Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNERAL BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NORTT - Ligfaerd (2006)
Par POSSOPO le 22 Mars 2007          Consultée 3836 fois

Attention, groupe majeur à l'horizon ! Cette chronique mérite un avertissement en guise d'introduction. NORTT, s'il, et je vais m'en expliquer, ne fait pas forcément trembler tout l'édifice black metal, ne récolte(ra) pas que des louanges de la part de l'ensemble des médias underground, se permet tout de même une facétie suffisamment rare pour la souligner et tenter d'en faire prendre conscience le plus grand nombre de lecteurs possible. Oui, NORTT tente une nouvelle régénération du black metal. Après le symphonique, après l'oriental en chemises brunes, après le dépressif vient le temps du funéraire. Nouvelle descente dans le royaume de la neurasthénie, plus profonde encore qu'au temps de XASTHUR, SHINING et autres LEVIATHAN. Oui, NORTT le dit lui-même, il a fait croître une nouvelle branche à l'arbre de notre genre de prédilection. Du croisement de germes de funeral doom et de black dépressif est né quelque chose de nouveau. Ne montons pas sur les barricades, la révolution n'est pas en marche mais la nouvelle est d'importance, elle pourrait faire les gros titres…ou pas.

Funeral doom et black dépressif, on sait parfaitement à quoi s'attendre, on se demande même comment personne n'avait trouvé l'idée plus tôt. Même pas NORTT puisque "Gudsforladt" ne porte pas les mêmes accents funéraires que le nouvel album. Des accents funéraires directement empruntés au géant de la scène, l'exceptionnel SKEPTICISM, génie rare et insuffisamment compris. Amateurs de la dentelle aérée dessinée par SHAPE OF DESPAIR, fanatiques de la surpuissance d'ESOTERIC, oubliez vos références, ne pensez qu'au créateur du séminal "Stormcrowfleet", et de ces deux suites imperfectibles.

Vous avez déjà écouté l'album ? Non, revenez, vous n'avez pas compris. Je sais qu'on entend aussi du THERGOTHON dans "Ligfaerd", le cafard se trémousse de la même façon et arbore la même robe charbonneuse. Mais comprenez mon discours, les ressemblances évidentes au niveau des textures sonores sont le simple fait de la naissance du Danois dans un terreau black, terreau qui partage avec le véritable géniteur du mouvement funeral doom un goût pour les saturations malingres et les percussions d'outre-tombe. Alors que le léger virage stylistique amorcé sur ce deuxième longue durée relève d'une véritable décision, non pas d'une prédisposition génétique.
Pourquoi je n'évoque pas les similitudes tellement visibles avec le BLUT AUS NORD nouveau ? Mais pour la même raison, parce que le berceau black est identique et que l'envie d'ambient relève du même cheminement d'idées. Dans ce cas, autant évoquer le parallélisme avec les dépressifs du premier paragraphe, les XASTHUR, SHINING et autres LEVIATHAN. Ajoutez-y SUNN O))) et tout le monde sera content. Par contre, n'allons pas trop loin, celui qui voit une quelconque tentation indus à "Ligfaerd" devra s'expliquer de sa très étrange analyse.
Non, c'est bien en écoutant et en tombant dans une probable adoration pour SKEPTICISM que NORTT a décidé de plomber son désespoir de gimmicks funeral et de donner le premier rôle à ce clavier qui nous accable tout au long de l'écoute.

Un accablement parfois trop prégnant, au léger effet somnifère. Il est ardu de déchiffrer la formule qui rend attirantes les créations tellement démoralisantes du quartette finlandais. L'homme-orchestre d'Odense tombe dans le piège tendu par sa propre initiative. Sa position extrémiste se traduit par une écriture qui s'effiloche au fil des minutes, qui disparaît même totalement à certains moments. Et par une maîtrise très approximative du rythme qui descend tout seul à la limite du point mort sans qu'on sente à aucun moment l'artiste capable de retrouver la pédale d'embrayage.

Oui, NORTT se laisse porter par sa nouvelle passion mortifère. Il la laisse divaguer sans réellement faire grand-chose sinon l'admirer béatement. Voilà pourquoi ce disque ne pourra satisfaire tout le monde, il laissera comme un arrière-goût d'inachevé aux auditeurs les plus gourmands. Mais ceux-là ont compris l'ambition du discours et attendent déjà avec une incroyable impatience le prochain monologue de l'artiste qui sera, croisons les doigts, plus écrit que cette litanie un peu longue, et qui augure pourtant du meilleur, peut-être de plus encore.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


BLUT AUS NORD
Mort (2006)
Black indus ambient




GRAVELAND
Thousand Swords (1995)
La bo idéale de conan


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Nortt (tout)


1. Gudsforladt
2. Ligprædike
3. Vanhellig
4. Tilforn Tid
5. Dødsrune
6. Ligfærd



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod