Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Luca Turilli's Rhapsody

SIEGES EVEN - A Sense Of Change (1991)
Par SPHERIAN le 23 Juin 2006          Consultée 2098 fois

On fait parfois de bien curieuses rencontres au cours de notre apprentissage musical. Certains groupes sont des OMNI (objet musical non identifié) et une rencontre avec l’un d’eux peut être à double tranchant. On peut aussi bien découvrir des perles méconnues (vous n’avez donc pas encore acheté « The great divide » du groupe Ice Age ?? Il va falloir que je me fâche !!) que des daubes immondes qui vous marquent pendant bien longtemps (ahhh ce « Once upon the cross » de ces gentils mickeys de Deicide ;-)

Sieges Even est l’un de ces OMNI. Le parcours du groupe allemand est d’ailleurs pour le peu singulier. Le combo sortit quelques albums dans les années 90 mais jeta l’éponge faute de succès, se reforma sous un nom différent.... Et puis, les années passant, le succès vint…alors que le groupe n’existait plus ! Tout d’abord dans leur pays natal, puis lentement au niveau international, Sieges Even devint un groupe culte de rock progressif. Tout le monde connaissait le nom du combo…mais très peu connaissaient vraiment leur musique. C’était d’ailleurs mon cas..

Car bien que la musique de Sieges Even soit restée un peu dans l’ombre, les membres devinrent de grands acteurs de la scène Heavy allemande. Le batteur, un certain Alex Holzwarth fut batteur de session (Angels cry d’Angra..c’est lui !) avant d’intégrer le plus gros groupe de metal symphonique de notre ère (Rhapsody) pendant que son frangin, Oliver, s’occupait de la basse dans l’un des groupes les plus influents de speed mélodique des années 90 (Blind Guardian en live). Autant dire pas des débutants.

C’est avec ces faits en mémoire que j’ai découvert Sieges Even. Autant l’avouer, je n’ai jamais été un grand fan des Holzwarth et surtout d’Alex dont je ne reniais pas les qualités certaines, mais qui ne m’avait jamais fait trépigner d’excitation devant plans et autres fills originaux (amis de l’autoroute de double bonsoir !). Et bien...encore une fois..je me suis lourdement trompé…

Folle…c’est le premier mot qui me vient à l’esprit pour décrire la musique de SE. La première fois qu’on met le cd dans le tournodicse, on se demande bien ce qui se passe ! « Ode to Sisyphus » débarque en douceur mais on sent la lourde influence progressive dès le début. On a beau essayer de compter..impossible de savoir quand les prunes arrivent ! Le terme progressif est porté ici à son extrême..ou plutôt son apogée. La musique est très aérée et aérienne et résolument rock. Les breaks ultra techniques se succèdent, les mesures impaires se suivent et même pour un afficionado du genre…c’est troublant ! Pensez Spastik Ink en version moins heavy, Vanden Plas, Everon, Mind’s Eyes, un peu de Dream Theatre. Pensez aussi à des groupes de fusion (Mahavishnu Orchestra) et aux dinosaures du prog (YES)..vous devriez avoir une bonne idée de la musique de SE..et de sa qualité…

Le premier titre « The waking hours » met la barre très haut et est absolulment magnifique où l’alternance de parties techniques et de moments plus mélodiques fait merveille ! La voix de Jogi Kaiser (présent en tant que sessioniste) résonne et s’immisce au milieu de toute cette technique, bourrée de feeling et quelque fois de rage. Dans cette voix, on retrouve du Andy Kuntz (Vanden plas), du Oliver Philipps (Everon)…. Un superbe chanteur assurément.

Alors oui…il faut un bon nombre d’écoutes pour commencer à piger ce qu’il se passe ici mais après ça…putain que c’est bon ! Des harmonies vocales superbes (« Behind Closed Doors »), une musique complexe à la durée de vie pratiquement illimitée, quelques superbes ballades (« Change of seasons ») pratiquement a capella…ce disque va être votre pain quotidien pour un bon moment !!

Un superbe album de rock progressif technique qui me poussa à explorer la discographie du groupe…et à faire mes excuses publiques aux frères Holzwarth qui font preuve d’une technique et créativité impressionnante sur cet opus !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par SPHERIAN :


Jordan RUDESS
The Road Home (2007)
Album hommage au rock progressif si cher à papa




OLIVER WAKEMAN AND CLIVE NOLAN
The Hound Of The Baskervilles (2002)
Opera prog rock du fiston Wakeman


Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Oliver Holzwarth (basse)
- Alex Holzwarth (batterie)
- Jogi Kaiser (chant)
- Markus Steffen (guitare, claviers)


- A Sense Of Change
1. Prelude: Ode To Sisyphus
2. The Waking Hours
3. Behind Closed Doors
4. Change Of Seasons
5. Dimensions
6. Prime
7. Epigram For The Last Straw
8. These Empty Places



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod