Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Irreversible Mechanism, First Fragment
- Membre : Waken Eyes, Ephel Duath

NECROPHAGIST - Onset Of Putrefaction (1999)
Par EPSILON le 1er Décembre 2006          Consultée 5156 fois

Auteur de deux démos, «Requiems Of Festered Gore» et «Necrophagist», respectivement en 1992 et 1995 Necrophagist opère dans un registre entre le Death, le Grind et le Progressif. Jouissant d'une bonne reconnaissance dans le milieu underground et malgré leur énorme talent, on ne peut pas dire que les Allemands aient vraiment percé au yeux du «grand public metalleux» et ce malgré la qualité indéniable d'un groupe référent du Death Metal Technique.

Onset of Putrefaction est à l'origine d'un seul homme, le frontman Muhammed Suiçmez qui n'ayant pas trouvé les musiciens asse vite, capables de jouer ses partitions, enregistrera chaque instrument dont la voix, lui-même (à l'exception de le la batterie, puisque celle-ci a été samplée). Guitariste des plus talentueux, Muhammed n'a jamais eu de formation classique comme certains pourraient le penser, mais cet esprit neo-classique de Necrophagist nous vient plus particulièrement par l'inspiration de Yngwie Malmsteen.

Pour en revenir à l'album, il faut savoir qu'il y a eu deux éditions, tout d'abord la première en 1999 et la réédition en 2004. Pas vraiment satisfait de la qualité et notamment au niveau de la batterie, les parties de guitare, de basse et de voix vont entièrement êtres remixées, la batterie acquérir des samples d'Epitaph et l'album être agrémenté de deux titres remasterisés issue de la démo de 1995 ("Dismembered Self-Immolation" et "Pseudopathological Vivisection"), Necrophagist. Une meilleure version d'Onset of Putrefaction voit donc le jour en 2004 peu avant l'enregistrement d'Epitaph, et c'est tant mieux, tant cet album est un vrai chef-d'oeuvre de brutalité et de technicité. Autopsie (sans mauvais jeu de mots) de l'oeuvre.

Dès les premières notes, on est submergé par les innombrables notes, c'est un débordement de sons qu'on se reçoit, ça va très vite, c'est très puissant et parfaitement effectué, le mot technique prend ici tout son sens et ce dans une brutalité plus que convaincante. «Full Body Autopsy» porte ainsi très bien son nom, il «ouvre» l'album de façon «chirurgicale» et on peut comprendre que la chirurgie en devient la métaphore de Necrophagist. Une première impression qui nous laisse sur cette idée que là, on tient quelque chose de très intéressant. La suite n'en n'est que plus remarquable, c'est saccadé et d'une richesse monumentale, chaque riff est le fruit d'une recherche captivante et pour un résultat des plus savoureux. Les soli, évidemment très présent, vont mettre tout le monde d'accord, oui le disque est brutal, oui la voix est gutturale et les paroles dignes des plus beaux poèmes explorant la beauté de l'être humain (j'y reviendrai), mais à travers ce coté sale et brutal, les soli sont d'une beauté relativement impressionnante. Un contraste très net se profile dans ce disque grâce à ceux-ci (je ne reviendrai pas sur la maîtrise, c'est tout simplement hallucinant) «Fermented offal discharge» en est la plus pure démonstration. D'un avis purement subjectif, je dirais que son solo et un des plus réussis qu'il m'ait été donné d'entendre dans un disque de Death Metal, pas moins que cela.

Pour en revenir aux paroles, on peut noter une certaine influence «Carcassienne», c'est gore à souhait (il suffit juste de se référer à la tracklist pour s'en convaincre) mais tout ceci nécessite surtout une bonne pointe de second degré. La voix, quant à elle, même si elle reste dans des grawl assez monocordes, colle parfaitement bien à l'ensemble et en admettant qu'elle soit la seule faiblesse (faut bien trouver la petite bête) de Necrophagist par peut-être son manque d'originalité, je dirais qu'avec du recul, je ne la changerais pour rien.

Du côté de la production rien à dire c'est du très propre, un gros son de qualité pour un album de 40 minutes qui le mérite vraiment.

Avec Onset of Putrefaction, Necrophagist signe là plus qu'un album, une pierre angulaire du Death technique, vous aimez le Death, plutôt Brutal et bien technique ? Passez par la case Necrophagist, ce disque doit absolument faire parti de votre discothèque !

A lire aussi en DEATH METAL par EPSILON :


DYING FETUS
War Of Attrition (2007)
Kill kill kill !




BENEATH THE MASSACRE
Evidence Of Inequity (2005)
Brutal death technique made in Quebec...


Marquez et partagez




 
   EPSILON

 
  N/A



- Muhammed Suicmez (guitare, chant, basse, program)


1. Foul Body Autopsy
2. To Breathe In A Casket
3. Mutilate The Stillborn
4. Intestinal Incubation
5. Culinary Hyperversity
6. Advanced Corpse Tumor
7. Extreme Unction
8. Fermented Offal Discharge
- bonus Track - Réédition 2004
9. Dismembered Self-immolation
10. Pseudopathological Vivisection



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod