Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MORGION - Cloaked By Ages, Crowned In Earth (2004)
Par MOX le 3 Novembre 2006          Consultée 1906 fois

« 160, léger droit, à fond…200, ornière, léger droit, tu coupes pas ! Bosquet, léger gauche, tronc d’arbre…A fond sur 300m…Puis…Oh putain ! VIRAGE A GAUCHE, là, là tout de suite, tu coupes pas, c’est plein de fûts à vinasse !!! VIRAGE VIRAGE, freine, ‘de Dieu !! Putain, il est nouveau c’ui-là… »

Ah, ouais…ce que joue Morgion maintenant, c’est d’un bien autre gabarit que pour « Solinari », et si l’effet de surprise n’appartient pas au même thème que la piètre métaphore plus haut (à l’écoute, on craint davantage un amollissement général), elle s’avère plus agréable par la suite. Morgion quittait l’assistance en 1999 après avoir exposé ses idées quelque peu vieillottes, doom/death classique mais sans classe, ambiances usées, chants sans efforts et prétention…maximale. En 2004, « Cloaked by Ages, Crowned in Earth » (‘vais pas m’amuser à l’écrire souvent, ce blaze) déboule, démolissant presque tout ce que j’avais conclu du groupe après ce « Solinari ». Et le premier coup de boulet fut asséné au branlant édifice musical -doom/death- dont il ne reste…que des gravats…même plus fumants, d’ailleurs. De quoi se demander quelle peut être la raison de tels changements. Le bon sens serait une réponse un peu grinçante…

Difficile de classer précisément ce nouvel album ; tout aussi difficile de lui attribuer le qualificatif « metal », et quasi-inapproprié celui de « doom ». Il s’agirait, d’une certaine manière, d’un croisement entre rock et metal mélancolique, car les quelques traces métalliques se terrent dans un growl, un bref riff lourd, un son parfois sec ; et disparaissent très rapidement pendant l’écoute. La première comparaison qui me vienne à l’esprit est avec « Light of Day, Day of Darkness » de GREEN CARNATION, dont les deux partagent ici une totale ambiance et un choix d’accords acoustiques légèrement tristes (les deux pochettes sont aussi comparables). Toutefois, « Cloaked by Ages… » (voilà, tronqué c’est bien) s’acoquine très tôt avec une atmosphère aqueuse vraiment agréable (qui est d’ailleurs explicite sur « Ebb Tide »), mais encore une fois légère. L’eau peu profonde, et un album tout à fait apaisant.

Bienvenue donc, acoustiques et harmoniques, et faites affaire avec les breaks et les progressions qui, eux, n’ont pas été éjectés ! Du coup, Morgion a l’air bien plus posé et moins vaniteux. Claviers et multiples guitares sont introduits avec précaution (le genre de précaution d’IN THE WOODS… par exemple), personne ne s’emballe. Morgion regorge pourtant d’idées, toutes ne sont pas riches, ce côté mélancolique et très doux accapare progressivement l’attention, bientôt la musique ne comptera que sur elle. Malheureusement, son goût appréciable perd de sa force au fur et à mesure que les morceaux rechignent à varier les mélodies. « Cairn » en devient chiant.

Les meilleurs points, même s’ils ont déjà été présentés par d’autres bien avant eux (et OPETH fait partie de ceux-là, oui), sont obtenus grâce aux expérimentations, aux progressions très travaillées, à la minutie des arrangements garantissant l’évasion -impossible auparavant sur « Solinari »- et qui, je me répète, sont ici du domaine de l’eau, dans mon cas (le remous d’ « Ebb Tide », l’intro « Cloaked by Ages », la sublime fin de « Crowned in Earth »). Une maturité incomparable qui rend crédible les efforts de la formation américaine.

Avant de clore cet article, il me faut préciser le changement de chanteur, et son effet terriblement bénéfique. Il ne côtoie pas encore les meilleurs dans ce domaine, mais il est autrement plus expressif que le précédent. Growl plus funéraire et chant clair intéressant, certes très monocorde et parfois lourd, mais au timbre original. « Cloaked by Ages… » a failli glorifier Morgion. Un meilleur choix dans les mélodies et...allez…ils le seront.

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


ESOTERIC
Metamorphogenesis (1999)
Nouvelle facette moins compacte du doom d'esoteric




KATATONIA
Brave Yester Days (2004)
Retour aux sources et séance de rattrapage


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Dwayne Boardman (chant, guitares)
- Justin Christian (basse)
- Rhett Davis (batterie)
- Gary Griffith (guitares)


1. Cloaked By Ages
2. A Slow Succumbing
3. Ebb Tide
4. Trillium Rune
5. The Mourner's Oak
6. Cairn
7. She, The Master Covets
8. Crowned In Earth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod