Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Lou Gramm

SHADOW KING - Shadow King (1991)
Par BAAZBAAZ le 14 Août 2006          Consultée 1933 fois

On me dit que c'est un disque culte. Ce qui veut dire que trois personnes l'ont acheté lorsqu'il est sorti, que le groupe a disparu presque aussitôt, et qu'une poignée de fans en cultivent jalousement le souvenir, et prétendent encore qu'il s'agit d'une œuvre cruciale – mais méconnue – de l'histoire de la musique. Maintenant, pour que le terme de « culte » ne soit pas une arnaque, il faut quand même que les compositions soient au rendez-vous. Or, c'est justement ce qui fait débat avec Shadow King. On aimerait que ce soit un chef d'œuvre injustement méprisé ou ignoré. Mais si l'on veut rester objectif, force est de constater que l'histoire de ce disque est nettement plus intéressante que l'honnête hard FM un peu poussif qu'il renferme. On s'excusera donc ici par avance de préférer ce contexte historique à la description minutieuse d'une musique qui, bien qu'agréable et très honorable, ne laisse quand même pas une impression fulgurante. En clair, si cet album ne s'est pas vendu, si personne ne l'écoute ou presque aujourd'hui, ce n'est pas non plus absolument injustifié.

Shadow King est ce qu'on appelle communément un « super groupe », c'est-à-dire un groupe composé de musiciens qui ont tous fait leurs preuves dans d'autres formations, et dont la réunion sous une même bannière laisse espérer un certain bouillonnement créatif et artistique. Sauf que là, ce ne sont pas tant des stars qui sont rassemblées que des personnalités plus… obscures : Vivian Campbell, le guitariste, est un ancien membre de Whitesnake, et il rejoindra plus tard Def Leppard, tandis que Kevin Valentine a joué avec Mason Ruffner ou encore The Godz (?). Mais le groupe est surtout construit autour du bassiste Bruce Turgon et de son vieux pote, l'ex chanteur de Foreigner, Lou Gramm. L'idée est simple : il s'agit de réunir des musiciens qui sont d'abord des seconds couteaux, des sortes de mercenaires sans groupe fixe qui gagnent leur vie en bouchant les trous quand une place se libère pour un album, ou le temps d'une tournée. Ces « rois de l'ombre » veulent en quelque sorte venger ces artistes méconnus et relativement anonymes qui gravitent autours des grands groupes.

Ce n'est pas une mauvaise idée en soi, sauf que c'est largement un coup marketing. Parce que Lou Gramm, faut quand même pas pousser : il est à l'époque, malgré le déclin de Foreigner, le symbole reconnu et adulé – et millionnaire – de l'un des groupes les plus populaires du début des années 80. Que tout ça soit enrobé d'une belle histoire n'y change rien : Shadow King est d'abord le caprice de deux musiciens dont l'association sur les disques solos de Gramm quelques années plus tôt a produit quelques bons petits tubes. Et d'ailleurs, les compositions de cet album devaient être à l'origine celles d'un nouvel effort solitaire de l'ancien chanteur de Foreigner, toujours épaulé par Turgon. Finalement, ils ont préféré monter de toutes pièces un groupe. Et Shadow King est donc le résultat : un assemblage épars de musiciens qui se sont croisés plusieurs fois en studio, et dont l'argument de vente va se heurter à un problème épineux, à savoir la musique. Car le hard FM tranquille et pépère qu'ils jouent n'est pas à la hauteur du conte de fée.

En fait, il semble que ce soit surtout Bruce Turgon qui s'y colle. C'est en tout cas ce que laisse penser la comparaison avec son premier disque solo – sorti en 2005. On retrouve à chaque fois un rock énergique au premier abord, qui peut convaincre le temps d'une chanson ou deux, mais qui se révèle vite répétitif. La recette est toujours un peu la même : de bonnes intros, des couplets accrocheurs destinés à mettre Gramm en valeur, et puis des refrains souvent un peu stridents et énervants. Au début, avec « What Would It Take », on se dit qu'on va s'éclater. Le petit riff – classique et entraînant – est bien amené à coup de synthés discrets, et le groupe déroule sans forcer un hard mélodique respectable. Mais ensuite s'installe une certaine monotonie : « Once Upon a Time » est un peu morne et « Don't Even Know I'm Alive » révèle un Lou Gramm qui vit sur ses acquis et dont la voix – c'est un comble – finit un peu par lasser. La plupart des chansons sont d'ailleurs très inférieures à celle qu'il avait écrites avec Turgon pour son premier (et très bon) disque solo, Ready or Not.

Et il faut attendre « This Heart of Stone » pour que l'attention soit à nouveau éveillée : un bon moment bien FM, avec un chant habité planant sur une nappe de synthés enjoués que vient bousculer la guitare rythmique. Là, on s'approche de ce qui aurait vraiment pu faire de cet album une œuvre culte. Quelques années plus tard, quand Turgon va s'incruster aux côtés de Gramm pour la reformation de Foreigner, on entendra quelques compositions de ce calibre, hélas plombées par la mièvrerie ambiante. Mais pour Shadow King, on a l'impression que personne ne s'est trop foulé, et toute l'envie d'aimer le disque n'y change rien. Un album culte reste dans l'ombre par erreur, à cause de la mode ou des médias. Mais là, ce disque est juste une rareté, une curiosité. De bons musiciens, bien sûr : de vrais pros, et Gramm le premier. Simplement – et c'est presque toujours le cas avec les super groupes créés sans vrai feeling – on cherche en vain une identité musicale, un soupçon de diversité. Après un ou deux concerts, Shadow King a cessé d'exister. Fin du conte de fée.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par BAAZBAAZ :


Lou GRAMM
Ready Or Not (1987)
Le grand album solo d'un immense chanteur !




FOREIGNER
Agent Provocateur (1984)
Hard fm / a.o.r


Marquez et partagez




 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Lou Gramm (chant)
- Bruce Turgon (basse)
- Vivian Campbell (guitare)
- Kevin Valentine (batterie)


- Shadow King
1. What Would It Take
2. Anytime, Anywhere
3. Once Upon A Time
4. Don't Even Know I'm Alive
5. Boy
6. I Want You
7. This Heart Of Stone
8. Danger In The Dance Of Love
9. No Man's Land
10. Russia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod