Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Holy Mother, Riot

MESSIAH'S KISS - Dragonheart (2007)
Par FREDOUILLE le 8 Avril 2007          Consultée 3856 fois

Tiens? Une réédition de l'album "Gates of hell : Divine gates part I" des Italiens de SKYLARK. A en voir la pochette, signée Luis Royo soit dit en passant, on pourrait le croire (bah oui c'est la même!), sauf que... Bah sauf que c'est le nom de MESSIAH 'S KISS qui est indiqué dessus. Whaouh! MESSIAH'S KISS! Putain, ils existent encore ceux là! Je les avais quasiment oubliés. Et pour cause; il faut bien reconnaitre qu'avec un album aussi moyen que "Metal" (qui ne rimait d'ailleurs pas avec "original", c'est le moins que l'on puisse dire), leur second opus datant déjà de 2004, je ne donnais pas cher de leur peau à l'époque. Et pourtant... leur premier opus, "Prayer of the dying" était solide, probant et s'était révélé pour le coup très prometteur. Malheureusement, le groupe n'a pas su concrétiser par la suite avec "Metal", album brillant par sa médiocrité.

Pour les curieux, il faut savoir que MESSIAH'S KISS (des vrais afficionados de Luis Royo du coup - cf. pochette de "Prayer of the dying") officie dans un style très convenu à savoir du true-heavy metal influencé par les années 80's. Autant dire que le groupe ne contente et ne passionne certainement qu'une poignée d'irréductibles, amateurs de heavy metal passéiste. Et ce troisième opus ne dérogera certainement pas à la règle. La direction musicale du groupe n'ayant pas changé d'un iota. Sauf que voilà, surprise, surprise!
Après trois ans d'absence, les Allemands nous reviennent en pleine forme et efface d'un coup d'un seul leur dernier faux pas. "Dragonheart" ne brille certainement pas par son originalité, mais qu'importe! Tel un convalescent qui aurait passé trois ans à la montagne (il fallait bien ça!), MESSIAH'S KISS a semble-t-il recouvré l'ensemble de ses forces, de son potentiel, de ses qualités qu'on lui connaissait sur "Prayer for the dying": une efficacité, une hargne, une puissance et même un sens de la mélodie imparable comme sur l'excellent "Babylon" (lequel avoine sévère) ou comme sur le très heavy et accrocheur "When the falcons cry" transcendé d'ailleurs par un Mike Tirelli étincelant. Quelle cure de jouvence sans déconner!

"Dragonheart" démarre donc pied au plancher avec des titres en acier trempé tel le détonnant "Angels cries" (rivalisant d'ailleurs avec le "Light in the dark" du premier opus) qui ne vous laissera aucunement de marbre j'en suis sur. Les guitares sont puissantes et grasses et les riffs sont d'une efficacité redoutable! Par ailleurs, Mike Tirelli (Ex-HOLY MOTHER et actuel RIOT) y est agressif et tout bonnement époustouflant. Première claque assurée. MESSIAH'S KISS enchaîne ensuite avec un "Babylon" relativement inspiré dont j'ai parlé précédemment. Une réussite là encore!
Le groupe enfonce le clou très profond dès la quatrième piste, avec le titre éponyme de l'album "Dragonheart". Un titre monstrueux, énorme qui sent d'ailleurs quelque peu le "Painkiller" de JUDAS PRIEST sur certains passages. Rien que ça! Ce morceau est une tuerie à tout point de vue! Et là encore Mike Tirelli est terriblement épatant. On croit d'ailleurs entendre un Jon Oliva au sommet de sa forme avec les accents de Chris Boltendhal (GRAVE DIGGER). Impressionnant tout simplement.
Dans le même genre, on pourra relever le non-moins puissant et rapide "Steelrider" qui fait également son petit effet.

Le reste de l'album? Il est quasiment du même acabit malgré quelques titres moins marquants et légèrement en dessous du lot : le puissant "Nocturnal" a de quoi faire headbanguer c'est sur, mais manque quelque peu d'inspiration. Idem pour "Open fire" qui dans une veine plus "hard-rock" survitaminé est certainement le moins bon titre de l'album, MESSIAH'S KISS retombant ici dans les travers de "Metal".
Mais que l'on se rassure, MESSIAH'S KISS nous délivre encore quelques belles pépites à l'image de "Northern nights" et ses quelques subtiles lignes de claviers, de "Thunders in the nights et de "City of angels", deux mid-tempos de très bonne facture aux mélodies et refrains entêtants. Enfin, sans être pour autant transcendant, l'épique "The Ivory gates" alternant passages calmes, acoustiques et passages heavy burné vient clore l'album avec brio.

Emmené par un Mike Tirelli au sommet de sa forme - rien à voir avec la prestation qu'il nous a délivrée sur "Metal", c'est le jour et la nuit - (d'ailleurs je ne crois pas l'avoir déjà entendu aussi bien chanter par le passé - quel coffre, quelle agressivité, quelle voix tout simplement!) et des musiciens ayant retouvé un second souffle, MESSIAH'S KISS nous surprend de par la qualité et la solidité de cet opus. Pour l'originalité, il est clair que l'on repassera. Mais est-ce une surprise?
Néanmoins et à titre de comparaison, ce "Dragonheart" apparait qualitativement parlant au-dessus de quelques offrandes allemandes récemment sorties : celle de METALIUM par exemple cela va de soi mais aussi celle de GRAVE DIGGER ce qui est déjà plus étonnant! En tout cas, "Dragonheart" s'avère être le meilleur album de MESSIAH'S KISS jusqu'à présent.

A noter que c'est Hermann Franck (ex-ACCEPT) qui a produit l'album.

Note : 3.5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


GRAVE DIGGER
The Last Supper (2005)
Brut, direct, dans la lignée de "The grave digger"




MELECHESH
Sphynx (2003)
Heavy black

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Mike Tirelli (vocals)
- Georg Kraft (guitars)
- Wayne Banks (bass)
- Eckhard Ostra (drums)


1. The Ancient Cries
2. Babylon
3. Where The Falcons Cry
4. Dragonheart
5. Thunders Of The Night
6. Steelrider
7. City Of Angels
8. Nocturnal
9. Northern Nights
10. Open Fire
11. The Ivory Gates



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod