Recherche avancée       Liste groupes



      
DRONE/DOOM  |  E.P

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 



KHANATE - Capture & Release (2005)
Par MOX le 28 Décembre 2006          Consultée 1744 fois

Pas facile de prévoir un avenir pour des formations comme Khanate qui s’appuient sur un genre pour le pousser à l’extrême, avant que ça ne veuille plus rien dire.

« Hein ? Quoi ? Le groupe a splitté ? Nom de dieu, tu fous toute mon introduction en l’air, là…Je…Hein ? Oui, oui, je rentre pas trop tard, promis. »

Oui, donc, pas facile de prévoir un avenir. De ce fait, il est assez facile de comprendre qu’une formation ait décidé qu’elle ait fait le tour de sa propre musique, et se fasse seppuku. (Je me rattrape plutôt bien)
Dans le cas de Khanate, comment imaginer une suite à « Things Viral » -en faisant l’hypothèse que le groupe souhaite aller de l’avant- qui puisse, en même temps, garder musicalité, rythmes et progression qui le caractérisent ? On se penche donc logiquement, et très curieux, sur cet EP dodu.

L’évolution n’est pas flagrante, mais elle ne s’est pas faite au détriment des éléments classiques d’un groupe de musique. La tripotée d’allumés, piles chargées à bloc, relancent leurs bidouillages en tous genres le long de titres bien déployés (18 et 25mn) et pendant lesquels ils répandent, progressivement, leur ambiance malade. Les couinements disparaissent peu à peu ; tout le long de ce « Capture & Release » règne une nappe ultra-grave et monocorde, effrayant car témoignant d’une intensité dangereuse (le genre de bourdonnement un peu suspect près de vieilles installations électriques). Les guitares s’assagissent mais continuent d’autodétruire leurs propres structures avec une terrible régularité. La batterie est un régal, les à-coups paraissent complètement aléatoires et désordonnés alors que, bien évidemment, ils sont réguliers. Quant à Alan Dubin…Ca va pas mieux, Alan…

Mais il y a dans ce « Capture & Release » quelque chose de fort, de très fort. Il n’y a plus vraiment de riffs bousillant tout comme un gamin s’amuse à noyer des fourmis. Ils ont été choisis sur un autre détail : le tragique. Il est mêlé à cette même atmosphère agonisante, sur laquelle le quartette joue depuis ses débuts, des notes déchirantes sous forme de riffs cycliques s’annihilant systématiquement. Comme si, en quelque sorte, le groupe aboyait son appartenance au doom. A ce propos, le meilleur exemple est « Release », Khanate ne s’y est jamais fait aussi poignant ou, plus exactement, mon ressenti n’a jamais été tel. Et pour l’occasion, mon adhésion n’a jamais été aussi forte. Dubin, à l’aide de ses cris inhumains, accompagne magistralement la musique en répétant des morceaux de phrases lourds de sens si bien qu’à ce moment, alors que je me contentai de subir son chant inouï, je me sens prêt à le suivre.

En outre, comme d’habitude, la maîtrise du rythme est parfaite. Tout est bien agencé, Khanate profite de l’espace qu’offre la création de ces formats particuliers pour étaler toutes ses progressions. Les breaks pleuvent toujours, les passages limite ambient (si tant est que cette satanée basse vach’té grave puisse être qualifiée ainsi) bouffent de longues minutes et, mieux que tout, les retours sont apocalyptiques : surexcitation de la batterie et armée de hurlements achèvent de concert le plus saisissant des morceaux que Khanate ait composés (et en conséquence, « Capture » a bien moins d’allure).

Je tenais à noter que j’avais, au tout départ, trouvé cet EP parfaitement inintéressant. J’avais cru, connaissant la formation, me faire facilement un avis à partir d’écoutes moins concentrées. C’était faux ! Encore une fois, il faut pencher l’oreille pour y déceler les nombreux détails et réussir à mettre bout à bout les riffs, sans quoi ce n'est que creux et éparpillements.

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


MY DYING BRIDE
Trinity (1995)
Drone/doom

(+ 1 kro-express)



ESOTERIC
Metamorphogenesis (1999)
Nouvelle facette moins compacte du doom d'esoteric


Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Alan Dubin (chant)
- Stephen O'malley (guitares)
- James Plotkin (basse)
- Tim Wyskida (batterie)


1. Capture
2. Release



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod