Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DEMO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Vlad Tepes, MÜtiilation, MÖevÖt, Belketre, Brenoritvrezorkre, Aakon Keetreh

TORGEIST - Black Legions Metal (1996)
Par POSSOPO le 26 Juillet 2006          Consultée 2560 fois

Black Legions Metal. Là au moins, impossible de se tromper. Ce split est composé d’enregistrements de deux infâmes représentants des Légions Noires, groupuscule ayant rassemblé à la fin des années 90 quelques amateurs français de sons extrêmes, noirs et metalliques.

VLAD TEPES ou l’empaleur est un voïvode de Wallachie du 15ème siècle, féroce adversaire de l’empire Ottoman, connu pour ses méthodes brutales, parfois barbares (menaces vis-à-vis de l’Eglise, tortures d’opposants, trempouillage de pain dans les entrailles de ses ennemis -ok mec, on y croit à mort-, mangeage de caca, golden showers…et puis l’empalement aussi, hein, sinon, on l’appellerait par l’empaleur parce que grosso modo, tepes, ça veut dire l’empaleur en Roumain, ouais, la Wallachie, c’est en Roumanie, le pays des vampires, ouais ouais, non vraiment. Ah oui, et puis tant qu’on y est, un voïvode, c’est un prince local, le b.o.s.s. du coin quoi. Ouais mais un empalement personnalisé -j’y reviens rapidement-, hein, un truc qui parle d’huile et d’anus, enfin bon, c’est pas trop le sujet). Ah zob, j’ai oublié le principal. Bram Stoker se serait grandement inspiré de ce monsieur Tepes pour écrire son roman Boule De Suif…Dracula, pardon. Parce qu’en fait, monsieur Tepes s’appelait à la base Vlad Dracula. Dracula, c’est le fils du dragon ou un truc dans le style et c’est son père, monsieur Dracul qui s’était chopé ce pseudo de ouf.
Et TORGEIST, hum, bah, c’est un guerrier hypra méchant avec une hache qui était plus fort que Conan et qui baisait des loups morts et crus mais tièdes, avec de la moutarde et de la confiture de fraise. Normal qu’il devienne hypra méchant après avoir bouffé des merdes pareilles (oui, parce que les loups, il les mangeait après les avoir baisés, tu parles d’un guedin).
Mais bon tout ça, c’était il y a un paquet d’années quand même, il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine…enfin, en Wallachie en fait pour le premier et on sait pas trop où pour le second. Vers Bagneux, je crois.
On s’éloigne, on s’éloigne, parlons musique maintenant.

Enfin dans le cas de ce split malodorant, il est assez dur de tartiner des pages et des pages sur le sujet. VLAD TEPES nous refait ici le coup de l’intro mélodique suivie d’une agression sonore des plus classiques. Le dernier titre est particulièrement âpre, le reste se démarque assez peu d’autres produits obéissant aux mêmes règles de cavistes faméliques.

TORGEIST nous gratifie d’une première plage que les amateurs compareront vite à certaines compositions de BURZUM (notamment Han som reiste sur l’album Det Som Engang Var), peut-être aussi à du kraut rock électronique. Court préambule synthétique, minimaliste et efficace, il n’est malheureusement que la porte d’entrée en trompe-l’œil à une attaque black décharnée à l’intérêt discutable. L’état de décomposition sonore est plus avancé que chez VLAD TEPES, une belle couche de moisissure rendant l’écoute ardue. Et si cela n’est pour moi et quelques autres énergumènes nullement un défaut, la qualité des compositions atteste d’une véritable médiocrité. Ni bon, ni mauvais, tout cela mérite à peine qu’on en parle (oups). Dans la niche très étroite du black putride, il devient nécessaire de faire preuve d’originalité (MÖEVÖT, VAGEZARYAVTRE, AÄKON KËËTRËH) ou d’un véritable talent de musicien (PESTE NOIRE, MÜTIILATION) afin de s’extirper d’un peloton qui pédale dans le vide et dans la semoule en même temps.

Au fait, pourquoi ai-je commencé par parler de VLAD TEPES alors que TORGEIST est le premier à ouvrir le feu? Simplement parce que je me suis trompé et que je ne voulais pas tout modifier et bousiller mon magnifique deuxième paragraphe. Mais l’essentiel n’est pas là, Black Legions Metal est une galette à oublier malgré ce que peuvent en dire quelques maniaques de l’underground.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


EMPEROR
Anthems To The Welkin At Dusk (1997)
Black metal

(+ 2 kros-express)



DØDHEIMSGARD
Satanic Art (1998)
The VERY BEST du black indus !!!


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Lord Beleth'rim (guitares, vocaux)
- Vordb Bathor Ecsep (basse)
- Lord Aäkon Këëtrëh (guitares)
- A Dark Soul (batterie)


- torgeist
1. March Of The Black Assemblies
2. Sweet Death
3. Flame Of Hate
4. My Soul For Your Victory
5. Bloody Tears
6. Time Of Sabbath
- vlad Tepes
7. Raven's Hike
8. Abyssic And Funeral Symphony - An Ode To Our Ruin
9. In Holocaust To The Natural Darkness
10. Tepes - The Unweepin
11. Warmoon Lord



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod