Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


POWER OF OMENS - Eyes Of The Oracle (1998)
Par SPHERIAN le 13 Juillet 2006          Consultée 2286 fois

« Allez Bam ! Et vas-y que je te remets un coup de pied dans la tronche ! Mais non qu’est ce que tu fais ? Vise plutôt les parties génitales, ça va le marquer pendant plus longtemps et jusqu’à ce qu’on sorte notre prochain album »

Voilà le discours qu’ont du tenir les membres de POWER OF OMENS lors de la création de ce gargantuesque album complètement fou. Parce que j’ai beau chercher dans les annales musicales, je n’ai trouvé aucune trace d’un groupe qui ridiculise complètement DREAM THEATRE au niveau de la finesse des compos et qui rabaisse le niveau technique des New Yorkais jusqu'à les faire ressembler à un simple groupe de punk !! Ecouter un album de DT après l’écoute de ce « Eyes of the oracle » n’est pas recommandé car la musique va sembler bien fade ou même très moyenne..telle l’écoute d’un cd de DEICIDE après n’importe quel moment musical. A ce propos certains auront remarqué que je persécute continuellement ce groupe dans mes chroniques et les fans du groupe (cela est-il même concevable ?) seront peut être tentés de m’envoyer moultes grognements et promesses de damnation éternelle…pas la peine de vous fouler, j’ai une profonde (sainte ? hi hi !) horreur de ce pseudo-groupe et j’assume !

Bon, maintenant que les fans de hurlements et d’éviscération de poulets malades ont quitté les lieux, parlons musique ! POWER OF OMENS ne fait pas dans la dentelle et propose un metal progressif ultra technique à faire poser des peaux aux auditeurs les plus habitués du genre. Je me rappelle avoir été déstabilisé à l’écoute de SPASTIK INK et de sa musique constamment bourrée de breaks et de mesures impossibles, mais là, on attrape presque la queue du Mickey. Alors attention avant de coller « Eyes of the Oracle » dans la platine, un ptit conseil d’ami, équipez vous de votre bassine préférée (celle avec la photo de Portnoy fera l’affaire), posez les petites serviettes à côté du lecteur et pressez play..

« Inner Voices » débarque gentiment. Quelques roulements de timpani et la voix de Chris Salinas (qui officie maintenant dans ZERO HOUR) se fait entendre. Tout de suite on est surpris. Bordel depuis quand Geoff Tate a quitté QUEENSRYCHE ??? Car c’est bien un clone vocal de Tate (au meilleur de sa forme) qui chante les premières mesures. Une superbe voix donc plutôt aiguë mais qui sait maîtriser toutes les fréquences. On verra plus loin que le spectre du fabuleux Midnight, chanteur culte de CRIMSON GLORY se fait entendre sur plusieurs morceaux ("Alone I stand"). Après un premier morceau plutôt inhabituel résonne la ligne « And this is for the world » que je ne m’explique toujours pas…mais pas le temps de s’interroger alors que déboule « Alone I stand » et déjà un constat…y’a pas d’enfoiré de premier temps !!! Le groupe repousse les limites de la technique et après les premiers vomis, j’ai décidé d’enlever la photo de Portnoy de ma bassine pour la remplacer par celle d'Alex Arellano. Celui-ci est un véritable virtuose d’une inventivité incroyable. Le moindre fill de batterie relève du génie et les nombreux patterns charley/ride/china sont d’une finesse incroyable. Les duels guitares/claviers sur fond de mesures asymétriques sont époustouflants et alors que « Alone I stand » touche à sa fin, il est déjà temps de vider la bassine ! Après ce bref arrêt au pit-stop arrive LE gros morceau de l’album. « World on a line » envoie 10 minutes de puissance, feeling, technique, un refrain fédérateur, un break batterie jungle et une grosse partie instrumentale complètement folle !!! Tout simplement gran-diose ! Alors bien sûr ne vous attendez pas à adorer l’album dès la première écoute..bien que ce « World on a line » soit vraiment un titre accrocheur, il vous faudra revider la bassine à vomi car la technique prend vraiment le pas sur la musique à certains moments…mais bon sang…avec une technique comme ça, faut pas se priver !!

Alors que nous propose le reste de l’album ? Claque dans la gueule sur coup de pied au cul, enchaîné avec un doigt dans l’œil et on finit par un Ippon puis un saut de la 3ème corde ! Bon sang ça fait mal après la première écoute mais les plus masochistes des proggeux y reviendront. D’abord avec peur puis avec un réel plaisir ! « The Fall » et ses 12 minutes nous fait voir toutes les couleurs de l’arc en ciel du prog…ça déboule de tous les côtés mais le groupe sait aussi donner dans le feeling (intro de « the Fall ») et inventer des riffs qui restent fixés dans le crâne. C’est bien foutu, majestueusement bien joué et la seule critique que l’on pourrait adresser, c’est la production. L’autoproduction ne vaut pas le FinnVox et le son est donc plutôt moyen et un peu plat mais ça reste correct quand même. « The quest », « The naked mind », « Time » et « Test of wills » deviennent vite des incontournables après leur temps respectifs d’assimilation (comptez quand même 1 bonne semaine !!!).

POWER OF OMENS propose une musique d’une richesse débordante. Il est rare de rencontrer un groupe avec autant de force créative et ce « Eyes of the Oracle » possède donc une durée de vie pratiquement infinie…si vous arrivez à rentrer dedans. Car il faut quand même être un fan mordu de progressif pour comprendre la démarche du groupe et lui donner sa chance. Si vous en avez la patience, vous découvrirez un immense album de metal progressif et tout autre album après celui-ci semblera bien fade..surtout un de DEI…arrghhh !

A lire aussi en METAL PROG par SPHERIAN :


CIRCUS MAXIMUS
Isolate (2007)
Circus maximus nouveau premier citoyen du prog




ROYAL HUNT
2006 (2006)
Après 1996, un très bon cru 2006


Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Chris Salinas (vocals)
- David Gallegos (guitars)
- Matt Williamson (bass)
- Alex Arellano (drums)


- Eyes Of The Oracle
1. Inner Voices
2. Alone I Stand
3. Word On The Line
4. The Fall
5. The Quest
6. The Naked Mind
7. Time
8. Test Of Wills
9. Tears Of The Wind



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod