Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pure Inc.

The ORDER - Metal Casino (2007)
Par THE MARGINAL le 25 Octobre 2007          Consultée 2912 fois

On ne le dit sans doute jamais assez, mais la Suisse, petit pays par la superficie, est très fertile en groupes de hard rock. Les Krokus et Gotthard ont montré la voie à suivre. Aussi, on ne sera pas surpris de voir apparaitre The Order, un quartette qui comprend dans ses rangs Gianni Pontillo(par ailleurs, vocaliste de Pure Inc.) et le guitariste Bruno Spring(ex-Gurd).

En fait, The Order n'est pas tout à fait un novice dans le paysage du hard rock, puisque "Metal casino" est son second album studio, son prédecesseur "Son of Armageddon" ayant marqué les débuts discographiques du groupe 1 an plus tôt. Sur le plan musical, The Order propose un hard rock assez proche de Krokus et Shakra, bien sûr; mais aussi de groupes plus US tels que Whitesnake(période 1987), Skid Row, Twisted Sister, Lynch Mob, voire Guns N' Roses.

Je ne connais pas le précédent album de The Order, donc la découverte de ce "Metal casino" me permet de constater que Gianni Pontillo est un sacré vocaliste et que ses capacités sont supérieures à ce qu'on pourrait penser en écoutant les albums de Pure Inc. Son registre vocal, tour à tour puissant, chaleureux, émotif, rocailleux, hargneux, le situe dans lignée des David Coverdale, Ian Gillan, Jorn Lande, John Corabi. Avouez qu'il y a nettement pire comme références, non ?

Donc, comme je le disais, ce deuxième album de The Order est orienté hard rock. Du hard rock au son puissant, brut, qui flirte par moments avec le metal. On ne s'attardera pas des masses sur l'intro anecdotique("Welcome to the casino") qui a au moins le mérite de mettre l'auditeur dans le vif du sujet. The Order se distingue surtout par son aisance, sa propension à composer des titres heavy-rock n'roll qui dépotent, qui cognent là où ça fait mal. Il suffit d'écouter "Mama, I love rock n'roll", une chanson qui fait taper du pied et s'avère être une veritable déclaration d'amour envers le rock n'roll, le percutant "Bridges burning", qui fait headbanguer mechamment, ou encore "Broken days", un titre bien ancré dans la tradition du hard rock suisse, pour être convaincu de la capacité du groupe à tout ravager sur son passage quand il s'énerve. Car outre la voix de Gianni Pontillo, les musiciens qui l'encadrent sont très costauds et en connaissent un rayon dans ce domaine.

Ce quartette suisse sait également varier les plaisirs. Je prendrai comme exemple "Down with the rain", un mid-tempo heavy, rugueux, taillé dans le roc, ou encore le bien-nommé "Let the good times roll", plutôt teinté big-rock/Hard US et festif à souhait. On n'omettra pas d'ajouter que 3 ballades, ou plutôt power-ballads dans ce cas précis, complétent cet album. "My last goodbye", tantôt acoustique, tantôt heavy, reproduit fidélement la structure de la traditionnelle power-ballad des 80's et son ambiance, à la fois poignante et mélancolique, lui permet d'être une belle réussite dans le genre. Dans un autre registre, il y a aussi la très mélancolique "Little wings" qui se démarque des autres car ses relents grungys la situent dans la lignée de ce que savait (bien) faire Soundgarden en son temps et s'avère prenante de par sa construction mélodique. Par contre, je serai beaucoup plus intransigeant vis-à-vis de "In the heat of the lonely night" car cette power-ballad est carrément calquée sur "My last goodbye". En plus, dans la track-list de l'album, elle est située juste après. Voilà un titre que le groupe n'aurait peut-être pas dû faire figurer sur l'album...

Pour conclure, on peut quand même dire que The Order s'est fendu d'un très bon album de heavy-rock, "Metal casino" n'ayant pas d'autre pretention que de faire passer un bon moment à l'auditeur. Ce disque va surtout plaire aux fans de Krokus, Shakra, Skid Row, Lynch Mob, d'autant que la production met bien en avant les guitares saignantes, tranchantes comme un rasoir. D'autre part, il faut bien se rendre à l'évidence: la Suisse regorge de groupes de hard rock talentueux et, de ce côté-là au moins, peut en retirer une certaine fierté.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


HELIX
Walkin' The Razor's Edge (1984)
Du hard rock catchy et anti-prise de tête




FASTER PUSSYCAT
Wake Me When It's Over (1989)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Mauro Casciero (batterie)
- Andrej Abplanalp (basse)
- Bruno Spring (guitare)
- Gianni Pontillo (chant)


1. Welcome To The Metal Casino
2. Mama, I Love Rock'n'roll
3. Satisfaction
4. Bridges Burning
5. My Last Goodbye
6. In The Heat Of The Lonely Night
7. Let The Good Times Roll
8. Down With The Rain
9. Forever
10. Broken Days
11. Little Wings



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod