Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 From Below
2013 Amends

THE FALL OF EVERY SEASON - From Below (2007)
Par ORPHANAGE le 6 Avril 2007          Consultée 2197 fois

Impossible de dire pourquoi : mais il faut pourtant l'avouer, le Doom est en progression ces temps-ci. Pas nécessairement qualitative, j'entends surtout parler de la popularité. De plus en plus de gens s'intéressent à ce genre de musique – qui reste, cela dit, je pense, condamné à rester cloîtré dans l'underground – et de plus en plus de groupes débarquent en ce moment avec un cocktail délicieusement atmosphérique de Doom/Death émotionnel fortement appuyé sur les mélodies. Récemment, INBORN SUFFERING et ABLAZE IN HATRED ont fait leur apparition avec de très bons premiers albums précisément ancrés dans cette démarche stylistique. Les puristes de l'Epic ou du Trad, comme du Stoner et du Doom rugueux ne doivent pas voir cela d'un très bon œil, d'ailleurs ! S'ils trouvent dans le Doom Metal une authenticité et des senteurs funéraires uniques et alambiquées parfaitement exprimées par les productions typées 80's, ils doivent rejeter grandement la tendance qu'à le Doom à employer des mixages plus lisses et donc plus accessibles, et à rendre encore plus évidentes des émotions qui étaient auparavant véhiculées de manière plus subtile. Mais que voulez-vous, c'est comme ça. Prenons un anglais, par exemple, qu'on appellera Aaron Stainthorpe, admettons qu'il aime le Doom et qu'il va créer son propre groupe qui s'appelera MY DYING BRIDE. Imaginons ensuite qu'il va reprendre tout la lourdeur du Doom originel (instauré, je le rappelle pour les incultes, par BLACK SABBATH, PENTAGRAM ou ST VITUS, entre quelques autres) et qu'il va y ajouter un net penchant gothique, d'où l'emploi de claviers en nappes et de mélodies plus évidemment tristes. Eh bien gageons que ce gars-là aura lancé un sacré truc.

Je ne veux pas dire par là que ce premier album de THE FALL OF EVERY SEASON ressemble à ce que fait MY DYING BRIDE. Disons que les groupes de Doom/Death mélodique qui émergent depuis quelques années, même s'ils font un peu avancer le schmil-blick à leur manière, se basent sur l'école Doom/Death atmo du début des années 90 (un trio que je ne citerai pas !) et que les fondements et les univers sont souvent assez proches. Les senteurs de THE FALL OF EVERY SEASON sont celles d'un Doom atmosphérique mûr et bien produit, à la limpidité laissant toute la possibilité aux guitares d'exprimer leurs essences émotionnelles. Quelqu'un qui ne connaît que MY DYING BRIDE, faute de référence, fera effectivement un lien entre les deux formations (enfin …formation …THE FALL OF EVERY SEASON est le projet d'un seul homme !), les univers étant dans les deux cas sombres, et fortement concentrés sur la lourdeur et la mélodie. Pour une personne un peu familière au monde du Metal, et surtout du Doom, il sera plus facile de voir clair dans le jeu de ce très beau From Below : on pense à un mélange de SATURNUS, NOVEMBERS DOOM et AGALLOCH (qui étaient d'ailleurs récemment en tournée tous les trois !). Soyons ainsi clairs : de SATURNUS, il prend le parfum des mélodies à grande envergure, particulièrement efficaces et belles, de NOVEMBERS DOOM, le traitement des guitares et la finesse de leur son, et d'AGALLOCH le très, très net penchant pour l'acoustique ("Sisyphean" et "Escape Of The Dove" sont deux interludes acoustiques) et le côté progressif. THE FALL OF EVERY SEASON mixe le tout, vraiment très bien il faut le dire, mais pèche un peu néanmoins au niveau de la personnalité, pas suffisamment marquée. Les atmosphères lyriques, la structure des mélodies et des morceaux, est tout de même propre à ce projet, pourtant il manque un petit quelque chose : une véritable capacité de transcendance dans la composition. SATURNUS, sur son magnifique Veronika Decides To Die, montrait ce que c'était que composer un grand album de Doom Atmosphérique : toujours un petit passage dans un morceau auquel se raccrocher systématiquement, qui suspend l'ensemble et permet à l'auditeur d'explorer son univers avec plus de quiétude. Sur Frow Below, THE FALL compose de manière trop dense. S'il veut exprimer ses influences rock alternatives comme le font AGALLOCH et SATURNUS, mélangées à un Doom metal lourd mais malgré tout extrêmement soigné, il reste trop dense, trop tortueux, trop timide. On ne distingue que peu de passages réellement énormes (si ce n'est la mélodie principale de l'héroïque "From Below") qui rendraient les morceaux indispensables. Certes, le son de clavier aigu et parfait pour les petites mélodies est assez personnel ("Sisyphean"), les passages purement Doom/Death voire même Funeral de "The Triumphant Beast" permettent des variations de paysage, tout cela reste néanmoins, dans l'ensemble, trop introspectif, trop fermé. THE FALL ne se lance pas encore suffisamment, et même si son habileté de composition sert une musique particulièrement touchante qui, par instant, se fait gracieuse au possible, la vraie lumière reste majoritairement absente.

On appréciera quand même la discrétion des claviers, laissant aux guitares et aux arrangements la possibilité d'aérer le formidable potentiel mélodique de From Below. On est transporté entre électrique et acoustique, growls et chant clair (un peu trop incertain, cependant), Doom lyrique et folklorique et Funeral/Doom Death monolithique (intro de "Her Withering Petals"), et ce ne sont pas les idées qui manquent. Ni la passion. La passion d'un vrai Doomster qui est passé à la vitesse supérieure en composant un premier album de très bonne facture, manquant encore un brin d'assurance, mais offrant des instants de vif intérêt que l'on ne peut que souligner, soutenir, et imaginer permanent pour la suite de l'aventure. Ce qui ont aimé les groupes de Doom/Death atmo cités précédemment (ajoutons UARAL et ESTATIC FEAR pour le comportement un peu folk) devraient véritablement trouver du bonheur dans From Below, dans ses élans mélodiques uniques et pleins de mélancolie, dans ses variations et ses sentiments, et ils gagneraient vraiment à s'y intéresser. Tout ça pour dire, en tout cas, que l'école Doom/Death atmo n'est pas du tout superficielle, et qu'elle regorge d'élèves toujours réellement passionnés qui ne persistent autant que pour la musique, et rien que la musique (le Doom ne fait pas très bien recette, on le saura !). Les puristes seront peut être agacés par le genre, pourtant, qu'est ce que c'est beau!

3.5/5

A lire aussi en DOOM METAL par ORPHANAGE :


COMATOSE VIGIL
Not A Gleam Of Hope (2006)
Chef d'oeuvre funeral doom atmosphérique




MOURNFUL CONGREGATION
The Monad Of Creation (2005)
Du grand funeral doom, qu'on se le dise!


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- Marius Strand (tout)


1. From Below
2. Sisyphean
3. The Triumphant Beast
4. Escape Of The Dove
5. Her Withering Petals



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod