Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


AKASHIC - Timeless Realms (2000)
Par SPHERIAN le 11 Mai 2007          Consultée 2438 fois

Le Brésil est sans conteste l’une des terres de prédilection du metal en tout genre. Au pays de la samba, la horde de metalleux Sud-Américaine forme un des publics les plus chauds de la planète (comme en atteste le nombre de Live at Sao Polo qui existe), l’un des plus loyaux et des plus connaisseurs. Il est alors assez paradoxal de constater que, mis a part quelques cadors (ANGRA, SEPULTURA en tête), cet engouement certain pour notre chère musique ne donne pas lieu à de nombreux groupes brésiliens éclatant sur la scène internationale. Est-ce la faute à un manque de publicité sur le marché européen ?

C’est ce que je me demandais lorsque j’obtins l’album des Brésiliens d’AKASHIC. Le combo, bien que possédant un line-up relativement stable depuis 1998, prit son temps pour composer un premier album de qualité et « Timeless Realms » vit le jour en 2000 (distribué au Portugal et Brésil seulement), à peine 2 ans après les débuts du groupe. La biographie du groupe nous présente un groupe se réclamant du métal progressif tout en mélangeant des éléments de musique classique, de rock classique et de rock progressif. Ambitieuse recette mais qui, si réussie, peut donner la naissance à un grand groupe. Seulement voilà… il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes !!!

Les premiers accords bourrés de chorus de « For Freedom » résonnent dans les oreilles et l’on sent que ça va être du tout bon ! Le titre est habilement construit autour d’un refrain fédérateur et quelques accélérations bien senties. On découvre la voix de Rafael Gubert qui possède un timbre assez sombre et rugueux. Un genre de rencontre amoureuse entre Hetfield, Patton dans FAITH NO MORE (période « King for a Day ») et aussi beaucoup de Russel Allen quand le garçon pousse un peu. La comparaison avec SYMPHONY X prendra d’ailleurs de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure de l’écoute.

Et bien ma foi, la description que fait AKASHIC de sa musique n’est pas mal foutue du tout (à part peut-être la musique classique, je la cherche encore!). Le métal progressif est bien sur l’élément dominant et les titres s’enchainent sur un rythme appuyé. Mis a part le mid tempo ravageur « For Freedom » et la magnifique ballade « Dove », tous les titres défilent à toute allure !

Passons maintenant à la traditionnelle comparaison avec les ténors de la scène métal. Alors là, c’est la première fois que cela m’est aussi facile ! Je redoute d’habitude l’exercice mais ici la comparaison avec SYMPHONY X s’impose tellement naturellement que je ne peux reculer ! AKASHIC est une sorte de version moins épique et orchestrale du groupe américain. Un bonheur pour ceux (dont je ne fais pas partie !) qui détestent les envolées lyriques d’un « The Odyssey ». Les claviers et orchestrations sont plus en retrait et la musique est plus brute de décoffrage tel un EVERGREY. Les rythmiques caractéristiques de SYMPHO X sont toutefois bien présentes et, pour notre bonheur, les parties plus techniques aussi !

On peut dire qu’il y a pire comme comparaison ! Des titres comme le monstrueusement groovy « Who Am I » (et son pont absolument superbe !), le speed « Voices and signs » (et ses relents Malmsteenien à l’intro), Le Romeoesque « The Fire of Temptation » font vraiment mouche après quelques écoutes et on se retrouve avec un excellent album de heavy/prog.

L’un des points culminants de l’album est la ballade « Dove ». La montée en puissance de ce titre est digne d’une Murcielago ! Le titre fait penser à du PAIN of SALVATION et aussi énormement à FAITH NO MORE par la voix de Gubert. C’est très soft et voilà une chanson que même TOTO n’aurait pas reniée (on note d’ailleurs quelques ressemblances avec le titre « I will remember » des géniaux américains).

Bon je m enflamme pour la ballade mais AKASHIC remet tout d’aplomb avec le titre suivant. « Memories » est une grosse baffe dans la gueule !! Intro piano et voix puis on enchaine sur un riff accélérant progressivement. Le solo de clavier ressemble beaucoup au style de Derek Sherinian et donne le coup d’envoi d’un long titre bourré de surprises. On entend à la suite SYMPHONY X, CIRCUS MAXIMUS, PAIN OF SALVATION…la grosse artillerie !

L’unité de ce « Timeless Realms » est à la fois sa force et sa faiblesse. Difficile de discerner les titres lorsqu’on écoute l’album d’une traite. Les rythmiques plombées succèdent aux accélérations bien senties. C'est très bien joué mais pour une raison que j’ignore encore, « Timeless Realms » n’est pas un album facile à apprivoiser et il ne me tarde pas de l’écouter comme certains autres albums de prog pour lesquels je me dois d’avoir mon fix quotidien (qui a dit ICE AGE ???!!).

Un combo prometteur donc qui, pour un premier effort, sortit là un opus de grande qualité. Un groupe qu’il faut garder au coin de l’œil car on peut facilement l’imaginer sortir de l’ombre si la qualité de la musique reste dans cette veine, tout en y ajoutant un grain de folie.

A lire aussi en METAL PROG par SPHERIAN :


ENCHANT
A Blueprint Of The World (1994)
Excellent et prometteur premier effort studio




ROYAL HUNT
1996 (1996)
L'excellent premier live des chasseurs royaux


Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Marcos De Ros (guitares)
- Rafael Gubert (chant)
- Fábio Alves (basse)
- Maurício Meinert (batterie)
- Éder Bergozza (claviers)


- timeless Realms
1. Heaven's Call
2. For Freedom
3. Voices And Signs
4. Who Am I?
5. The Fire Of Temptation
6. Dove
7. Memories
8. Salvation
9. Gates Of Firmament
10. Veiled Secrets



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod