Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 



LAST DAYS OF HUMANITY - The Sound Of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin (1998)
Par GORR le 16 Avril 2006          Consultée 3015 fois

Un beau jour en 1993, cinq jeunes musiciens avides de brutalité et de sensations fortes, forment LAST DAYS OF HUMANITY, un groupe de goregrind à la mufle aussi aiguisée qu'un berger allemand. Après cinq années d'existence, et bon nombre de sorties de split CDs ou démos en tout genre, les hollandais signent en 1998 avec le label français Bones Brigade Records. Suite à cette signature tachée de sang, les gaillards sortent enfin leur premier véritable album : "The Sound of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin". Avec cet album, le groupe gagne en notoriété, et enchaîne les concerts à la volée. Et pour cause, le succès de ce premier album est amplement mérité puisque celui-ci reste le meilleur que le groupe n'ait jamais sorti. Basés sur une musique gore et brutale, les hollandais n'ont vraiment aucunes limites et les repoussent aisément sur cet album. 40 minutes où un grindcore violent et gore vont vous faire pousser des ailes. Si les paroles de LAST DAYS OF HUMANITY n'ont pour existence que la preuve de ce que cache Amanda Lear sous son slip, elles ne sont pas pour autant inexpressives. Ajoutez à cela une bonne dose de blast et de riffs dégueulasses et vous avez un album de goregrind à la LAST DAYS OF HUMANITY. Et comme on s'en serait douté, énormément de samplers et d'effets sonores seront de la partie sur au moins chacune des chansons, allant du simple et basique extrait de film d'horreurs, aux beuglement crasseux du chanteur à capella. Si vous ne vous étiez pas encore fait une idée d'un bon album de goregrind, "The Sound of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin" va vous donner une bonne leçon.

Pour son premier album, LAST DAYS OF HUMANITY nous présente donc 26 titres de grind pur made in holland. C'est gras, dégueulasse, humide, puant et dévastateur à la fois. Beaucoup de samplers pour nous mettre dans le bain, et une déferlante de blast pour finir en apothéose. Car c'est bien simple, LAST DAYS OF HUMANITY utilise exactement la même recette sur tout ses titres. Une légère pincette de guitares crasseuses, trois cuillères à soupe de riffs répugnants, une bonne poignet de blast-beats ignobles et une grosse cuillerée de vocaux inaudibles et complètement modulés. Vu comme ça, ça peut paraître assez chiant au premier abord. Mais une fois le skeud enclenché, LAST DAYS OF HUMANITY nous fait tout oublier ! Quelques breaks scrupuleux, beaucoup de titres mid-tempos, d'autre plus accélérés et une tonne de brutalité. Beaucoup de morceaux ont le mérite d'être accrocheurs ("Cannibalistic Remains", "Hacked Into Red Mush", "Septic Convulsion"), mais d'autres sont bien entendu assez repoussants. C'est un vrai cauchemar pour nos tympans, et bon dieu que ça fait plaisir. La mayonnaise prend directement après les quatre premiers morceaux, et on ne voit pas le temps passer à l'écoute de l'opus. Fort de riffs bien brutaux et de vocaux congruents, la musique de LAST DAYS OF HUMANITY ne monte que crescendo dans une agressivité terrible tout au long de l'album. Pour ce qui est du son, il pourrait éventuellement être amélioré, mais pour un tel assaut de violence, il passe amplement la barre du très bon.

Le seul bémol que l'on pourrait trouver à cet album est son surplus d'effets sonores, de samplers et autres petites cochonneries de début de morceaux. Bien entendu, ce genre de sonorisation fait bonne figure sur quelques titres, mais quand il est utilisé continuellement, ça gâche un peu toute la forme et l'esprit de l'album. Mais c'est au fond ce qui fait de LAST DAYS OF HUMANITY un groupe si extrême. Ainsi ce premier méfait des hollandais rentrera bien dans l'histoire d'une scène extrême avide de bon albums comme celui-ci. LAST DAYS OF HUMANITY donne le ton et nous on suit, voilà la règle de cet opus si magistral. Impossible de céder à l'emprise diabolique d'une violence musicale aussi bien faite que celle-là. Ne reculant devant rien, les hollandais ont vraiment joué carte sur table et cet album est leur récompense. Une oeuvre majeure de goregrind destinée aux fans extrêmes du genre.

A lire aussi en GRINDCORE par GORR :


TERRORIZER
Darker Days Ahead (2006)
Le retour ultime du grind old-school




SYLVESTER STALINE
$.$ Gonna Spread Hard Drugs To Your Stupid Kids With... (2005)
Grindcore furibard et sympatoche


Marquez et partagez




 
   GORR

 
  N/A



- Bart Bouwmans (chant)
- Erwin De Wit (chant/basse)
- William V.d. Ven (guitares)
- Marc Palmen (batterie)


1. Born To Murder The World
2. Necrotic Eruption
3. Entangled In Septic Gore
4. Slithering Limbs
5. Cannibalistic Remains
6. Hacked Into Red Mush
7. Putrid Mass Of Burnt Excrement
8. The Smell Of The Dead
9. Rancid Cottered Rectum
10. Blood Spattered Chainsaw Slaughter
11. Submassive Obliteration
12. Septic Convulsion
13. The Sound Of Rancid Juices Sloshing Around Your Co
14. Liquidized Disgirgement
15. Putrefying Immortality
16. Carnal Tumor
17. Consumed In Gore
18. Drowned In Septic Guts
19. Cadaver Breath
20. Excremental Carnage
21. Maliignant Haemorrhage
22. Mucupurulent Carnage
23. Pro-rectal Fermentation
24. A Reeking Pile Of Septic Brainfluid
25. Disembowelment Of Scattered Gastric Pieces
26. Festering Fungus Infection



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod