Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


LUGUBRUM - De Vette Cuecken (2004)
Par POSSOPO le 9 Décembre 2006          Consultée 3504 fois

Qu’il est facile de se démarquer dans le petit monde du black metal. Oui, vous avez bien lu, si la plupart préfèrent se contenter de reproduire ce que leurs aînés ont déjà fait et à peu près toujours en mieux, cela ne signifie pas qu’apporter une touche personnelle et original à l’art relève de l’impossible. Il suffit de se pencher sur le cas LUGUBRUM qui, et loin de moi l’idée, une nouvelle fois, de faire preuve d’une dureté exagérée, n’a jamais baigné dans la marmite du génie. Car malgré ses approximations, LUGUBRUM a su, et j’applaudis ici à trois mains le courage du groupe, se démarquer de la masse en usant de multiples artifices.
Tout d’abord, par ses pochettes d’albums. Si les premiers essais discographiques ne présentent strictement aucun intérêt visuel, l’étrange créature ornant le livret de Bruyne Troon et le magnifique tableau utilisé sur Al Ghemist attiraient déjà le regard. De Vette Cuecken dépasse, regardez vous-mêmes, toutes les espérances (on verrait presque, sur cette œuvre du guitariste Midgaars, la patte d'un Brueghel qui aurait traversé les siècles). Ensuite, sur ce même album, cas de l’étude du jour, figurent un banjo, une mandoline et un saxophone alto. Craignez le pire, la surprise n’en sera que meilleure. Les musiciens ne sont évidemment pas grimés, le chanteur se fend même d’un look très NEUROSIS. Le chant se fait en flamand. Et enfin, le climat de ce cinquième longue durée est…différent.


Revenons tout de suite sur l’utilisation des trois instruments que je viens de nommer. Et revenons-y très brièvement pour dire, le plus simplement du monde, que leur présence ne choque jamais, que leur contribution à l’atmosphère frelatée de l’opus est réelle, même bienvenue.

Oui, l’atmosphère est frelatée. Pas du tout (mais alors pas du tout du tout) épique, nullement vengeur, guère haineux, LUGUBRUM ne nous invite pas à une petite promenade sylvestre ou sur une côte venteuse. Visitons plutôt avec lui les vestiges d’une aciérie abandonnée, envahie par la crasse. Inutile d’induire le lecteur en erreur, "De Vette Cuecken" ne marche pas sur les plates-bandes de THORNS et DØDHEIMSGARD, rien ici d’industriel puisque je vous ai dis que l’aciérie était abandonnée, et depuis fort longtemps. N’y règne absolument plus rien, y traînent à peine quelques corps malingres en état de décomposition avancée respirant un air vicié. Et s’il fallait faire preuve de plus de clarté, il suffirait d’évoquer les premières heures black de DARKTHRONE et un BLACK SABBATH au cerveau malade. L’ensemble se qualifierait alors de black sludge drone dégueulasse.

Quand je disais que LUGUBRUM n’est pas génial, je signifiais par là que les riffs sont assez pauvres, les compositions manquent d’écriture et que le tout repose finalement sur une ambiance, sur cette odeur de moisi urbain fort enivrante mais insuffisante pour faire de "De Vette Cuecken" une œuvre majeure. Insane, faisandé, dérangé et dérangeant, l’album possède des atouts indiscutables qui le placent à une hauteur respectable. Son originalité incroyable lui fait encore gagner quelques centimètres mais l’exercice est d’accès ardu, il dégoûtera même pas mal de supporters du raw black le plus fétide et ne touche pas le ciel étoilé que seuls les plus grands peuvent atteindre. Fort recommandable donc, pas appréciable par tous cependant.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


VINTERRIKET
Winterschatten (2003)
Les pleurs de rage




DRUDKH
Blood In Our Wells (2006)
Black metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



Non disponible


1. Apéritif
2. Attractive To The Flies
3. In Den Ghoot By Kaerschlight
4. De Maeghere Cuecken
5. De Vette Cuecken
6. Dust Binst Drinken
7. Robust Shades Of Brown
8. Poussy-café



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod