Chant) et Carl Crack (chant). Au départ le groupe fait plus dans la techno hardcore et se fait directement ennemi des mouvements d’extrême droite, qui ravagent l’Allemagne après la chute du mur de berlin, de par leur premier « tube : « Hetzjagd auf Nazis ! » (lynchons les nazi !). Le groupe évoluera vite pour former leur style : le digital hardcore : Sorte de bouillie contenant de la techno, du punk, de l’indus, du thrash et quelques bribes de hip hop et qui prendra son apogée sur leur dernier album.

60 seconds wipeout est le dernier disque de nos anarchistes allemands, n’hésitant pas à faire un concert lors d’une manif anar tournant vite à la boucherie lorsque les CRS viennent s’en mêler à leur façon et ainsi permettre au groupe de passer quelque temps en garde à vue. Pour ce disque, le groupe décide de recruter la belle japonnaise : Nic endo pour s’occuper du côté bruitiste (et non du chant lyrique) car oui ne cherchez pas de mélodies : tout ici n’est qu’intensité, sauvagerie, agressivité. Bien que je soupçonne l’utilsation de samples en guise de guitares, ces dernières ne sont là que pour ajouter une tension, une lourdeur et non pour faire du néo classique! Lorsque le groupe se calme (« Western Decay » : seul titre de l’album ayant gardé quelques influences hip hop ) c’est pour nous faire profiter d’une ambiance lourde, malsaine et torturée. Tout dans cet album transpire l’Armaggedon mais contrairement à des groupes comme Dimmu Borgir qui ont décidé de le mettre en musique avec grandiloquence et subtilité, Atari a décidé de l’invoquer de manière crade, bruitiste et ce jusqu’au boutisme (« Digital Hardcore »). Les vocaux punks des 3 chanteurs (même si Carl Crack semble moins chanter sur cet album, la plus grosse part étant donné à Hanin Elias) sont ultra agressifs voire à certains moments inhumains en ce qui concerne Hanin et participent clairement à la boucherie. Mais attention même si certains titres comme « Digital Hardcore » sont à la limite du supportable, cet album n’est pas non plus de l’art contemporain, même si il est vivement conseillé d’être habitué aux sonorités extrêmes avant de se l’envoyer en pleine gueule! Et puis quand je vous disais que cet album plait aux metalleux : Dino Cazares (ex Fear Factory) est invité sur « Death of a President ». Tout est parfait sur cet opus et ne suit qu’une logique, celle de vous faire pêter la cervelle: de « Revolution Action », TUBE du groupe en passant par « Atari Teenage Riot » et son côté ultra punk et revendicateur, « Too Dead for me » brutal et limite incantatoire jusqu’à « Anarchy999 » duo avec un autre groupe d’Electro brutal donnant envie de bouffer un cable électrique en se tapant le tête contre les murs.

Vous êtes nostalgiques du son crade et des compos simples mais destructrices. Vous en avez ras le cul de la dance music, du punk emo à roulette, du Nu Trash gentillet ! Alors essayer cette sensation! Intense et urgent seraient les mot pour décrire parfaitement l’ambiance de ce disque et si après écoute vous rentrez chez vous en gueulant : « MAMAN J'SUIS MONGOL », pas de problème, c’est tout à fait normal et compréhensif !

A lire aussi en ELECTRO :


RAMMSTEIN
Das Modell (1997)
Electro indus metal




RAMMSTEIN
Asche Zu Asche (2001)
Electro indus metal


Marquez et partagez




 
   ROOTSPACOROOTS

 
  N/A



- Alec Empire (vocal/programmation)
- Hanin Elias (vocal)
- Carl Crack (vocal)
- Nic Endo (programmation)


1. Revolution Action
2. By Any Means Necessary
3. Western Decay
4. Atari Teenage Riot Ii
5. Ghostchase
6. Too Dead For Me
7. U.s. Fade Out
8. The Virus Has Been Spread
9. Digital Hardcore
10. Death Of A President D.i.y.!
11. Your Uniform (does Not Impress Me)
12. No Success
13. Anarchy 999



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod