Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH / DEATH  |  STUDIO

Commentaires (10)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Hellfest Open Air Edition
 

 Myspace Officiel Du Groupe (302)
 Site Officiel Du Groupe (444)

LEGION OF THE DAMNED - Sons Of The Jackal (2007)
Par CANARD WC le 9 Juin 2007          Consultée 5455 fois

Paris, mardi 20 mars 2007 - 19h30. Ligne 2 du Métro. Mon pote Mikaël ZÄRDU et moi même filons vers l’Elysée Montmartre au concert de CELTIC FROST / KREATOR.

« KREATOR ça tue – CELTIC FROST aussi c’est de la balle – j’ai envie de pisser - je connais pas très bien le dernier album mais il est pas mal – j’ai soif – j’espère qu’il y aura des T-shirts sympas – c’est quoi la première partie déjà ? »

« LEGION OF THE DAMNED ! »

La réponse à cette dernière interrogation tombe comme une voix céleste. Deux confrères en face de nous dans le métro (que nous n’avions pas calculés) nous répondent l’oeil bienveillant. Je ne connais pas ce groupe, jamais entendu parler. Mais je m’en tape un peu, je ne fais jamais de concerts pour les premières parties.

Nous nous enfonçons alors dans l’antre de l’Elysée. Un vacarme sourd s’amplifie à mesure que nous nous rapprochons de la scène. LEGION OF THE DAMNED (LOTD) a commencé son Set. Pendant que je me rue au Stand T-shirts (mon obsession à chaque fois), je mate un peu le groupe. Du bon gros Thrash bien bourrin, ça lorgne vers le Death assez gentiment. Une bouillie sonore aussi raffinée que du Cassoulet en boîte. Même en forçant l’écoute derrière ce brouhaha « Metôooole », on sent que les riffs ne sont pas sortis de la Cuisse de Jupiter. Du travail d’artisans besogneux, un groupe juste moyen. Pas de quoi crier au scandale vu l’immensité nullissime des productions qui nous assaillent, mais pas de quoi non plus se pâmer d’admiration.

Mon confrère ZÄRDU lit dans mes pensées et synthétise à haute voix mon analyse de comptoir :

« C’est en place, ça joue correctement mais ça vole pas très haut ».

Je vois une poignée de fans aux premiers rangs qui suivent cette première partie avec un enthousiasme exagéré. Il y a toujours une poignée de fans pour soutenir n’importe quel groupe. Puis KREATOR a déboulé et j’ai oublié LOTD.


...

Fort de cette impression mitigée, j’ai souhaité redonner une chance à ce groupe conventionnellement brutal. J’ai donc piqué la résa à FREDOUILLE et je pose mes doigts en ce moment sur mon clavier pour rédiger ma sentence.

Alors LOTD... Voyons voir.

Avant il y avait OCCULT, un groupe de Thrash teinté Black pas génial et au succès plus que relatif. Puis il y a eu une couille dans le pâté (problème de droits, de label, SARKOZY est élu...) et OCCULT décède après 5 albums insignifiants.

Conscient de la perte infligée à l’humanité toute entière, le groupe renaît courageusement sous un autre nom : OCCULT est mort, vive LOTD ! L’album « Malevolent Rapture » sort en 2006 (2/5 selon moi) sous ce nouveau nom et une grosse tournée s’ensuit (avec SODOM et CANNIBAL CORPSE). Le groupe a la possibilité d’enchaîner fissa avec une autre grosse tournée en 2007 en accompagnant KREATOR et CELTIC FROST sur les routes européennes. Le problème c’est que le groupe n’a qu’un seul album (pas terrible qui plus est), donc pour extraire 5 ou 6 titres tous les soirs à coté de deux bons groupes, ça devient vite répétitif. LOTD décide donc de chier vite fait un nouvelle galette entre les deux tournées 2006 et 2007. Voilà comment est né « Sons of Jackal ». C’est même pas un prématuré clinique, c’est un bout de truc sans os tout dégoulinant. Vendu 20 € (prix FNAC), on confine à l’art abstrait.

Que « Sons of Jackal » ait été pondu rapidos, c’est une chose. C’est une tare qui peut parfois apporter un peu de spontanéité et de fraîcheur. Mais ici, nous ne pouvons que constater une totale absence d’évolutions et d’inventivité. Le groupe pratique un Thrash / Death bourrin, conventionnel, construit avec des bouts de séquences déjà entendues 27 000 fois. Parmi les influences du groupe, certains évoquent DEATH, KREATOR, SLAYER, POSSESSED, PESTILENS... Mouais pourquoi pas.

Avec ses structures assez linéaires et ses aspects bien « bourrins », LOTD m’a souvent fait penser à du SODOM de deuxième division. Ca tabasse tout du long pendant 37 minutes avec une brutasserie appliquée. On n’en retient pas grand chose. Peut être le premier titre éponyme et encore.

Evidemment, la nullité absolue n’est pas encore atteinte pour deux raisons :

• la production : massive, claire, moderne. Elle donne une certaine ampleur au groupe, qui faute de mieux fait illusion,
• le fluide « Slayerien » : certains passages sont réussis (en particulier quelques breaks avec la double pédale qui arrache). Ca rehausse du niveau de « nul » à celui de « juste moyen ». Tout dépend bien entendu de comment vous portez SLAYER dans votre coeur.


J’aurais dû conclure depuis longtemps :

« Sons of the Jackal » (quel titre à la con) est un album médiocre. LOTD est bien parti pour devenir l’un des groupes les plus insignifiants de la vague moderne du Thrash. Tout cela nous confirme la méforme actuelle du genre et du manque d’inspiration générale qui flotte en ce moment sur la planète Metal.

Note : 1,5 / 5

Morceau « préféré » du Canard : Son of the Jackal.

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


ANTHRAX
Volume 8 : The Threat Is Real (1998)
Thrash en sursis : une mission pour anthrax !

(+ 1 kro-express)



HEATHEN
Breaking The Silence (1987)
Speed thrash mélodique et qui encule pas trop...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Erik Fleuren (batterie)
- Harold Gielen (basse)
- Richard Ebisch (guitares)
- Maurice Swinkels (chant)


1. Sons Of The Jackal
2. Undead Stillborn
3. Avenging Archangel
4. Death Is My Master
5. Sepulchral Ghoul
6. Infernal Wrath
7. Atomicide
8. Ten Horns Arise
9. Diabolist



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod