Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Luca Turilli's Rhapsody, Turilli / Lione Rhapsody, Dol Ammad

SIEGES EVEN - Playgrounds (2008)
Par SPHERIAN le 9 Décembre 2008          Consultée 1621 fois

Alors qu’un communiqué récemment paru sur le site officiel annonce le split du groupe (le deuxième) pour divergences musicales, on ne peut cesser de penser que SIEGES EVEN laissera sans doute à jamais un goût amer d’inachevé. Le bonheur engendré par la reformation surprise de 2005 aura donc été de courte durée, la frustration des fans du combo progressif n’en sera que plus grande. Car même en 3 ans et 2 albums studio (de qualité), le groupe mythique des frères Holzwarth retourne dans sa légende sans avoir réussi à s’établir en chef de file d’une scène prog plutôt en mal de sensations. L’occasion était pourtant excellente : une signature chez Inside Out (et sa machine commerciale bien huilée), un nouveau chanteur (Arno Menses) bourré de talent et une musique plus accessible, tout cela me fit penser que le groupe allait enfin récolter les fruits de la reconnaissance. Ce ne sera pas encore pour cette fois et « Playgrounds », le premier vrai album live du groupe, représente certainement le testament de SIEGES EVEN mark II.

Une bizarre convention d’écriture pousse souvent le chroniqueur à lister les points positifs d’une sortie avant ses éventuels écueils. Aujourd’hui, une méchante crise de sadisme me pousse à taper directement dans le lard de « Playgrounds » ! L’idée de proposer ce disque en sélection du site m’a souvent chatouillé l’esprit, autant pour rendre hommage à la carrière du groupe que pour l’extrême qualité des titres proposés ici. Mais il faut bien avouer que quelques fautes de goût majeures lui rabotent 1 voire 2 étoiles...

En premier lieu, ce live fut enregistré sur plusieurs dates du « Paramount tour » et, même si c’est plutôt courant de nos jours, l’ambiance générale du disque en prend un coup. Les quelques blancs insérés ci et là et la propreté de la production donnent vraiment l’impression d’écouter un album studio avec quelques bruitages de fond. Pas vraiment grave au fond et une goutte d’eau à côté du deuxième écueil : la track list. Seulement 10 plages au compteur et même si cela représente environ 70 min de musique, on s’estime en droit d’attendre beaucoup plus d’un groupe qui affiche 20 ans de carrière. De plus, les fans de la première heure ne sont pas vraiment récompensés de leur patience avec un set privilégiant largement la période post reformation (2005). On retrouve donc 8 titres des 2 derniers albums et seulement 2 titres du magnifique « A Sense of Change ». La raison derrière ce choix plutôt curieux n’est pas évidente. Les mauvaises langues supposeront que les frères Holzwarth, habitués à jouer une musique relativement simple avec RHAPSODY ou BLIND GUARDIAN, auront eu du mal à réinterpréter les nombreux titres extrêmement techniques des vieux albums. C’est bien dommage vu la qualité de l’interprétation d’Arno Menses sur « The Waking Hours » et « These Empty Places », deux titres qui ont du demander de longues heures de repet’ !

Passons maintenant aux « plus » de cette galette…la musique. Car c’est bien ce qui a rendu SIEGES EVEN aussi mythique lors de sa période de hiatus. Bien que le ton se soit durci depuis l’album « The Art of Navigating by the Stars » ; on navigue toujours entre metal et rock progressif parfois même ajoutant quelques accents pop à l’image d’ENCHANT ou de ce que MARILLION a pu faire avec Hogarth (« Tidal », le très émouvant « Unbreakable »). Pas de panique, la virtuosité n’est pas délaissée (loin de là !) et les breaks déroutants peuvent se succéder (la fin de « The Waking hours » est bluffante !) sans que l’on sente une quelconque hésitation chez les musiciens. La plus célèbre section rythmique du Metal symphonique, impressionnante de facilité, donne une pêche incroyable à des titres pas toujours simples alors que le jeu subtil de Steffen et la voix épurée de Menses se chargent de créer les atmosphères (« These Empty places »). A noter que la basse de Oliver Holzwarth est judicieusement (et parfois outrageusement) mise en avant pour gagner en puissance par rapport aux albums. Toutefois, bien que ce choix dans le mix fasse que « Playgrounds » s’éloigne résolument du terrain de prédilection de SIEGES EVEN (le rock progressif), c’est bien Arno Menses et sa justesse vocale qui donne une nouvelle dimension à la musique du combo. J’encourage d’ailleurs ceux qui trouvaient le groupe trop soft sur albums à écouter les version live de « When Alpha and Omega Collide », « Duende » ou « The Waking Hours » pour se refaire une idée sur le groupe qui a enfin réussi à se doter d’un excellent chanteur et d’une production digne de ce nom.

On prend donc un plaisir énorme à (re)découvrir le génie de SIEGES EVEN et sa musique complexe, difficile à apprivoiser mais toujours aussi efficace pour les amateurs du genre. A cause de sa carrière mouvementée, le combo ne sut jamais trouver son public de son vivant et ce live d’excellente qualité (mais malheureusement bien trop court) vient donc clore le second chapitre de l’histoire d’un des plus excitants groupe de progressif des années 90. Surveillons tout de même la paire Steffen/Menses qui nous prépare avec son groupe SUBSIGNAL une bombe de rock progressif dans la droite lignée des vieux SIEGES EVEN. Quant aux frères Holzwarth…faut bien bouffer alors les frangins redeviennent musiciens de session. Avis aux amateurs !

A lire aussi en METAL PROG par SPHERIAN :


ROYAL HUNT
1996 (1996)
L'excellent premier live des chasseurs royaux




POVERTY'S NO CRIME
One In A Million (2001)
Tres bonne surprise que ce melange heavy/prog


Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Arno Menses (chant)
- Markus Steffen (guitares)
- Oliver Holzwarth (basse)
- Alex Holzwarth (batterie)


- Playgrounds
1. When Alpha And Omega Collide
2. Tidal
3. Unbreakable
4. The Waking Hours
5. Iconic
6. These Empty Places
7. Duende
8. Paramount
9. The Lonely Views Of Condors
10. The Weight



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod