Recherche avancée       Liste groupes



      
ORCHESTRAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Nenia C'alladhan

SOPOR AETERNUS - Les Fleurs Du Mal (2007)
Par VOLTHORD le 14 Juillet 2007          Consultée 6906 fois

Depuis deux albums Maître Corbeau avait perdu de la vitesse. Les abysses suffocantes et l'ambiance médiévale laissées sur Songs From The Inverted Womb s'effaçaient quelque peu devant des sonorités Batcave et électroniques qui n'arrivaient pas pour un sou à compenser la perte d'une ambiance si particulière.
Connaissant le doux cauchemardeux asexué, et sans jamais avoir renié son génie, j'attendais tôt ou tard un sursaut, soit l'album qui pourrait enfin franchir un nouveau cap dans la discographie de SOPOR AETERNUS.

Et le voilà cet album.
Non, Anna Varney ne fait en aucun cas marche arrière, Les Fleurs du Mal est bel et bien la suite du longuet La Chambre d'Echo, mais ô combien plus riche, tellement plus léger et virevoltant !

Je lance le titre éponyme et qu'entends-je ? Basse bourdonnante puisant dans les influences de Todeswünch, mélodie digne de la grande période médiévale de Varney, orchestre enfin au complet (et putain de bordel, magistralement utilisé), le chanteur misanthrope encore une fois habité par des lignes de voix suivant la tradition du dernier album. Mais ce que j'entends a peu d'importance.

Ce que je ressens est plus étrange. Une sorte de tristesse parsemée d'éclaircies. Une volupté accablée, une mélancolie extatique…. Imaginez peut être l'effet que cela nous ferait si au printemps les pissenlits étaient remplacés par des roses rouges. Ou reportez-vous à cette pochette, où cette créature grotesque et désenchantée habillée comme une belle-mère, tenant un bouquet aux couleurs trop vivifiantes, se promène dans un décor morbide étrangement bancal.

Varney habille donc ses idées noires : avec des tenues glamour, colorées, loufoques, via un côté pop assumé, des mélodies envolées, quelques chœurs masculins ou enfantins tout à fait prenants. Le camouflage est aussi absurde que charmeur, caustique au possible, et on peut discerner derrière ce bal masqué baroque le visage d'un artiste toujours aussi pessimiste ( : les lamentations d'un "Helvetia Sexualis" ou de "Les Fleurs du Mal"). Cette ironie m'apparaît évidente ("A little bar of soap" ou "Men Are like Chocolate" comme preuves ultimes!), et me fait d'autant plus apprécier cette œuvre qu'elle montre un Anna Varney qui prend du recul par rapport à son personnage sans oublier de se parfaire dans son reflet.

Plus on écoute l'album, plus on se sent porté par le délire de son auteur. L'on se retrouve dans un état de joie morbide et euphorisante se concluant tout bonnement par un éclat de rire cynique et libérateur.

L'album le plus pop, le plus "joyeux", le plus ambigu d'un Varney qui ne fait pas les choses à moitié, Les Fleurs du Mal renouvèle même entièrement la vision que j'avais de SOPOR AETERNUS. Persuadé que le groupe serait toujours affublé d'un sérieux parfois aux limites du ridicule, me voilà contredit par la légèreté cynique de l'album. Moi qui croyais que Varney était l'homme d'un seul sentiment, l'homme d'une seule ambiance, me voilà envahi d'émotions diverses et d'images nouvelles…

Les seuls légers défauts qui pourraient faire façade à mon enthousiasme seraient une certaine répétitivité, un album encore un peu trop long (pourtant difficile de dire quel morceau est de trop !), et peut-être aurais-je voulu que Varney, comme à son habitude, aille vraiment jusqu'au bout (et même au-delà) de son idée et de son concept… arguments qui sont bien peu de choses face à des perles rares comme "Les Fleurs du Mal", "Men Are Like Chocolate", "In Der Palästra", Helvetia Sexualis" et j'en passe…

Et pour finir cette chronique laborieuse, je dirais juste que Les Fleurs Du Mal est définitivement ce que Varney aura fait de mieux (et surtout de plus neuf) depuis la série des Dead Lover's Sarabande, une version plus entraînée, moins maladroite, peut-être aussi plus "féminine" du superbe Todeswünch.

A lire aussi en DIVERS par VOLTHORD :


CHELSEA WOLFE
Pain Is Beauty (2013)
Requiem pour un monde en cendre




SUBWAY TO SALLY
Nackt (2006)
Subway à poil en acoustique, ça fout la trique


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



Non disponible


1. Architecture (all That’s Erected... Are... Walls)
2. Always Within The Hour
3. In Der Palästra
4. A Little Bar Of Soap
5. Bitter Sweet
6. Ourt Lady Of The Broken Hearts
7. La Mort D’arthur
8. The Simple Joys Of Maidenhood
9. Helvetia Sexualis
10. Les Fleurs Du Mal
11. Shave, If You Love Me
12. Some Men Are Like Chocolate
13. The Virgin Queen



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod